Création / Photographie

Des montgolfières.

En cherchant un peu d’inspiration dans mes fichiers photos,  je me suis souvenue de cette série que je voulais tant partager. Des photographies prises en macro un après midi pluvieux en forêt. Je les trouve si belles, même quelques mois après. Elles ont quelque chose de différent, d’aérien. Et elles font remonter quelques souvenirs en moi. Le plus présent, c’est peut être celui d’une soirée , je n’avais pas encore dix ans et mes parents m’ont emmené voir les montgolfières. Des centaines de montgolfières! Elles étaient rassemblées sur un évènement aujourd’hui très connu en Lorraine, à Chambley. Un mondial qui se tient chaque année et qui, à l’époque, m’a complètement émerveillé. Les unes après les autres , elles s’envolent et s’éloignent. Elles sont des mastodontes en toile aux couleurs étincelantes. Je suis restée scotchée devant chaque décollage. Et ces gens qui partaient dans ces ballons… ils avaient tellement de chance. Aujourd’hui, je n’ai pas encore réalisé ce rêve qu’est de monter à bord de ces gigantesques ovales gonflables.  Et c’est peut être parce que j’ai trop envie de m’envoler en ce moment que l’idée m’est venue. C’est peut être aussi parce que j’aime ce qui est aérien et que les images s’y prêtaient. Alors, j’ai choisi une petite moitié de mes photos pour dessiner et les autres, je les ai laissé intactes puisqu’elles sont jolies ainsi.  En tout cas, je me suis beaucoup amusée à dessiner ces quelques montgolfières, ces objets volants, ces ballons. Ces petites choses qui volent et s’envolent, on ne sait où, on ne sait vers quoi.

 

 

 

Beauté/mode

Mes favoris des mois d’Avril et Mai.

C’est avec un petit peu d’avance cette fois ci que je vous retrouve ici pour l’article des favoris. J’ai décidé de ne le publier qu’une fois tous les deux mois. Fréquence qui est, selon moi, bien plus pratique dans le sens où j’achète peu et que je m’attelle à finir les produits que j’ai ouvert avant d’en commencer d’autres.

Mon premier favori est un gel douche Ultra doux de Garnier , et ça faisait un moment que je n’avais pas eu un réel coup de coeur pour ce genre de produit. On l’a vu un petit peu partout, sur les blogs, Youtube et sur les réseaux sociaux et j’étais très intriguée par son parfum sève d’érable et sa formule soin très hydratante qui convient parfaitement aux adultes comme aux enfants. Ce gel douche est aujourd’hui adopté par toute la famille. Je n’ai plus jamais la peau qui tiraille à la sortie de la douche, ce qui est un véritable avantage avec l’été qui arrive et son odeur douce et sucrée reste sur la peau.

Nouvelle routine démaquillage en route depuis quelques semaines, je me suis tournée vers la marque Vichy . J’en avais lu beaucoup de bien. L’eau micellaire fait très bien son job, démaquille sans agresser la peau et ne laisse pas de film collant ou huileux sur la peau. Et je trouve qu’elle matifie très bien en journée. Mais la véritable révélation , c’est ce gel nettoyant pour le visage. Si l’eau micellaire a une drôle d’odeur qui me déplait un peu , ce gel nettoyant sent bon le propre et j’adore ça. En plus de bien nettoyer, il a une action purifiante très intense. Il contient un micro peeling qui désincruste les pores et les resserre. Après son utilisation , on sent que la peau est nette et fraiche, parfaitement bien nettoyée et démaquillée, sans tirailler.

Ces deux derniers mois, j’ai fait de très belles découvertes au niveau du make up mais trois sortent vraiment du lot. Je vous en ai parlé plus en détail dans des articles dédiés. Tout d’abord, belle surprise avec le mascara volume de la marque Avril, qui fait des cils de biche d’un noir intense. La brosse est très agréable à utiliser, elle attrape chaque cil et dépose juste ce qu’il faut de matière pour des cils plus volumineux et allongés. Je le compare d’ailleurs à mon préféré de tous : le Marc Jacobs. Si vous voulez voir la revue c’est ici.

