Un petit pied sous ma peau.

Un petit pied qui apparait sous la fine couche de ma peau, tu es là, Jolie Rose. Tu es bien là. Je ne sais pas si j’arrive vraiment à réaliser. Si je comprends qu’un rêve est en train de se concrétiser. Et hop! Un coup juste en bas, et ton dos un peu courbé qui arrondi mon ventre aussi. J’ai bien envie de t’imaginer, de croire que tu auras les cheveux aussi noirs que ceux de ton papa, que tu auras nos yeux marrons, les grands yeux avec de longs cils comme ceux de ton frère. Je range quelques vêtements dans l’armoire qui sera la tienne. C’est si petit et non, je crois que je ne réalise pas. Pourras tu vraiment entrer dans ses minuscules bodies? Comment peux tu être si menue? Je te sens sous mon nombril. Et puis, en prenant mon bain, tout à coup, tu t’agites et mon ventre bouge. C’est rigolo de te suivre du regard, j’ai presque l’impression de te voir. Je te sens remonter vers les côtes, puis apparaitre et disparaitre, je sais que tu es là. Je te sens te lover contre moi. C’est si attendrissant. Je m’habille et je te parle. J’enfile mon bola de grossesse et j’ose espérer, qu’après ta naissance, ce tintement précieux tu le reconnaitras. Cette petite cloche te fait réagir en tout cas. Tu tapes un peu plus fort et tout à coup, sans que je ne comprennes pourquoi, tu t’endors. Ton frère parle de toi, encore. Il t’inclut dans la plupart de nos conversations. Il planifie nos prochaines excursions. « Tu sais, Maman, quand on ira en vacances Papa, ma soeur, toi et moi… » . Il fait attention, tu sais, il ne saute pas n’importe comment sur moi. Il me demande si tu as faim, si j’ai mal et je sais déjà… Je sais déjà quel frère il sera pour toi. J’ai tellement hâte qu’il te voit.  En attendant, il passe beaucoup de temps à jouer dans ta future chambre. J’aime l’idée que vous pourrez y passer des moments ensemble. J’aime imaginer qu’il sera tout prêt de moi à parler de ses journées bien remplies à l’école quand je serais occupée à te changer. J’imagine qu’il t’embrassera avant que tu ne t’endormes et qu’il sortira de la chambre sur la pointe des pieds pour éviter de te réveiller. Et, quant à moi, je n’ai pas peur de vous aimer différemment. Je vous aime déjà, tous les deux, intensément.

 

4 Commentaires

Ajoutez les vôtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *