Création / Photographie

Une mariée pour Halloween

La mariée morte, le costume que je rêve de porter depuis plusieurs Halloween. Ce personnage là est tout en contraste. Du blanc, de la dentelle, des perles, une robe de princesse….un décor sombre, des cheveux mal coiffés, le bouquet fané, le noir et le rouge à lèvres qui a coulé. Ce personnage là a quelque chose de dramatique. Je ressens toujours une profonde tristesse quand je connais les histoires de ces fiancées abandonnées, trahies, trompées. Ces femmes qui se seraient données, corps et âme et auxquelles les évènements ont retiré toute humanité. Elles errent les épouses déçues. Elles errent dans les manoirs et les bois. Et elles portent, jusqu’à la fin des temps, leurs magnifiques robes blanches. J’ai lu et vu beaucoup d’histoires les concernant. Et parmi elles, comment ne pas citer la jolie Mélanie du Phantom Manor de Disneyland Paris. La fiancée dont le mari n’est jamais arrivé jusqu’à la cérémonie et qui fut prisonnière de l’esprit de son père, décédé quelques temps auparavant. Cette tragédie aussi effrayante soit elle est, à mes yeux, la plus fascinante de toutes. Bien sûr, il faut aimer les légendes qui parlent de malédiction indienne, de futurs époux amoureux et d’esprits malfaisants. Mais vraiment, cette histoire vaut le détour.

En ce qui concerne ma version de la mariée morte, n’ayant pas de manoir fantomatique à disposition, j’ai décidé de créer cette femme trompée par son futur mari et qui a décidé de se donner la mort à l’orée d’un bois. Lieu qu’elle continue d’hanter. Et sincèrement, quel promeneur souhaiterait la rencontrer?

 

 

Beauté/mode, Création / Photographie

La danseuse de la Lune.

Les danseuses étoiles, elles me fascinaient. Je ne sais pas ce que je leur enviais le plus. Si c’était leur port de tête, leur élégance naturelle, leur corps fin et élancé ou simplement leur tutu et leurs chaussons. Mais quand j’ai commencé à m’intéresser davantage à leur monde, elles étaient, à mes yeux, tout sauf désuètes . Elles incarnaient la féminité dans son aspect le plus rigoureux mais aussi dans sa douceur la plus extrême. Un savant mélange qu’il faut maitriser pour incarner l’Etoile du ballet. En ce qui me concerne, j’ai très vite compris que je ne serais jamais ni petit rat de l’opéra, ni danseuse confirmée. Je n’ai jamais eu de grâce naturelle, je n’ai jamais su faire les gestes délicats qui sont propre à cette discipline et je ne suis pas non plus la fille la plus élégante du monde. Et puis, je n’ai jamais été bonne danseuse. C’est un art dont je me sens très éloignée. Rien ne correspond. Rien. Les ballerines je les enviais, mais je ne les ai jamais jalousé. C’est juste qu’elles me fascinaient.

Et si je parle des jolies danseuses de ballet, c’est tout simplement parce que, de tous les vêtements que j’ai pu acheter/recevoir jusque là, aucun n’a jamais su autant m’inspirer que cette jupe. Déjà, sur le site Dresslily.com, elle a tout de suite attiré mon attention. C’est comme si elle avait été faite pour moi. Cousue sur moi. Si elle n’avait pas été inventé, il aurait fallu que je la crée. Dans ma tête, dans mes pensées. Et au sein de mon imagination, c’est certain, je l’aurais fait virevolter.

C’est avant tout son motif qui m’a séduite. Comment résister lorsqu’on est soi-même une amoureuse de la Lune et des galaxies? Comment résister à sa coupe midi, aussi, que j’affectionne depuis tant d’années maintenant? C’est rétro, c’est même un peu kitsch mais ça me ressemble tellement. Et quand je l’ai reçu et essayé, ça a été la révélation. Avec une paire de chaussures à petits talons qui ne sont pas sans rappeler les chaussons des ballerines, cette jupe me donnait un air de danseuse. Elle est parfaite. Parfaite pour me permettre, au moins une fois dans ma vie, de me mettre à la place des élégantes artistes sur pointes.