Cette couleur n’a pas quitté mes lèvres ce mois ci, et pour cause, ce lipstick mat sans transfert de chez Sephora est parfait. Il est facile à appliquer, tient longtemps et sa couleur est sublime. Pour en savoir plus, c’est juste.

Enfin, mon fond de teint du moment, le magnifique Diorskin Forever. S’il y a bien quelque chose qui me bluffe avec ce fond de teint, c’est sa tenue. Il tient toute la journée, sans base ( je ne mets pas de base type PoreFessional puisque c’est déconseillé pour mon type de peau) , juste au dessus de ma crème hydratante. Le rendu mat mais lumineux est absolument superbe. Et pour lire la revue qui lui est destinée c’est juste.

Beauté/mode

Mango.

Aujourd’hui, je trouve enfin le temps d’écrire un petit peu par ici. J’avais hâte de retrouver ce blog même si ce n’est que le temps de quelques lignes. Il a fait un temps plus agréable ces derniers jours en Normandie et si, à l’heure où j’écris, il pleut de nouveau des cordes et que les températures ont littéralement chuté de dix voir quinze degrés, j’avais envie de partager ce petit look de presque début d’été. J’ai ressorti ma robe Mango de l’été dernier que je trouve vraiment trop courte pour la porter ailleurs qu’à la plage cependant j’aime beaucoup ses fleurs de cerisiers roses qui la rendent si féminine et si douce à regarder. J’aime également qu’elle soit en cache coeur, ce qui permet  de dévoiler un décolleté plus ou moins large et qui s’adapte au final à tous les types de poitrine. Aux pieds, mes baskets blanches et sur le dos ce magnifique kimono blanc au dessin immense dans le dos. J’ai eu un véritable coup de coeur pour cette pièce que j’ai trouvé sur le site Mango Outlet. Je l’ai payé une misère, mais la qualité est là et depuis que je l’ai reçu, il ne me quitte presque plus.

Beauté/mode

Les rouges velouté sans transfert de Sephora.

On en a entendu parler partout sur la toile ces derniers temps, ce qui m’a donné envie de tester ces merveilleux rouges velouté sans transfert de Sephora. Un tout petit prix (10€95) , une large gamme de couleurs, une qualité supposée égaler les grands Kat Von D et Huda … C’est vrai que dit comme ça, ils ont l’air parfaits. Mais qu’en est-il vraiment?

Les tubes ne sont pas des plus esthétiques mais ils sont assez pratiques, petits et on peut voir à travers le plastique transparent la teinte exacte du rouge à lèvres et la quantité de produit qu’il reste. Le bouchon en plastique noir est plutôt basique.

En passant chez Sephora et après avoir swatché l’intégralité de ces nouveaux lipsticks mats, j’ai craqué pour deux couleurs: la teinte 23 Copper Blush qui est un nude tirant sur le mauve avec des sous tons gris et la teinte 17 Dark red qui est un rouge sombre mais intense aux sous tons couleur brique ( et vous savez comme j’aime en ce moment les couleurs chaudes qui rappelle la brique!)

L’applicateur à embout mousse est hyper agréable à utiliser. Je trouve ceux de chez Nyx bien trop durs et il est difficile d’appliquer la matière uniformément, Sephora a gagné des points avec cette embout complètement souple, qui retient bien la matière et permet une application homogène en une seule couche.

