Browse Month by novembre 2016
Création / Photographie, Non classé, Vie de famille, Voyages & Sorties

Aqua

 

DSC_0167.jpg

Il est de ces lieux qui vous touchent, vous laissent comme une trace indélébile, un souvenir ineffaçable. Des lieux que l’on découvre petit et dans lesquels on revient régulièrement avec des gens différents pour faire découvrir aux autres la sensation et l’émotion qu’ils ont suscité la première fois. Moi, j’en ai pleins des endroits un peu magiques qui me laissent un sourire béat sur les lèvres et un visage serein rempli d’une émotion certaine. C’est le cas de l’aquarium de Saint Malo que je connais depuis enfant. Comme je l’ai déjà dit ici, j’ai une certaine attirance pour l’univers et ses étoiles mais également pour les fonds marins et leurs mystères . La mer, à mes yeux, c’est comme un monde parallèle où vivent des choses aussi belles qu’étranges et peu de gens ont conscience de la beauté des créatures qui s’y trouvent. En regardant certaines de mes photos, j’ai même quelque peu fait la comparaison entre ce que j’ai vu et les animaux créés par James Cameron pour Avatar. L’inspiration est très nette: des couleurs électriques, de longs filaments qui semblent flottés dans l’eau et ces néons qui apportent cette lumière si particulière. A l’aquarium, se retrouver à contempler ces êtres vivants, c’est comme regarder une scène contemplative au cinéma. C’est long et lent, mais c’est fascinant.

dsc_0153

dsc_0156

dsc_0154

DSC_0170.jpg

DSC_0162.jpg

DSC_0160.jpg

DSC_0172.jpg

DSC_0180.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0872.jpg

DSC_0181.jpg

IMG_0862.jpg

IMG_0874.jpg

DSC_0187.jpg

DSC_0188.jpg

DSC_0190.jpg

DSC_0202.jpg

Beauté/mode, Non classé

Mes favoris de Novembre.

 

DSC_0091.jpgC’est fou comme parfois un mois peut être court et interminable. J’ai toujours trouvé que les quinze premiers jours de Novembre passent à une vitesse folle. On cumule les anniversaires chez nous. Et puis , d’un coup, plus rien et la deuxième quinzaine devient alors tellement longue. Ce mois-ci, quelques favoris, mais en terme général ma routine soin et make up n’a pas tellement changée.

DSC_0109.jpg

 

 

Tout d’abord, j’ai testé le soin de jour Effaclar K de chez la Roche Posay. J’ai du me tourner vers ce soin puisque la pharmacie dans laquelle je suis allée n’avait pas l’Effaclar Mat qui me convient parfaitement. Et dans l’ensemble je suis ravie. Il a une vraie action sur la brillance en journée, est une parfaite base de maquillage, hydrate suffisamment malgré son action serbo-régulatrice . Et même si l’ Effaclar Mat reste mon chouchou, celui ci fait très bien l’affaire.

DSC_0097.jpg

 

Niveau teint, j’ai fini ma poudre libre Luminelle de chez Yves Rocher que j’utilisais depuis des années et j’ai voulu en tester une autre. J’ai donc acheté la poudre matifiante compacte de Sephora et elle est parfaite. Elle matifie très bien, fait un fini photoshopé et est agréable à porter. Le rendu est dingue. Désormais, je me dirigerais vers celle ci.

DSC_0095.jpg

 

La bonne surprise de la Birchbox du mois est l’highlighter de Laqa&Co . Ce petit stick de couleur champagne est facile à utiliser et à travailler. Sa couleur champagne est très lumineuse sans pour autant apporter trop de « glowy » . J’ai un peu de mal avec les couleurs trop brillantes qui rappellent vite une boule à facettes. En plus, son packaging permet de l’emporter partout très facilement. Il ne prend pas de place de le vanity ou le sac à main et ne risque pas de se casser en mille morceaux comme un highlighter poudre. J’adore.

DSC_0103.jpg

 

J’en ai déjà beaucoup parlé dans cet article mais il fallait absolument que j’inclus dans mes favoris du mois ce crayon pour les sourcils de chez Benefit. Un plaisir à travailler et le packaging est tellement beau.