Autour de cette jupe, j’ai donc créé un personnage qu’il m’a fallu incarner. Un personnage avec une histoire, des sentiments, des actions qui lui sont propres. J’ai imaginé une danseuse, une femme particulière, une artiste presque mystique. Une ballerine qui vient de la Lune. Imaginez maintenant qu’elle soit tombée du ciel, qu’elle soit tombée sur Terre. Et qu’elle ne puisse pas rentrer chez elle. A votre avis danserait-elle chaque nuit, jusqu’à l’arrivée du soleil sous son astre maternel?

Jupe: Dresslily / Haut: Pimkie (similaire ici) / Chaussures: Asos

*Article en partenariat avec Dresslily.com

Beauté/mode

Trop impatiente.

Je profite de ce partenariat avec le site Dresslily.com pour revenir sur le blog après une petite semaine et demi d’absence. J’ai reçu cette robe la semaine dernière et je la trouve tellement jolie. Assez loin de ce que j’ai l’habitude de porter, son effet uniforme et sa couleur bordeaux m’ont de suite convaincue qu’elle est parfaite pour cet automne. Et j’étais trop impatiente de vous la montrer. Après avoir passé quinze jours à courir dans tous les sens, n’ayant au final pas le temps pour m’occuper du shooting de cette pièce, je me suis bien rattrapée en profitant de ce parc situé à Caen. Nous sommes arrivés avant l’aube et avons attendu l’ouverture des grilles pour aller nous promener dans ce qui est devenu, le temps d’une demi heure, un terrain de jeu géant. La Lune nous a accompagné un moment avant de disparaitre totalement, laissant la place au soleil rougeoyant. C’était absolument fantastique de se retrouver seuls dans ce lieu. Les feuilles commencent à jaunir et à tomber, le ciel offrait un dégradé de rose et de violet et tout cet espace nous appartenait , le temps d’un instant. Pas de promeneur, pas d’agents municipaux, juste nous et cette lumière particulièrement dorée qui se reflétait sur la façade des bâtiments. Et même s’il faisait froid, rien n’aurait pu gâché la particularité de ce moment.

Robe: Dresslily / Chaussures: Babou (ancienne collection) / Veste: Pimkie (ancienne collection)

Beauté/mode

Mes favoris d’Aout et Septembre.

Cette semaine, c’est avec les favoris des deux derniers mois qu’on se retrouve. Dans le lot, pas mal de marques que je viens de découvrir et qui ont su se faire une place dans ma routine soin et make up de tous les jours.

Ce n’est plus un secret, la palette qui m’a accompagné depuis mi aout et dont je peine à me séparer tellement les couleurs sont parfaites n’est autre que la Naked Heat. Si avant, je fuyais les sous tons orangés de peur de ne pas savoir comment associer les teintes, Urban Decay m’a aujourd’hui complètement réconcilier avec ce genre de couleur. Et ce qui est pratique selon moi, c’est que tous les fards peuvent être associé ensemble, pas besoin d’aller ouvrir une autre palette pour faire un joli make up. Pour en savoir plus, c’est ici.

Je connaissais Ciaté pour les vernis mais je n’avais jamais pris la peine d’essayer leur gamme make up. Pour commencer, je me suis tournée vers l’eye-liner Fierce Flicks qui m’a totalement convaincu. L’embout est hyper précis et sa texture glisse sur la paupière. Je ne suis pas une pro du trait d’eye-liner mais depuis que j’utilise celui ci je n’ai jamais eu aucun raté. La couleur est bien opaque et reste en place toute la journée. Une petite merveille.

Pour continuer avec le maquillage des yeux, je ne pouvais pas ne pas parler de ce mascara waterproof et vegan de la marque Arrow. C’est une jolie découverte tout droit sortie de la Birchbox du mois. La texture me faisait un peu peur au départ puisqu’elle est très pâteuse. Mais finalement, elle se répartie bien sur les cils. Ce mascara est bien opaque, il allonge et donne davantage de volume aux cils. Ces derniers temps , j’ai laissé mon Marc Jacobs au placard pour n’utiliser que celui ci .

Ce mois ci , j’ai totalement craqué pour ce jumbo Rodial (teinte Big Apple) , au fini mat. La texture est très agréable à porter. Elle ne dessèche pas les lèvres et tient toute la journée. Mieux que ça, elle donne un effet pulpé aux lèvres. Je suis folle de sa couleur qui est un joli prune et qui va certainement être ma couleur préférée pour tout cet automne.