En ce qui concerne le rendu et la tenue, j’ai remarqué au fil des applications que ce n’est pas constant d’une couleur à l’autre. Si les deux sont très pigmentés (plus que je n’osais espérer) , la texture du n°17 est plus épaisse et donc plus difficile à appliquer (vous verrez sur les photos que les contours ne sont pas nets, il faut vraiment avoir du temps devant soi pour l’appliquer correctement, ce qui n’était pas mon cas ce jour là.) . Cette teinte est également celle qui tient le moins bien des deux: Une demie journée sans retouches mais pas au delà puisqu’à partir du moment où l’on mange la couleur placée au centre des lèvres disparait . Autre point négatif de cette teinte , elle n’est pas tout à fait sans transfert. J’ai l’impression qu’elle n’est jamais totalement sèche même en appliquant une couche très fine. Malgré ça, la couleur est très belle et le tenue reste correcte.

La deuxième teinte (n°23) est un coup de coeur absolu. La texture est très crémeuse, s’applique merveilleusement bien même quand c’est du vite fait. Elle ne marque pas les petites imperfections et est terriblement agréable à porter. Une fois sec, ce rouge à lèvres mat ne se sent plus du tout. Il n’assèche pas et tient bien mieux que son collègue le n°17. Avec cette couleur, il est possible de prendre un repas sans avoir la nécessité de faire une retouche ensuite.

Au final , je suis conquise par ces mats à tout petits prix, j’ai très envie de les collectionner. Et si le rouge à lèvres rougeoyant est de moins bonne qualité, il reste tout de même un très bon produit avec un rapport qualité/prix bien au dessus de ce que l’on peut trouver en ce moment sur le marché.

Beauté/mode

Couleur brique.

C’est certainement la manière dont je préfère me maquiller en ce moment. J’ai envie de couleurs chaudes qui me vont au teint. Il faut savoir qu’en matière de maquillage, je ne me refuse rien. Aucune texture, aucune couleur sous prétexte que « ça ne me va pas ». Alors il m’arrive d’oser un rouge à lèvres bleu/lilas même si je sais que ce n’est pas l’idéal pour moi. Dans ma palette Vice 4 d’Urban Decay, une couleur sortait du lot. Il s’agit d’un brun orangé quelque peu rougeoyant qui fait vraiment penser à la couleur de la brique. Elle est absolument magnifique mais je ne l’avais jamais utilisé puisque je ne savais absolument pas avec quel genre de couleur l’associer. C’est difficile d’essayer quelque chose de nouveau et si je pioche des idées un peu partout, ce qui me permet de créer des make up parfois extravagants , pour ce brique là, ça m’a semblé plus délicat. Je n’avais pas envie de trop l’estomper, de peur de perdre cette intensité peu commune. J’aime la teinte de la façon dont on la perçoit dans la palette, au maximum de son intensité.

 

C’est ainsi que je me suis décidée à l’utiliser en coin externe de la paupière mobile de manière à l’estomper le moins possible. Je l’ai finalement associé à un champagne très lumineux en coin interne de l’oeil et fait un dégradé avec un vrai orange et une teinte entre deux, couleur rouille. J’ai également utilisé mon brique en ras de cil inférieur et j’ai intensifié le regard avec un trait d’eye-liner bien noir et plusieurs couches de mon mascara Marc Jacobs.

Dans l’article des rendez vous beauté du mois d’Avril, j’avais trouvé intéressant le fait de pouvoir vous parler et du make up et des produits que j’utilisais. Comme si j’intégrais une revue dans un tutoriel. C’est pourquoi je réitère l’expérience aujourd’hui. J’avais très envie de vous parler de mon nouveau fond de teint. Alors que j’avais presque fini le Naked Skin d’Urban Decay qui me suivait depuis l’automne 2016, je me suis bien rendu compte que mon type de peau avait changé. J’ai découvert que j’avais des zones de sécheresse sur les joues, mais toujours le milieu du visage assez changeant, de mixte à gras selon les jours, la météo, la période du mois.  Et mon fond de teint chouchou qui jusque là faisait son job à merveille en rendant ma peau lisse et unifiée , marquait beaucoup trop les zones de sécheresse et bougeait en fin de journée. Jusqu’à ne plus tenir du tout les derniers temps. Je suis donc allée chez Sephora, expliquant à ma vendeuse que non seulement je n’avais quasiment plus de fond de teint mais qu’en plus je ne pouvais plus racheter le Naked Skin simplement parce qu’il ne me convenait plus. Après maquillage en magasin et coup de coeur absolument pour le rendu , j’achetais le Diorskin Forever.