DSC_0111.jpg

 

Enfin, ça fait maintenant quelques temps que j’utilise ces petites lingettes démaquillantes pour les yeux  Sephora et je peux dire qu’elles ne m’ont jamais déçue. Elles sont conçues à partir d’extrait de bleuet, cette fleur toujours efficace pour démaquiller même les make up waterproof. Elles sont agréables à utiliser et après le démaquillage, on se sent vraiment propre. Elles ne laissent pas de fini gras ou collant. Le fait qu’elles soient dans des petites pochettes individuelles permettent de les emporter partout. C’est un gros top!

 

 

Non classé, Voyages & Sorties

Notre nuit à l’hôtel Ibis de Saint Malo.

dsc_0076

Je suis du genre à partir sur un coup de tête. J’ai toujours envisager le voyage comme une envie passagère et non pas comme quelque chose qu’on planifie, qu’on organise, qu’on vérifie et qu’on ressasse des mois à l’avance. C’est comme ça que j’ai décidé de passer le week end à Saint Malo samedi à 15h! Je me suis donc dirigée comme à chaque fois sur le site Booking.com (que j’adore) et j’ai cherché un hôtel pas trop trop cher (juste avant Noël , c’était moyen de dépenser des sommes folles pour une nuit à l’hôtel) . C’est comme ça que je suis tombée sur cet Ibis , en plein milieu du centre commercial de Saint Malo qui offrait des nuits en chambre double pour 45 € . Autant dire qu’à ce prix là et avec cette situation géographique, je ne m’attendais pas à du grand luxe. Et pourtant …

dsc_0067

dsc_0133

dsc_0141

Tout d’abord, l’accueil était on ne peut plus chaleureux. La jeune femme à qui je me suis adressée était d’une gentillesse et d’une serviabilité à tout épreuve ( même quand je l’ai embêté trois fois en une demie heure pour pas grand chose) . Après avoir rempli les formalités d’arrivée, j’ai donc été accompagnée jusqu’à ma chambre qui s’est révélé bien plus grande et confortable que je ne l’aurais pensé. Décorée avec goût, dans des teintes de gris avec des touches de couleurs, il s’en ai dégagé, dès l’entrée, une ambiance cosy. J’ai beaucoup aimé les suspensions qui servent de lampes de chevet et le fauteuil rouge orangé sous la télévision. Ensuite, j’ai découvert l’immense salle de bain avec douche à l’italienne et carrelage contemporain. Sans rire, on aurait pu y faire rentrer dix personnes à la fois. Enfin, et c’est la cerise sur le gâteau, nous avions une petite terrasse privée avec salon de jardin. Et même si ce n’est pas la période pour s’exposer au soleil , c’est appréciable de pouvoir prendre l’air pour les fumeurs comme pour les non fumeurs. L’hôtel est très calme et nous n’avons pas eu de soucis pour nous endormir. Nous nous sommes sentis comme à la maison.

dsc_0140

DSC_0126.jpg

dsc_0070

Au niveau des services, l’hôtel propose une connexion wifi gratuite, une réception ouverte 24h/24 , un personnel disponible et serviable, la possibilité de manger en chambre des plats plus ou moins gourmands et pour pas grand chose. Je trouve le rapport qualité/prix  vraiment excellent.

dsc_0139

 

 

 

Création / Photographie, Humeurs, Non classé

Des lucioles.

DSC_0004.jpg

En me promenant un peu sur les différents profils de FlickR, je suis tombée sur une photo qui m’a de suite parlée. Même que de toutes mes photos favorites, celle ci est ma préférée. L’idée du photographe, Mike Monaghan, étant d’étendre un grand drap sur des guirlandes à Led multicolores et d’y allonger une femme pour créer un effet de contre jour. J’ai toujours été fascinée par cette image, à la fois tellement réelle et féérique. Elle m’inspire. Je trouve que toutes ces petites lumières minuscules ressemblent à des lucioles. Un grand nuage de lucioles qui se seraient retrouvées là pour former un joli tableau scintillant. J’aime l’effet de la lumière qui dévoile juste un peu et qui laisse largement la place à l’imagination. Avec des petites loupiotes de ce style , on peut choisir ce que l’on veut montrer, mettre l’accent sur une silhouette ou juste laisser trainer par ci par là des scintillements verts, bleus et rouges. Elles offrent mille possibilités, mille façons d’imaginer une scène ou d’en écrire l’histoire. Pour ma part, j’ai fait mes premiers essais sans réelle trame à suivre. On a juste essayé, comme ça, pour voir. Je ne voulais pas raconter d’histoire, ni vraiment mettre en scène une situation. Mais j’avais vraiment envie de montrer la façon dont j’ai apprivoisé mes toutes petites lucioles.