En ce qui concerne le teint, ce n’est pas d’un énième fond de teint ou d’un blush dont je vais vous parler ce mois ci mais d’un accessoire qui m’est devenu indispensable. Je n’aurais pourtant pas misé une cacahuète sur cet applicateur en silicone. Pourtant, forcée de constater que cet outil est magique, je l’ai rapidement adopté. Il n’est plus question de perdre du produit comme avec la beauty blender , la Siligel Blender répartit tout le produit de manière uniforme. Plus facile à laver aussi après utilisation, il est très hygiénique , rien a voir avec le nid à bactéries que peut rapidement devenir un pinceau. Et puis, il coute tout de même deux fois moins cher qu’une éponge ou qu’un pinceau.

Coté soin, mon coup de coeur du moment va au sérum Minéral 89 de Vichy. Il hydrate intensément la peau sans laisser aucun film gras ou huileux. Il a permis à ma peau de se fortifier et d’être repulpée dès la première utilisation . Je lui trouve quelque chose de magique. Les résultats sont visibles immédiatement. La peau ne tiraille plus, elle est douce et lumineuse.

Cela fait un moment que je ne vous avais pas parlé d’une huile efficace pour les cheveux. Mais c’est sans compter sur la Dark Oil de Sebastian. Appliquée sur les longueurs et les pointes, elle donne de la texture aux cheveux, les adoucit et les protège des UV. Et son odeur chaude est à tomber.

Beauté/mode

Premières lueurs d’automne.

Demain, c’est l’équinoxe d’automne. A partir de là, tout va s’enchainer. Les feuilles qui jaunissent, rougissent et qui finissent par tomber, le Soleil qui déclinera plus vite, la remise en route des chauffages et , de mon coté du moins, la course folle des anniversaires jusqu’à l’entrée en piste de l’hiver et de son merveilleux Noël. Cela va sans dire , de Juillet à Décembre, c’est mon semestre préféré. Et l’automne n’y est pas pour rien. Cette saison m’inspire. Dans tout et pour tout. Pour le make up, cela va sans dire, je n’imagine pas faire autrement que de déployer un grand éventail de couleurs chaudes. Des orangés, des jaunes, des briques, des bordeaux….

Et si en été, j’abandonne souvent mes pinceaux et mes poudres pour profiter de ma peau nue, l’automne c’est toujours le moment des grandes retrouvailles. Je prend de nouveau plaisir à consacrer du temps à me maquiller. Aujourd’hui, je te retrouve donc avec ce make up automnal, qui va certainement être mon style de make up pour un bon moment. Des yeux travaillés (merci la Naked Heat !!), un teint simple, pas de contouring et une fine couche de rouge à lèvres, juste de quoi les colorer un petit peu.

 

Yeux: Naked Heat et Vice 4 d’Urban Decay

palette Modelite (vieille palette) 

mascara Arrow

Teint: Fond de teint Diorskin Forever Dior teinte n°30

Terracotta de Guerlain

Highlighter Manna Kadar

Lèvres: rouge à lèvres Ravishing Rose d’ELF

 

 

 

Beauté/mode

La Birchbox de la rentrée.

C’est en vidéo et non en photo que je viens, ce mois-ci, ouvrir ma Birchbox. J’avais envie de changer un petit peu de l’habituel format photo/texte dont je finissais pas me lasser. La boite n’est pas bien lourde cette fois-ci mais elle cache une jolie surprise. Et si tu veux en savoir plus sur mon ressenti vis à vis de cette box de rentrée, je t’invite à me lire juste en dessous de la vidéo.

Alors non seulement c’est la box de rentrée mais c’est aussi l’anniversaire de ce joli concept qui est né il y a 7 ans. Et une fois de plus, j’ai surestimé la capacité de la team à nous offrir une box « whaou ». Cependant, elle reste tout de même jolie et je suis, dans l’ensemble, plutôt contente des produits.