Alors déjà, il faut dire que j’ai rarement vu un packaging si joli. Son flacon pompe (=pratique) en verre dépoli fait tout de suite plus « propre » qu’un verre translucide qui fait rapidement apparaitre les traces de doigts. Le produit est fluide et facile à appliquer. Je viens de reprendre le maquillage du teint au pinceau après avoir utilisé le beauty blender durant des mois et je suis ravie de voir que la matière s’étire bien sans laisser de traces. D’ailleurs sa texture est plutôt fondante et non grasse, elle floute rapidement le grain de peau et unifie dès la première application. La couvrance est légère mais est totalement modulable. Ainsi en appliquant plusieurs couches , il est possible d’avoir une couvrance moyenne qui reste naturelle puisqu’en aucun cas ce fond de teint ne produit un effet masque.

Une fois bien en place, il tient très longtemps. Et même s’il perd un peu de matière en fin de journée , c’est de manière discrète, sans faire de plaque et sans réellement bouger sur la peau. C’est assez impressionnant, c’est comme s’il s’estompait simplement. En ce qui concerne son fini mat, je suis plus mitigée (mais sans être déçue) . Il est mat à l’application, mais il faudra une bonne poudre pour ne pas que la peau brille au bout de quelques heures, surtout au niveau de la zone T.

Je suis assez bluffée par son confort. Une fois appliqué, je ne le sens plus du tout et c’est quelque chose qui n’est jamais arrivé avec d’autres fonds de teint . Je suis assez sensible à l’effet collant/gras des fonds de teint et des produits de beauté en général. Je n’aime pas avoir la sensation d’une texture quelle qu’elle soit sur ma peau. Et souvent, j’attends avec impatience le moment du démaquillage pour avoir de nouveau l’agréable sensation d’une peau nue. C’est d’ailleurs ce qui m’a fait choisir ce fond de teint, puisqu’il est fluide et non gras, il donne l’impression de ne pas être maquillée. En plus d’être un très bon produit de make up, il contient une essence de soin qui cible les problématiques des pores (sécheresse, dilatation, relâchement) et qui aide la peau a se rééquilibrer selon ses besoins en hydratation. J’espère que sur le long terme , il affinera mon grain de peau de façon notable. En attendant de l’utiliser plus longtemps, je peux d’ores et déjà dire que je suis ravie de son effet sublimateur de peau et de sa tenue presque infaillible. Il contient également un SPF 35 non négligeable pour l’arrivée des beaux jours.

Au final, j’ai eu un véritable coup de coeur pour ce produit qui coute tout de même 49€. Cependant, avec les -25% souvent offerts par Sephora, il est à peine plus cher qu’un Urban Decay . Ce qui vaut vraiment le coup quand il s’agit d’acheter du luxe.

 

Beauté/mode

La grande roue.