 

DSC_0021.jpg

dsc_0020dsc_0032dsc_0037

 

 

 

 

 

Humeurs, Non classé

Le syndrome de l’imposteur.

Punaise! C’était donc ça. Je l’avais lu par ci, par là. Les autres en parlent comme d’un véritable fléau, faut-il encore comprendre ce que c’est et d’où ça vient. Le syndrome de l’imposteur. Faut dire que ça sent un peu l’arnaque tout ça et je ne me sens pas l’âme d’un escroc de pacotille qui se ment à lui même. Et pourtant… En lisant bien ce qu’est ce drôle de syndrome, je me suis reconnue à des phases différentes de ma vie et plus particulièrement en ce moment même où ma vie est rythmée par des réunions où il faut que je fasse des comptes rendus sur mon travail. C’est quelque chose de difficile pour moi de reconnaître que si les choses se passent bien, c’est parce que j’ai les compétences pour faire mon job correctement. Je suis victime du syndrome de l’imposteur, je m’arnaque moi même. Je me suis persuadée , après quelques échecs et un gros manque de confiance en moi , que les circonstances m’ont gaté et que finalement, si je réussis dans ma vie professionnelle c’est surtout grâce au facteur chance. J’ai la chance d’être patiente, d’avoir retenu des notions lors de mes études, de m’entendre avec l’enfant avec lequel je travaille, d’avoir des collègues bienveillants… Vous voyez, au final, c’est pas ma faute. C’est la vie qui m’a mise là. Alors bien évidemment, ce matin encore, après une de ces réunions où il faut que j’explique devant un panel de collaborateurs la façon dont je travaille, j’ai pas dit grand chose et mon collègue m’a lancé un « Je t’ai vu t’effacer » . Ce à quoi je réponds brièvement en expliquant que je déteste être mise en avant et m’exprimer en public. Que ça me gène au plus haut point d’être critiquée (même si la critique est positive ) et que rien de tout cela n’arrive parce que je l’ai voulu. Je fais juste mon travail, tu vois. Parfois, je rêve à d’autres métiers, d’autres choses que je pourrais faire de ma vie. Et puis je suis vite rattrapée par ce sentiment fort et désagréable de ne pas savoir si j’en suis capable. Parfois, j’ai presque envie de me secouer et de me dire que si je n’essaye pas je ne saurais jamais. Mais, j’en suis incapable.

Le syndrome de l’imposteur , c’est aussi vivre avec l’angoisse qu’un jour le facteur chance disparaisse et que je me retrouve confrontée à une situation que je ne saurais pas gérer. C’est un peu comme si la chance était une personne qui me portait , me protégeait. C’est un peu la bonne copine qui m’accompagne à une soirée bondée de gens que je ne connais pas. C’est imagée mais c’est ça. Je me sentirais perdue sans elle. Et qu’arriverait-il si les autres voyaient que c’est elle qui me porte? Que c’est grâce à elle que je suis valorisée dans ce que je fais et non pas grâce à un certain nombre de compétences que je n’ai pas.Je serais alors une menteuse. Le vilain petit canard déguisé en cygne et je me sentirais mal. C’est certain.