  • La crème soufflée pour le corps de la marque Human+Kind est très sensorielle. Le parfum est doux et délicat et la texture très légère et fondante au contact de la peau. J’aime beaucoup cette marque mais je suis un peu lassée de recevoir des crèmes pour le corps à tout va.
  • La crème de jour de Thermaliv est une bonne surprise pour moi qui adore la marque et qui adhère à chaque nouveau test. Comme à son habitude, la marque a créé un produit très efficace qui offre hydratation et souplesse à la peau. Le parfum est tout doux.
  • Le soin contour des yeux de l’Institut Arnaud est un produit que j’ai hâte de tester. J’attends de finir mon chouchou du moment qui est celui de chez Polaar et qui fait des miracles.
  • Le shampoing sec Batiste, la fausse bonne idée selon moi. J’ai déjà testé des tonnes de shampoings secs, aucun n’a jamais réussi à me convaincre. Effet cartonné, cheveux alourdis, particules blanches qui se baladent… je déteste ça.
  • Le mascara waterproof Arrow, c’est la plus jolie surprise de cette box. Je n’ai pas pu m’empêcher de le tester à l’instant où je l’ai trouvé dans le fond de ma boite. Il gaine et allonge tellement bien les cils que je pense abandonner (pour quelques temps du moins) mon Marc Jacobs. Et il coute tout de même deux fois moins cher. Autre bonne chose, il est vegan, sans paraben et est non testé sur les animaux. Produit adopté!
Voyages & Sorties

Notre coup de coeur pour le château d’Ussé

Pendant notre séjour à Richelieu, nous avons eu un énorme coup de coeur pour le château d’Ussé. Perché sur une petite colline à la sortie de la ville, ses façades blanches sont magistrales et son histoire nous a fasciné.  D’abord château fort puis château de la Renaissance, il devient finalement une demeure de plaisance raffinée. Il possède sur son domaine bon nombre de petits coins et recoins à visiter: une chapelle somptueuse, des caves creusées dans la roche, des écuries et une sellerie qui sentent le cuir. J’ai vraiment adoré visiter ces lieux. Mais ce qui m’a fait choisir ce château plutôt qu’un autre c’est bien son lien prouvé avec Charles Perrault et la Belle au bois dormant. L’histoire raconte que Charles Perrault, ayant passé plusieurs nuits dans le château, s’est soudainement trouvé inspiré et de là est née le joli conte de la Belle au Bois Dormant. Il faut dire que l’endroit s’y prête parfaitement et si je n’avais pas en tête le château créé de toute pièce par Disney , je n’aurais pas de mal à imaginer un lieu tel que celui ci. Les jardins sont aussi de véritables oeuvres d’art. Dessinés par Le Nôtre , on retrouve largement la patte du paysagiste préféré de la Cour de Versailles. Le domaine est paisible et c’est une véritable bulle de silence et de quiétude malgré sa proximité avec la ville et la route principale. Il était extraordinaire de connaitre l’histoire des arbres qui jalonnent le parcours touristique. Des arbres vieux de plusieurs centaines d’années qui ont été offert par Chateaubriand à la duchesse qui habitait le château. Passé de famille en famille, le domaine appartient aujourd’hui encore à une sphère privée. Une partie du château est même encore habitée. Nous nous sommes trouvés chanceux de pouvoir visiter ce si bel endroit, d’entrer dans ses jardins, certes touristiques, mais aussi privés. Les propriétaires ont mis en place, pour les enfants, un parcours à énigmes que notre Kéo a adoré découvrir. Cela lui a permis de profiter au maximum de la visite sans vouloir aller trop vite.

Le domaine ne propose aucune restauration, cependant, un snack très abordable se trouve juste en face. Nous avons trouvé l’endroit vraiment joli avec ses tables et ses chaises en fer forgé. La vue sur le château est magnifique et les plats sont bons.

J’ai pris des dizaines et des dizaines de photos. J’ai eu tellement de mal à sélectionner celles que j’allais publier. Mais les voilà et j’espère qu’elles vous feront découvrir au mieux ce que nous avons vu.

 

 

 

Voyages & Sorties

Deux lieux à découvrir en Indre et Loire.