Je rêvais de faire des photos devant une grande roue. Non pas comme toutes ces filles à Coachella mais dans une ambiance un peu romantique, plus douce, plus proche de ce que je suis. Alors quand j’ai su qu’une grande roue s’était installée à Cabourg, capitale de l’amour, j’ai su que c’était le moment. Nous sommes arrivés dans notre ville côtière préférée vers 19h, nous sommes allés chercher des bonbons puis nous avons diné tous les trois dans un restaurant que nous apprécions particulièrement dont les murs sont recouverts d’un pétillant vert pomme et qui est tenu par un homme tellement sympathique. Après cela, nous nous sommes tout naturellement dirigés vers cette grande roue immense dont les pieds me font penser aux cannes à sucre de Noël. Nous n’avons pas résisté à l’envie de monter dedans ( d’habitude, je déteste cette attraction, j’ai tellement peur, mais j’étais forcée de constater qu’elle offrait une vue incroyable sur le Grand Hotel et la mer. ) pour faire quelques photos et à nouveau les pieds bien sur terre nous avons entamé ce shooting si particulier et tant désiré. La tenue est assez simple, mis à part peut être ces chaussures dégotées sur Amazon et que vous avez déjà aperçu ici et ce gilet que j’ai volé à ma grand mère (C’est surprenant n’est ce pas? Mais j’ai une grand mère jeune et stylée) . Ma jupe vient du site Shein, mon body a été shoppé chez Undiz. Quant à mon sac Jennyfer, vous l’avez déjà vu tellement de fois, mais il est si pratique. Il parait petit comme ça, mais il peut contenir mon appareil photo, ma trousse de make up, mon téléphone et mon portefeuille sans problème.

 

 

 

Beauté/mode

Les Rendez Vous Beauté: Le printemps sur les yeux avec Avril.

J’avais très hâte de vous publier cet article et de vous dévoiler enfin ce petit projet en collaboration avec d’autres blogueuses. J’ai été contacté au mois de mars par Nastasia du blog Toute de rose poudrée pour participer aux Rendez Vous beauté en tant qu’invitée et c’est avec plaisir que j’ai accepté le défi.

Mais les rendez Vous Beauté qu’est ce que c’est? Il s’agit d’un challenge créé par Cécilia du blog Autour de Cia qui permet de s’amuser avec du maquillage  et de partager un make up réalisé à partir d’un thème donné. L’équipe est composée de dix blogueuses permanentes qui deviennent directrices d’édition tour à tour  et de deux ( ce mois ci , trois) blogueuses invitées. Pour en savoir plus je vous invite à lire la FAQ sur le blog de Cécilia.

Ce mois-ci , le thème choisi par Nastasia est « Le printemps sur les yeux » et est en collaboration avec Avril que je connaissais déjà puisque j’utilise sans cesse leurs blush. Avril est une marque française créée en 2012 désireuse de rendre accessible la cosmétique bio à toutes les femmes. Chacune de nous a reçu deux produits de la marque : un mascara et un crayon pour les yeux.

Avant de vous parler du make up que j’ai réalisé, je voulais d’abord vous parler de ces deux produits. Le crayon pour les yeux que j’ai reçu en teinte figue est une jolie découverte. Il est très pigmenté et s’applique tellement bien. La mine n’est ni trop dure , ni trop molle. Ce produit est formulé à base de beurre de karité bio , de cire d’abeille et d’huile de ricin ce qui permet, selon la marque, de nourrir la peau et surtout de ne pas la dessécher. J’ai été surprise de voir à quel point il est facile à travailler, puisque j’avais besoin de l’estomper au maximum dans le coin externe de ma paupière mobile. J’ai donc utilisé un pinceau deux-en-un estompeur/fin pour réaliser mon dégradé et il m’a fallu très peu de temps pour obtenir le résultat qui me plaisait. Quant au mascara, énorme coup de coeur. Je vous parlais dans mes derniers favoris du Velvet noir de Marc Jacobs qui est mon nouveau chouchou et qui coute tout de même 27 € . Avril a réussi  à créer un bon mascara qui donne du volume pour 20 € de moins! Tout comme le crayon, il contient de la cire d’abeille pour protéger les cils et de l’extrait d’açaï , un anti oxydant qui aide à fortifier les cils. Le rendu est plus ou moins naturel selon la façon dont on l’applique et j’aime énormément la brosse qui attrape les cils un à un et qui dépose juste ce qu’il faut de matière. Finalement la différence majeure entre le rendu de ce mascara et celui de Marc Jacobs c’est l’effet faux cils que l’on ne retrouve pas vraiment pour la version d’Avril.