J’ai rencontré cette drôle d’imposture assez jeune. Quand les autres disaient de moi que j’avais des facilités d’apprentissage. Je n’étais pas une élève précoce, mais juste une bonne  élève qui n’avait pas trop besoin de travailler à la maison pour avoir de bonnes notes. De là, j’en ai rapidement conclu que si j’étais à l’aise avec les apprentissages scolaires, alors on ne pouvait pas vraiment dire que je méritais les bonnes notes. Alors, petit à petit , j’ai commencé à pratiquer l’underdoing. C’est à dire que je ne préparais plus mes examens dans l’espoir de me prendre des taules . Et des taules j’en ai pris. Mais là encore, à mes yeux , rien ne pouvait venir de mon travail. Le niveau était simplement trop élevé pour moi et fallait que je laisse tomber. Ce que j’ai fait. J’ai passé deux ans à la fac avant d’abandonner. Et puis, je me suis mise à la recherche d’un emploi. Quelque chose qui ne me demandait pas de qualités intellectuelles exceptionnelles. De toute façon, j’étais devenue une bonne à rien. Ma seule satisfaction étant de ne pas me retrouver au chômage pour éviter que mes parents pensent qu’en plus d’être intellectuellement limitée , j’étais aussi fainéante. Mes supérieurs de l’époque n’ont rien fait pour arranger cela, mettant plus souvent le doigt sur les petites imperfections plutôt que de féliciter le personnel pour le travail considérable effectué. Une fois le CDD terminé, il a fallu que je retrouve un travail. J’ai passé, sans grande conviction, l’entretien pour devenir auxiliaire de vie scolaire. J’espérais avoir le poste, mais avais-je les compétences moi qui n’avait jamais travaillé avec des enfants ? Rien n’était moins sur. Lorsque l’on m’a rappelé pour m’attribuer le poste, j’ai eu la sensation d’avoir dupé le monde. J’étais heureuse certes, mais j’avais le sentiment que cette place tant convoitée n’était pas pour moi. J’avais raconté que j’avais été baby sitter et que j’aidais souvent les enfants de mon entourage pour leurs devoirs. Ce qui est vrai. Mais à mes yeux, cela n’avait rien à voir avec de réelles compétences. Et le handicap, sincèrement, moi je n’y connaissais rien.

Aujourd’hui, après quelques discussions avec mes collègues et leurs avis sur la situation, j’ai compris que j’avais un sérieux problème d’estime de moi. Bien qu’étant un peu plus consciente du travail que je fournis, je suis loin de me trouver des compétences sur lesquelles m’appuyer lorsque le job est bien fait. C’est encore souvent une histoire de persévérance et de chance. Parfois, on m’a qualifié d’exigeante , de perfectionniste. Et j’ai réalisé , il y a peu de temps, que c’était dans tous les domaines. Je suis consciente que je suis touchée par ce drôle de syndrome et le savoir m’aide déjà énormément à mieux analyser les situations dans lesquelles je me trouve. Mais, il me faudra encore beaucoup de temps pour apprendre à dépasser cela. Je suis même prête à vivre toute ma vie avec ça. Et pour changer les choses, il y a des limites que je m’impose moi même que je vais devoir , un jour ou l’autre , franchir.

DSC_1043.jpg

Beauté/mode, Non classé

Les sourcils à la mode Benefit.

DSC_0596.jpg

J’ai appris à me maquiller les sourcils il y a peu de temps. Ayant une ligne pas trop mal dessinée et des sourcils assez épais , je ne voyais pas à quoi cela pouvait bien me servir. Et puis, un peu comme tout, une fois j’ai tenté et j’ai vraiment vu la différence. Je ne suis pourtant pas une adepte des sourcils ultra dessinés comme fait Benefit dans ces bars à sourcils. D’ailleurs, je ne suis jamais passée entre les mains d’une pro et je ne compte pas encore aller dépenser mes petits sous dans une prestation de ce type. Ma meilleure esthéticienne reste encore ma mère et avec le temps et de la patience, j’ai appris à me débrouiller pas trop mal non plus.

Aujourd’hui, si je suis encore loin d’avoir des sourcils très définis à l’américaine, j’apprécie de plus en plus de découvrir des produits pour les maquiller. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que j’ai reçu pour mon anniversaire le joli coffret Defined & refined brows de chez Benefit.

DSC_0591.jpg

S’il y a bien une chose que l’on n’enlèvera pas à cette marque, c’est son sens de l’esthétisme. Je suis tombée complètement amoureuse de cette boite en métal imprimée de motifs magiques et d’une parfaite petite magicienne. Là, où le charme fait encore plus son effet, c’est lorsque je découvre le packaging des produits. Que des choses qui font penser à de petites baguettes magiques argentées!

DSC_0595 (1).jpg

En premier lieu, j’ai donc découvert le Browvo! Conditioning primer qui n’est autre qu’un soin sous forme de gel à appliquer matin et/ou soir. Il suffit de tourner la mollette du bas jusqu’à entendre un petit « clic » . La façon dont ce tube a été créé permet de ne délivrer que la quantité suffisante de produit pour un sourcil. Son applicateur est également un point fort, puisqu’il permet de ne pas se mettre du gel partout et de rester donc hyper hygiénique. Le produit enrichi en kératine et protéines de soja aide à révéler des sourcils plus épais et plus fournis. Ainsi, au moment d’appliquer le crayon, le résultat est optimisé et qui plus est, tient toute la journée.