Fin Aout, nous avons passé trois jours en Indre et Loire. Région que nous avions choisi bien évidemment pour ses châteaux mais aussi pour son temps plus clément que chez nous. Même si nous y avons passé peu de temps, nous voulions absolument découvrir au maximum les alentours de Richelieu, qui était notre point de chute. Nous nous sommes donc naturellement mis en route au lendemain de notre arrivée afin de découvrir au mieux cette destination. Une ville et un village ont retenu notre attention.

Crissay sur Manse. 

 

Nous nous sommes promenés , le premier matin, dans tous les villages les plus proches de notre résidence. Et nous avons découvert Crissay sur Manse, classé comme l’un des plus beaux villages de France. Ce lieu est tellement mignon. En plein milieu des champs et des plaines agricoles , se trouve ce petit hameau de maisons en pierres blanches resté dans son jus. Le château n’a jamais été terminé et fait donc la curiosité des touristes. A 10h du matin, le village était totalement désert, nous avons pu laissé Kéo gambader au gré de ses envies et prendre le temps d’admirer sans avoir peur de gêner. J’ai adoré photographier les façades aux volets colorés, les fleurs que l’on trouve un peu partout et le soleil sur les immenses plaines.

Chinon

 

Si au début, Chinon et moi, nous n’étions pas vraiment copines, il faut bien avouer que cette ville a réussi à me charmer. Nous nous y sommes rendus dans l’espoir d’acheter des petits souvenirs pour les amis qui gardaient la maison en notre absence. Le genre de souvenir qu’on connait tous… des petites choses locales créées par de chouettes artisans qui ne veulent que partager leur savoir faire. A Chinon, rien de tout ça. Niveau boutique , nous pouvons même dire que c’est un peu vide. Mais après avoir compris qu’on ne trouverait pas ce qu’on était venu chercher, nous avons décidé d’arpenter les ruelles, en long en large et en travers. Parfois, longer le cours d’eau, et puis remonter vers le château. Faire des tours, voir et revoir des places. Chercher on ne sait trop quoi et finir par trouver de jolis endroits. Ce qui m’a plu à Chinon, c’est son centre qui ressemble un peu à Montmartre de Paris. De grandes places avec des restaurants qui étendent leur terrasse jusqu’au centre, laissant croire, de loin, à une fête de village. Les ruelles avec des antiquaires et des boutiques de déco hors de prix mais tellement originales. Des rues pavées qui montent et qui descendent. Ce coté un peu hors du temps, où l’on oublie facilement la circulation. Une véritable bulle au milieu de la ville. Plus bas , il y a aussi cette grande artère qui longe la Vienne. On y trouve des maisons de maitres aux façades imposantes, aux beaux balcons dont les rambardes sont en fer forgé. On y trouve également des barques sur l’eau qui n’ont plus l’air toutes jeunes mais qui continuent inlassablement de flotter. Et puis, bien plus haut, un autre style de ville s’offre à nous. C’est la Chinon médiévale et sa forteresse qui surplombe le reste. Le paysage est à couper le souffle et l’on distingue la campagne environnante et les forêts à perte de vue.

 

 

 

Voyages & Sorties

Futuroscope avec un enfant de 3 ans.

Fin Aout, nous avons commencé nos vacances en faisant un saut, le temps d’une journée, au Futuroscope.  Nous ne savions pas exactement quelles restrictions nous attendaient sur place. Surtout avec un enfant de 3 ans. Nous avons donc expérimenté et je me suis dit qu’il serait peut être bien de vous en parler.

Futuroscope c’est donc ce grand parc aux allures futuristes, jonché d’oeuvres d’art et qui , depuis quelques temps, mets l’accent sur la protection de la planète et les énergies nouvelles. Nous avions donc envie de redécouvrir ce parc que nous n’avions pas visité depuis longtemps ( nous n’étions pas encore parents lors de notre dernière visite) . Nous y sommes alors allés sans chercher trop d’informations, sans préparer notre visite, laissant la journée nous créer la surprise. Et quelle surprise!