 

En ce qui concerne le make up maintenant, j’ai voulu joué sur la couleur des fleurs de cerisiers au printemps. J’ai donc utilisé pas mal de teintes mauves, blanches et roses. Pour le teint , j’ai appliqué mon fond de teint favori , le Naked Skin d’Urban Decay que j’ai poudré avec la poudre matifiante de Sephora. J’ai légèrement rempli mes sourcils de façon à ce que ce soit le plus naturel possible avec mon crayon Sephora (que vous pouvez retrouver dans mes favoris des mois de Février et Mars) . Pour les fards à paupières, ce ne sont autres que des fards Sephora (d’une ancienne palette) et de la Vice 4 d‘UD . J’ai voulu faire un make up en trois parties: du rose dans le coin interne , du blanc nacré au centre et un violet intense dans le coin externe. Au final je n’aurais utilisé que peu de fards et beaucoup, beaucoup de crayon pour les yeux reçu par Avril. Puisque c’est celui ci qui me sert de fard pour le coin externe de la paupière , de khôl et d’eyeliner. En ce qui concerne le mascara , j’en ai mis très peu , désireuse de faire ressortir les couleurs plutôt que mes cils qui sont naturellement longs et garnis (oui , je suis une veinarde pour ça) . Et enfin, puisque j’ai terminé mon maquillage ainsi, j’ai déposé sur les lèvres le rouge à lèvres liquide mat Babydoll de Nyx.

Et voici la liste des blogueuses qui ont joué le jeu ce mois ci:

Aurélie – A bowl of Glitter
Cécilia – Autour de Cia
Claire – Ô Boudoir Parfumé
Delphine – Les Jolis Slims
Georgina – Georgina Edith
Harmony – Harmony Lu
Marie – Joy and Makeup
Nastasia – Toute de Rose Poudrée
Vickie – Vickie in the sky

Les invitées ♥
Hélène – Hélène Aime
Justine – Bien dans sa peau

Pour finir, je vous invite à suivre la page Facebook et le compte Instagram de ce joli projet

==> Les RDV Beauté sur Facebook 

==> Les RDV beauté sur Instagram

Beauté/mode

Une Spice Girl.

Les températures douces avaient fait leur apparition , ici en Normandie, il y a deux semaines et puis week end de Pâques oblige, on s’est retrouvé à ressortir les collants et les vestes bien chaudes. D’un coté , je suis hyper déçue de ne pas pouvoir encore sortir mes vêtements d’été, mais de l’autre, faut bien avouer que ce temps me permet de mettre ma nouvelle trouvaille de friperie sans trop de problème. J’ai complètement craqué pour cette robe/tunique bleue/lilas/violet on-sait-pas-trop-finalement. Je trouve super sympa sa couleur changeante selon les rayons de soleil et sa coupe différente. Seul problème finalement, elle est quelque peu transparente. J’ai bien pensé à l’associer avec un jean , comme il y a dix ans en arrière où toutes les nanas mettaient des jeans sous leurs robes et leurs jupes (apparement cette tendance revient en force, il n’y a qu’à voir sur le shop de Bershka)  mais je ne sais pas pourquoi , j’ai beaucoup de mal. Alors l’alternative collants , c’est parfait pour moi. Je trouve également que cette robe fait très 90’s . Et j’ai décidé finalement de l’associer à des codes de l’époque. Une paire de bottes Coolway qui ressemblent légèrement à des Doc Marten , un choker, la brassière de sport, les deux buns vissés sur le haut de la tête…. J’aurais très bien vu une Spice Girl sortir comme ça. Pas vous?