DSC_0612.jpg

DSC_0614 (1).jpg

Le Precisely, my brow pencil est sans aucun doute le produit le plus beau de ce coffret. D’un bout à l’autre je le trouve réussi. Le coté pointu contient la fine mine de crayon. J’ai eu un peu peur en découvrant la couleur du crayon, lui trouvant un aspect marron glacé presque grisâtre. Mais une fois testé, il s’est révélé être de la bonne couleur. Il n’est pas trop sec. Il permet donc de travailler avec précision et rapidité sans avoir à repasser par dessus plusieurs fois. L’autre coté du crayon cache une petite brosse basique , parfaite pour brosser et uniformiser les sourcils.

DSC_0603.jpg

DSC_0606 (1).jpg

DSC_0608.jpg

Le High brow est le parfait crayon pour finir le maquillage. De couleur rosée, il permet de donner une touche d’éclat et de lumière au niveau de l’arcade sourcilière pour sublimer le maquillage. C’est une étape que je n’oublie jamais tellement elle fait la différence.

DSC_0616.jpg

DSC_0617.jpg

Pour finir la présentation de ce coffret, voici l’accessoire qui permet d’avoir des sourcils bien symétriques. La petite réglette graduée permet de placer des points à la même hauteur des deux cotés. Elle est censée faciliter le maquillage et permettre de ne pas se tromper. Pour ma part, je ne l’utilise jamais puisque je ne suis pas à tout prix à la recherche d’une symétrie parfaite. Mais c’est tout de même une bonne idée.

DSC_0620.jpg

DSC_0619.jpg

Ce coffret est en édition limitée et coute 38€ chez Sephora.

DSC_0599.jpg

Beauté/mode, Non classé

La Birchbox cousue main.

DSC_0572 (1).jpg

Comme tous les mois, est arrivée l’heure de découvrir ma Birchbox . Alors, déjà, concernant le packaging et le thème, je ne suis pas très emballée. En faite, fun fact, je suis assez nulle lorsqu’il s’agit de fait main, DIY et couture. Donc bon , une box à customiser avec du fil et une aiguille, ça ne me parle pas. Concernant le contenu, il y a du bon et du moins bon…

DSC_0579.jpg

Le premier produit que je découvre me semble étrangement familier. La forme de la miniature, les couleurs pep’s , la marque… Il me semble avoir reçu une crème corporelle du même style cet été. Crème qui est d’ailleurs toujours dans mes tiroirs puisque j’ai déjà reçu beaucoup trop de crèmes pour le corps. Au premier abord, j’étais donc déçue puisque je pensais réellement recevoir à nouveau une crème, sauf qu’en regardant de plus près, je me suis aperçue qu’il s’agissait d’un gommage. Et même si je n’en utilise que peu, il y a du mieux.

DSC_0585.jpg

Le soin capillaire que je découvre ce mois ci est un shampooing Kevin Murphy qui est censé fortifier les cheveux et les discipliner. Il me semble avoir déjà reçu un shampooing de la marque que je n’avais pas aimé puisqu’il avait asséché mon cuir chevelu.  Je retente le coup avec celui ci. Pour le prix, j’espère vraiment y trouver du positif. En attendant, je trouve toujours leur packaging aussi beau, autant en miniature qu’en full size.

En ce qui concerne les soins pour le visage, j’en ai eu deux, dont un que j’ai vraiment hâte de tester. Tout d’abord, il y a ce masque en tissu concentré en sérum hydratant et repulpant de chez Erborian. Franchement, sur le papier, ils me vendent du rêve alors j’en attends beaucoup.  Le deuxième soin est une crème de nuit de chez Ren. J’entends parler de Ren depuis des années mais les prix m’ont à chaque fois rebutée. J’avais peur de me plantée dans mon choix. Je suis donc ravie de pouvoir enfin tester cette marque!

Enfin, le produit make up de la box est un illuminateur de chez Laqa & Co. C’est la première fois que je vais utiliser un illuminateur en stick. J’ai plus l’habitude des poudres. Ce sera donc une véritable découverte. En tout cas, j’aime déjà sa couleur champagne très irisée et très lumineuse. Je pense même l’utiliser en coin interne de l’oeil pour donner plus de relief à mon make up .