Après avoir pris les billets (pour info, les moins de 5 ans ne payent pas . Oui, oui, il y a anguille sous roche) , nous avons attrapé un plan du parc afin de déterminer dans quel sens nous allions commencer. C’est là que nous nous sommes rendu compte que la moitié des attractions sont interdites aux enfants qui n’atteignent pas 1m05. Je n’avais absolument aucune idée de la taille de Kéo et j’espèrais qu’il ai un peu grandi depuis sa dernière visite chez le médecin…

A l’entrée du parc (chose pratique que Mickey n’a pas encore mis en place, lui) il y a un centre « d’aide à la visite ». Des hôtesses mesurent les enfants et leur attribut à chacun un bracelet de couleur selon leur taille (comme sur la photo ci dessous). Ainsi, dès l’arrivée aux portes des attractions, les personnels connaissent la taille des enfants et leur interdit l’accès s’ils ne sont pas assez grands. Kéo a hérité d’un bracelet bleu. 93 cm, trop petit pour une bonne moitié des attractions. Dommage!

Cependant, nous avons passé une excellente journée. Nous étions sur place le 28 aout sous un grand ciel bleu. Il faisait chaud et le parc, déjà très grand par sa superficie, est rempli d’activités aquatiques, sensorielles ou encore mécaniques. En outre, des lieux et jeux accessibles à tous. C’est ainsi qu’en ressortant de la première attraction, nous nous sommes naturellement dirigés vers le jardin des énergies. En plus des explications sur les panneaux pour les adultes, les enfants peuvent pédaler pour arroser de grands atomes, refléter la lumière du soleil avec des miroirs pour actionner des mécanismes ou encore pomper pour récolter l’énergie qu’il y a sous terre. Et puis, il y a ces jets d’eau aléatoires à la sortie du jardin des énergies qui nous ont beaucoup amusé. Nous avons adoré voir Kéo courir à travers cet espace, en esquivant parfois l’eau puis en se faisant surprendre la fois d’après. Nous avons beaucoup ri et nous avons filmés des séquences mémorables que nous gardons pour nous.

Pour les plus petits , il existe aussi un lieu au Futuroscope où les attractions sont réservés au plus jeunes. Des petits bateaux à moulinets , une fusée, des engins volants adaptés et tout un circuit de canaux avec bateaux en plastiques et écluses. Je crois qu’en dehors de l’architecture des attractions, c’est l’endroit que je trouve le plus joli sur le parc. Le lieu regorge d’endroits ombragés où ont été disposés des gros poufs dans lesquels s’allonger tout en surveillant les bambins dans leurs activités.

Et puis, j’évoquais l’architecture des attractions mais comment ne pas en parler? Lorsque l’on est, comme moi, absolument fasciné par les structures futuristes faites de matériaux divers et variés, on ne peut qu’apprécier se balader sur le parc. Un univers fait de sphères blanches, de plans lisses, de reflets, de tubes et de courbes. Tous les lieux sont différents, les structures sont immenses et forment elles mêmes de vraies oeuvres d’art observables. Je suis toujours émerveillée par ce gigantisme et cette originalité. Et si moi je parais toute petite à coté de ces colosses architecturaux, imaginez Kéo et ses 93 cm.

En dehors du fait qu’il fait bon s’y promener, il faut tout de même souligner que les attractions accessibles aux plus jeunes sont vraiment réussies. Nous avons adoré La machine à voyager dans le temps (avec les Lapins crétins) et l’Age de Glace (même si j’avoue avoir été un petit peu déçue de ne pas retrouver les aventures du Petit Prince que j’aimais tant) et nous nous sommes émerveillés devant Illusio, le spectacle de magie et Chocs cosmiques (qui est mon attraction préférée) qui raconte avec pédagogie et humour l’univers, les galaxies et notre système solaire.

Nous avons également eu la chance de rencontrer, sur la journée, des personnages que l’on adore comme Syd de l’Age de Glace et un lapin crétin. De par ces rencontres, nous avons trouvés le parc bien plus vivant qu’il y a quelques années. En ce qui concerne les repas, il y en a pour tous les budgets. A savoir que, comme dans tous les parcs d’attractions, si l’on veut manger autre chose que des sandwiches et des burgers, il faut débourser plus. Nous avons pris l’option repas rapide en profitant de la terrasse d’un Illico Resto. Et même si la nourriture reste sommaire, c’était une pause nécessaire et agréable pour tous les trois avant de reprendre le marathon jeux-attractions-boutiques de l’après midi.