 

 

 

Culture

La box fait son cinema // Avril 2017

Ce mois – ci pas de box beauté dans ma boite à lettres, mais une autre catégorie de divertissement qui fait battre mon petit coeur. Vous savez déjà comme j’aime le cinéma et comme je trouve regrettable de ne pas pouvoir profiter d’y aller plus souvent depuis l’arrivée de Kéo. Et même si la vie est mille fois plus douce depuis que le Petit Prince est là, j’avoue que parfois j’ai des envies gargantuesques de grand écran. On se rattrape comme on peut, on regarde les films quand ils sortent en DVD et même si ça ne donne pas le même effet que la salle obscure, une partie de l’envie est assouvie. C’est tout simplement en cliquant « box » sur Google que j’ai découvert celle ci. Je trouvais hyper intéressant de découvrir ou de re-découvrir un film accompagné de plusieurs goodies ( qui, pour ce que j’ai vu dans les box précédentes, sont toujours de bon goût) . Alors, je me suis désabonnée de ma Birchbox pour tenter l’expérience avec celle ci. La box coûte 17€90 + 4€ de frais de port.

Si vous avez reconnu la casquette de la première photo, c’est sans surprise que je vous apprends que le film sélectionné ce mois ci était Drive. Film que je connais par coeur et que j’adore. Le petit livret fourni avec le DVD permet d’apprendre  pleins de petites informations en lien direct avec le film, de la bande son au dress code.  Je suis ravie aussi d’y trouver une sélection de films dans le genre Néo noir. Genre que j’ai appris à apprécier avec Drive et que j’ai envie de découvrir encore plus.

Drive a été librement adapté du roman éponyme de James Sallis et je suis ravie de pouvoir enfin le lire. Je me suis toujours dit qu’il fallait que je l’achète, mais j’avais un peu peur d’être déçue puisque l’histoire du livre est apparement quelque peu différente de celle du film. En tout cas, j’ai envie de savoir comment le personnage y est décrit, s’il est tout aussi réservé et taciturne ou s’il est différent du personnage joué par Ryan Gosling. Avec le livre, j’ai pu également trouvé ce set de cure-dents qui est, on est d’accord, totalement inutile mais alors tellement cool avec sa boite sur laquelle est dessiné le scorpion , signe représentatif du film.

Et puis, j’étais tellement ravie de recevoir cette casquette qui est, pour moi, l’accessoire phare de l’une des scènes les plus chouettes du film. Cette scène au tout début où le personnage principal sort du parking incognito alors qu’il est poursuivi par la police. Elle me donne des frissons à chaque fois tellement elle est parfaitement bien filmée. Il s’y dégage une ambiance particulière entre angoisse et euphorie où on admire la façon de faire de ce mystérieux jeune homme. Cette scène est complètement dingue!

 

Humeurs

Non, merci. Désolée. Je suis difficile.

Non, merci. Désolée. Je suis difficile. 6 mots. Les six mots d’excuse que j’ai le plus utilisé dans ma vie. J’ai toujours eu un rapport difficile avec la nourriture. D’après mes parents, jusqu’à mes cinq ans je mangeais de tout et du jour au lendemain, plus rien. Enfin… rien… Je sélectionnais. J’ai fini chez le médecin je devais avoir six ans peut être, j’étais mince mais pas maigre et ma famille s’inquiétait. Apparement, d’après la théorie de l’époque (je ne sais pas si elle est toujours d’actualité) , un enfant ne se laissera jamais mourir de faim. C’est vrai, je n’avais pas faim. Mes parents ont pris alors le parti de me laisser faire comme je le souhaitais. Je mangeais donc ce qui me donnais envie dans ce qui m’était proposé et ce qu’il y avait sur la table. C’est ainsi que petit à petit, j’ai arrêté de manger tout ce qui était vert, tout ce qui était salé et froid, tout ce qui contenait du lait. Je mangeais mal mais peu , je n’ai donc jamais eu de soucis de poids. Le plus compliqué finalement, c’était de gérer les sorties scolaires. Je redoutais les heures de midi , où il fallait  que je m’excuse de ne pas manger le repas que l’on me fournissait.