Beauté/mode, Non classé

La robe aux oiseaux.

DSC_0553 (1).jpg

J’ai cédé à la folie des robes-papier-peint. Il y a quelques temps, je n’aurais surement jamais réussi à porter ce style de robe quelque soit le motif. Mais lorsque je suis tombée sur celle ci tout à fait par hasard en entrant dans une jolie boutique de Locronan, la magie a opéré. J’aime beaucoup ces colibris colorés sur ce fond clair , j’aime bien la forme blouse sans décolleté et le fait qu’elle puisse être portée à toutes les saisons. Seule petite chose qui m’agace un peu : sa longueur. Je suis plutôt grande et elle est assez courte sur moi. Je pense même que pour le printemps et l’été , elle me servira plus de tunique que de robe. En attendant , pour cet automne, j’ai décidé de l’associer à mon grand manteau trouvé sur un marché et à mes derbys beiges qui viennent de chez Babou et que j’ai eu pour un prix dérisoire. Coté accessoires, j’ai misé sur des bagues dorées et géométriques. La triangulaire , ma préférée, vient de chez Réserve Naturelle et m’a été offerte par mon Amoureux. Les autres sont celles de chez Moa dont j’ai déjà parlé ici.  En associant toutes ces pièces fortes, j’avais un peu peur que le résultat ressemble à du grand n’importe quoi mais au final, je trouve que cette tenue reflète exactement qui je suis et c’est bien pour ça que je l’adore.

DSC_0555 (1).jpg

DSC_0561.jpg

DSC_0566.jpg

DSC_0563.jpg

DSC_0559.jpg

DSC_0556 (1).jpg

Non classé, Vie de famille

Quatre jours dans le Finistère.

Pendant les vacances de la Toussaint, nous avons décidés de prendre un grand bol d’air marin sur les côtes bretonnes. Nous avons loués une petite maison dans la résidence Néméa de Locmaria Plouzané qui offre une magnifique vue sur la plage de Porsmilin et sur le large. Je suis une amoureuse de l’océan, et, je ne crois pas l’avoir déjà dit ici, mais lorsque j’étais petite (parmi les autres nombreux métiers que j’ai voulu exercer) je voulais devenir océanographe. J’étais attiré par tout ce qui vit aux abords et sous l’océan et je crois qu’aujourd’hui c’est une chose qui me parle encore. D’ailleurs, je prend toujours bien soin de passer le plus de temps possible à la plage. Dès que j’ai un moment de libre , été comme hiver, j’emmène mon fils se balader sur le littoral. La mer, ça a quelque chose de mystérieux et à la fois, c’est tellement apaisant. Je crois que je ne m’en lasserais jamais. Et puis, j’adore aussi découvrir de nouvelles choses, rencontrer des cultures différentes de la mienne et aller photographier des lieux atypiques et pleins de charmes. C’est pourquoi aujourd’hui , je voulais absolument écrire cet article pour pouvoir partager nos quatre jours de balades et de découvertes dans le Finistère Nord.

DSC_0500.jpg

 

Jour 1: Plougonvelin, la Pointe Saint Mathieu et une après midi à la plage. 

La première journée a commencé sous un temps maussade, parfait pour aller au marché dans la ville la plus proche de Locmaria- Plouzané : Plougonvelin. Nous nous sommes garés sur un parking à l’entrée de la ville et avons rejoint le centre par la plage. J’ai beaucoup aimé découvrir de grandes maisons typiquement bretonnes qui ont presque l’air de châteaux de princesse. La ville est dynamique et propose pas mal d’activités même en octobre. Elle est aménagée de façon à ce que les séjours soient confortables et agréables pour les familles (magasins alimentaires regroupés dans le centre, parcs pour enfants, grande piscine, résidences de vacances face à l’océan, petits sentiers …) . La plage est immense et n’a rien à voir avec les petites plages bretonnes que j’ai l’habitude de voir.