Autre donnée importante selon moi, le parc est grand, il faut donc marcher beaucoup. Je ne pense pas me tromper en disant qu’un enfant de trois ans est fatigable. Nous avons donc décidé , en amont, de réduire le temps de visite. Nous étions donc sur le parc entre 10h30 et 17h30. Une courte journée pour nous, parents, mais déjà bien assez longue pour Kéo qui était épuisé dès 16h30. Je pense qu’il n’est pas idiot de prévoir un hôtel sur place pour la nuit d’avant si la visite se fait juste en journée ou pour la nuit d’après, si vous voulez profiter du spectacle nocturne. Ainsi, la proximité de l’hôtel permet de faire un break si besoin et pour les enfants encore plus jeunes , il permet de faire la sieste au calme.

Pour conclure, le Futuroscope avec un jeune enfant, c’est très largement faisable. Encore faut-il aimer se balader et ne pas avoir envie de faire absolument toutes les attractions. Un service permettant aux parents de faire les attractions tour à tour (sans que le deuxième parent n’est à faire la queue pour y accéder) a été mis en place.  Une bonne chose pour ceux qui aiment particulièrement une attraction non accessible aux tout petits. Pour les autres, les attractions accessibles sont assez nombreuses pour une petite journée sur le parc et les jeux d’eaux sont vraiment fait pour plaire à tout le monde. Il est aussi très agréable de profiter des zones ombragées le temps d’une pause ou du panorama pour faire de jolies photos.

 

 

 

 

Beauté/mode

Pas encore.

Pour ce deuxième article en partenariat avec Zaful, je tenais absolument à prendre cette combishort noire à grosses fleurs pour pouvoir parler encore un peu de vacances et de bonheurs estivaux. L’été est passé à une vitesse folle et si, pour les trois quart de la France, il s’est passé sans encombre niveau temps, nous, nous n’avons pas eu cette chance. Avec une journée (vraiment) ensoleillée par semaine, on comptabilise à peine 8 jours de sorties plage. C’est peu. Mais heureusement, nous sommes partis la semaine dernière en vacances. De courtes vacances puisque j’ai repris le travail dès le 1er septembre. Cela a toujours été notre plaisir de partir au moment où tout le monde est déjà rentré. On ne veut jamais dire si vite Au revoir à l’été, on veut toujours prolonger un peu. Et cette année, comme le temps a été inhabituellement gris et maussade , nous n’avions pas du tout le coeur à quitter les doux parfums estivaux. Non , pas encore. Nous avons donc profité de la piscine pendant notre séjour, bronzé un peu histoire de faire disparaitre pour quelques temps cette peau si peu halée, flâné dans les ruelles sous un doux soleil aoutien. Et pour ma part, j’avais très envie de sortir une bonne fois pour toute mes vêtements de saisons. J’avais acheté quelques robes, mes maillots attendaient sagement leur tour et cette combishort qui venait juste d’arriver… il me tardait de la porter.

Au final, nous n’avons pas eu le temps de shooter ce look au bord de la piscine comme prévu. Les événements de la vie écourtant un peu plus notre séjour en Indre et Loire. Nous n’avons pas pu non plus retenir le soleil qui a, cette année, vite fait place aux nuages. Les températures ont dégringolé en quelques jours et nous désespérons de voir les beaux jours faire leur retour. C’est donc sous 18°C que nous avons pris ces photos. 18 petits degrés en combishort, c’est une première pour moi.

Pour vous parler un peu plus de cette pièce, j’avoue avoir été un peu déçue. Je trouve le haut à tomber avec son grand décolleté modulable grâce aux bretelles amovibles. Mais le bas… Je pensais qu’il serait plus large et un peu plus long. Cette combishort est tellement courte et serrée que je n’ose pas la porter autre part qu’à la plage ou à la piscine. Cependant, le tissu est de bonne qualité et le motif tellement joli. J’étais triste de ne pas pouvoir la porter plus souvent. J’ai donc trouvé une alternative pour profiter de son si joli décolleté: je l’utilise comme body (les photos de cette alternative sont juste en dessous!) . Sous une jupe midi elle fait totalement l’affaire. Je dirais même qu’elle est beaucoup plus classe portée ainsi.

 

Combishort : Zaful / Jupe: Jennyfer (similaire ici ) / Débardeur : Etam / Chaussures: Tex  (similaires ici) / Sautoir : Amazon