Adolescente, c’est devenu plus compliqué. L’âge faisant j’avais envie de manger mal, tout le temps. Je ne rêvais que de fast food, pizza et kebab et pour le gouter , ma passion pour les donut’s à commencer là. L’adolescence , c’est aussi le moment où on a envie de passer du temps avec des amis, manger chez eux, ou au restaurant. Le nombre de fois où je me suis forcée à avaler ce qui m’était proposé est incalculable. J’avais peur de froisser ceux qui me recevaient. Mon drôle de comportement alimentaire s’est accentué entre mes 15 et mes 18 ans. J’ai commencé à manger la même chose à chaque repas, jusqu’à m’en dégouter. Parfois, ça durait une semaine mais la plupart du temps ça durait beaucoup plus longtemps. Quand je suis arrivée à la fac, mon alimentation était chaotique. Plus aucun légume, peu de viande, beaucoup de féculents et de sucreries. Seule chose positive là dedans, j’adore le poisson et j’en ai mangé beaucoup à cette période. Je me souviens avoir arrêtée de boire de l’eau en faveur de sodas. Je savais que ce n’était pas bon mais j’avais pas envie de me forcer. Je me suis également rendue compte, en vivant seule dans mon appartement, que je détestais cuisiner. Je ne voulais pas toucher au beurre, à la viande crue, aux pâtes cuites, ça me dégoutait. Et je trouvais absolument répugnant de faire la vaisselle.

Et puis, avec Andy mon amoureux, nous avons décidé de vivre ensemble et il a fallu que je me fasse violence. Il a fallu que je cuisine pour nous deux et j’ai peu à peu repris une alimentation correcte. Il était hors de question pour lui de manger toujours la même chose. Il m’a peu à peu réconcilié avec les légumes même si je reste assez difficile. En gagnant un amoureux, j’ai aussi rencontré un beau frère qui est difficile aussi. C’était un soulagement de l’apprendre à vrai dire parce que je savais que mes beaux parents comprendraient que non ce n’est pas un caprice mais un vrai trouble. Ils ont d’ailleurs toujours été très tolérants et je me suis un peu plus ouverte. J’acceptais avec plaisir d’essayer, de gouter et je savais que si ça ne me plaisait pas , ils ne me forceraient pas.

En tombant enceinte de Kéo, j’ai décidé de faire plus attention. Je voulais nourrir du mieux possible le bébé qui grandissait en moi. J’ai recommencé à manger régulièrement de la viande, j’ai appris à cuisiner un peu mieux. Je faisais attention à manger plus de légumes et de fruits. J’ai tenu sept mois. Je pense d’ailleurs que si j’ai pris si peu de kilos durant cette grossesse, c’est grâce à cette alimentation drastique que je me suis imposée. Je privilégiais les produits du marché et des petits commerçants en bas de chez moi. Je vérifiais la provenance. Et au bout de sept mois, l’envie de sucre à repris le dessus et j’ai commencé doucement à lâcher prise jusqu’à l’accouchement. J’ai également décidé de ne pas allaiter pour deux raisons. D’une, je voulais que le Papa profite de ces instants privilégiés avec son fils et de deux , je savais que je m’alimenterais de nouveau trop mal pour faire passer les bons nutriments à mon bébé.

Aujourd’hui , ma façon de m’alimenter change de nouveau. Je refuse de plus en plus la viande et je me rabats sur les céréales, les graines et les féculents. Nous nous sommes limités à un fast food par semaine pour montrer l’exemple à Kéo et nous savons que c’est une sage décision. Je ne m’excuse plus de ne pas aimer, je crois avoir trop complexé avec cela. Cependant, je goute d’avantage de choses, j’essaye de m’ouvrir au mieux. Parfois, ce n’est pas le gout en lui même qui me répugne mais l’odeur ou la texture. J’ai dans l’espoir de trouver rapidement une alternative saine au manque de protéines animales, de calcium et d’autres nutriments que l’on ne trouve que dans ce que je ne mange plus . Je pense vouloir plus me tourner vers des plats végétariens, mais cela reste encore en cours de réflexion.