Browse Day by août 9, 2017
Beauté/mode

La très réussie Naked Heat d’Urban Decay .

Aucune amoureuse de maquillage n’a pu passer à coté de cette sortie. Après trois naked « basiques » et la naked smocky , Urban Decay a sorti récemment la magnifique Naked Heat. La petite dernière, au packaging très travaillé, avait toutes les chances de me plaire. Voilà pourquoi.

Avant de parler des fards en eux mêmes , parlons de l’écrin. La jolie petite palette, au format identique des anciennes Naked, est peut être un peu moins lourde que la Smocky et la Naked 3  mais tout aussi solide. Le couvercle est très réussi. Il se pare de tons chauds passant du doré à un ocre très foncé qui n’est pas sans rappeler les nuances de la flamme d’une allumette. En ouvrant la palette, on y retrouve le grand miroir très pratique et le pinceau à double embout (un applicateur boule, un estompeur) de très belle qualité. C’est d’ailleurs le type de pinceau que j’utilise pour tous mes make up. Et ceux de chez Urban Decay sont particulèrement réussis.

Les douze teintes qui composent cette palette sont des fards aux tons chauds. Parfois ocre, parfois prune, avec un sous ton orangé brulé unique , elles composent un ensemble dont l’uniformité est bienvenue quand on commence en make up (ainsi, il est impossible de se tromper dans le mariage des couleurs). Huit des douze couleurs sont des mats très bien pigmentés (la première teinte de la palette est même peut être légèrement irisée) , les quatre autres sont des irisés/ métallisés très lumineux. J’ai un véritable coup de coeur pour les deux teintes du milieu (He devil et Dirty Talk ) qui sont des couleurs « brique » très proche du fard Bitter de la palette Vice 4 (fard préféré dont je vous parle d’ailleurs ici) . C’est le type de teinte qui me va le mieux et je suis très heureuse d’en avoir maintenant une déclinaison plus large , ce qui me permet de jouer davantage avec mon make up. La palette reste dans son ensemble assez neutre et peut s’utiliser pour des make up de jour comme de soirée.  Autre bon point concernant l’ensemble de ces fards, ils sont moins poudreux que dans les autres palettes d’Urban Decay, les micro paillettes des fards irisés tiennent bien en place ( ce qui n’était pas le cas pour les teintes claires de la Vice 4)  et je n’ai constaté que très très peu de chutes , même dans les teintes les plus sombres.

Cette palette est pour moi, une véritable perfection. Elle allie couleurs neutres mais sulfureuses à des teintes plus « nude » qui permettent de créer des reliefs. En exclusivité sur le site de Sephora et déjà en rupture de stock, elle risque de devenir l’un des best-seller de la marque. Elle sera en vente, dès le 16 août dans tous les Sephora de France. En attendant , je vous laisse avec un make up pour que vous puissiez voir les fards en action.