DSC_0016.jpg

DSC_0018.jpg

DSC_0017.jpg

DSC_0050.jpg

DSC_0082.jpg

Après avoir longé Plougonvelin par la plage et après avoir profité du marché, nous nous sommes rendus à la pointe Saint Mathieu, réputé pour être très touristique et proposant un patrimoine historique d’exception. Un lieu où se mêlent architecture et histoire. Il s’agit d’une abbaye où logeaient autrefois des moines bénédictins qui a été vendue par l’Etat après la Révolution Française. Aujourd’hui , il ne reste que ce que les hommes et le temps ont réussi à préserver: des ruines majestueuses sur lesquelles veille le phare. On se retrouve complètement suspendu hors du temps dans cette abbaye. Cette pointe offre également une superbe vue sur l’océan.

DSC_0089 (1).jpg

DSC_0106.jpg

IMG_0619.jpg

DSC_0151.jpg

DSC_0164 (1).jpg

DSC_0165.jpg

DSC_0169.jpg

DSC_0194.jpg

DSC_0186.jpg

L’après midi, nous avons profité du temps plus clément et des températures douces pour passer du temps sur la plage de Porsmilin . Cette même plage que l’on peut admirer directement de la résidence.

DSC_0206 (1).jpg

DSC_0213.jpg

DSC_0214.jpg

DSC_0243.jpg

DSC_0285.jpg

DSC_0289.jpg

DSC_0367.jpg

IMG_0649.jpg

IMG_0706.jpg

 

Jour 2 : Locronan

Le deuxième jour, nous nous sommes dirigés vers Locronan, à 1h20 de route de Locmaria-Plouzané. Mes parents avaient entendus parlé lors de leurs dernières vacances de cette petite cité de caractère classée aux Monuments Historiques. Le village encore entièrement pavé, offre à ses visiteurs un tas de boutiques atypiques. De la savonnerie à la bibliothèque celte en passant par les conserveries et les boulangeries aux kouign Amann exquis. Mais le plus impressionnant dans cette cité reste la grande église sur la place principale. Imposante et splendide, elle est accolée à une petite chapelle. Nous avons également découvert une boutique absolument magnifique sur la place principale qui offre un panorama superbe sur les paysages environnants. D’ailleurs , j’y ai fait un achat que je viendrais dévoilé ici dans un look.

DSC_0414.jpg

DSC_0415.jpg

DSC_0416.jpg

DSC_0418.jpg

DSC_0420.jpg

DSC_0423.jpg

DSC_0425.jpg

DSC_0424.jpg

DSC_0430.jpg

DSC_0439.jpg

DSC_0443.jpg

DSC_0445.jpg

DSC_0448.jpg

DSC_0449 (1).jpg

DSC_0454.jpg

DSC_0455 (1).jpg

DSC_0457.jpg

 

Jour 3 : Le Conquet. 

Le troisième jour, nous avons découvert le Conquet. J’ai mis un point d’honneur à aller visiter cette cité maritime puisque j’en entendais parler depuis près de dix ans sans jamais avoir eu l’occasion d’aller la découvrir. Aujourd’hui, c’est chose faite et je ne suis pas déçue. Bien que touristique, elle reste une petite ville pleine de charme et le port est très beau. Elle a un air de ville du bout du monde. Nous avons passé une matinée entière à flâner dans les ruelles avant d’aller nous restaurer dans une crêperie typique de la rue commerçante.

DSC_0469.jpg

DSC_0474.jpg

DSC_0477.jpg

DSC_0481.jpg

DSC_0493.jpg

DSC_0494.jpg

DSC_0497.jpg

DSC_0499.jpg

IMG_0685.jpg

DSC_0512.jpg

DSC_0513.jpg

DSC_0515.jpg

DSC_0518.jpg

 

Jour 4 : Balade matinale sur la plage de Trégana. 

Et le dernier jour, nous avons bouclés nos valises et préparer notre retour avant d’aller faire une dernière virée matinale sur la plage de Trégana que nous avons rejoint à pieds de la plage de Porsmilin en longeant la côte. J’ai adoré prendre des photos ce matin là. Le soleil , légèrement caché par un voile nuageux donnait aux paysages des couleurs de crépuscule alors qu’il n’était que 10h30 du matin. Et même si ce n’est pas ma plage préférée, il faut avouer que, désertée par les touristes , elle offre un très beau décor pour les photos.

img_0714

dsc_0533

dsc_0524

DSC_0522.jpg

 

DSC_0525 (1).jpg

IMG_0718.jpg