Préparer un enfant à l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur.

C’est un peu le combat de toute cette grossesse pour moi: que Kéo puisse se préparer dans les meilleures conditions possibles à l’arrivée de sa petite soeur. Si nous sommes si attachés à cette question, c’est parce que nous avons conscience qu’un enfant peut vite se retrouver perdu face à un tel évènement. Nous avons alors mis en place tout un tas de petites choses pour que notre fils continue d’être un petit garçon épanoui et investisse au mieux sa place de grand frère.

  • Parler du bébé à venir sans en faire trop.

Il nous semblait important de parler de cette petite soeur qui grandit dans mon ventre sans en faire des tonnes. Au détour des conversations, il nous arrive d’exprimer le fait que nous serons bientôt quatre, qu’il va falloir mettre en place une nouvelle organisation, qu’elle va être toute petite et qu’il va falloir, par conséquent, faire attention à elle sans pour autant montrer un trop plein d’enthousiasme. Nous sommes très heureux certes, mais nous sommes aussi très heureux d’avoir notre grand et il doit savoir qu’il compte aussi énormément pour nous et que l’amour que nous lui portons ne sera pas divisé, ni soustrait avec l’arrivée de ce nouveau bébé.

  • L’impliquer dans le choix de la décoration et des accessoires de puériculture.

Lorsqu’il a fallu commencé la chambre de notre Jolie Rose, j’ai beaucoup demandé l’avis de Kéo pour de petites choses. A savoir, est ce que la couleur de la peinture lui plait ? Est ce qu’on place ce cadre sur ce pan de mur? ou encore nous lui avons demandé de choisir la tétine parmi une sélection que nous avions faite. Il a aussi, à ma demande au début puis de lui même ensuite, fait du tri dans ses jouets de bébé pour déposer ceux qu’il accepte de partager dans la chambre de sa soeur.

  • Accepter qu’il joue dans la chambre du futur bébé.

C’est quelque chose qu’il a très vite fait. Si, pendant que c’était une chambre d’ami, il y allait peu, depuis qu’elle est aménagée en chambre de bébé, Kéo adore jouer dans cette pièce. Je le retrouve très souvent dans la chambre de sa petite soeur. Après en avoir discuté avec lui, on s’est mis d’accord sur le fait qu’il a parfaitement le droit de passer du temps dans cette pièce, à condition qu’il n’y fasse pas de bêtises.

  • Répondre à toutes ses questions.

Evidemment, il exprime ses désirs et ses angoisses en formulant beaucoup de questions. Et il me parait encore plus évident de prendre le temps de répondre, à chaque fois, avec des mots choisis et adaptés à ses quatre ans. Et lorsque je n’arrive pas à lui faire comprendre quelque chose, je me tourne vers les livres pour enfants qui sont très imagés et très bien faits.

  • Continuer à passer des moments privilégiés.

La grossesse peut être, surtout dans les derniers mois, épuisante. Mais il n’était pas question pour moi de faire moins d’activités avec mon premier. En l’occurence, on a laissé aux autres membres de la famille le soin de l’emmener dans les parcs d’attractions (je ne peux définitivement plus faire la plupart des attractions avec lui), mais nous continuons nos balades en forêt, nos après midi plage et la découverte de lieux adaptés aux enfants de notre région.

  • Les échographies et notre façon de le faire participer.

Nous ne l’emmenons pas aux échographies et même si nous avions le choix nous ne souhaiterions pas le faire de peur que le médecin est une mauvaise nouvelle à nous annoncer. Par contre, nous lui disons quand et où sont les rendez vous et lorsque nous rentrons, nous lui montrons les « photos du bébé » en lui expliquant ce que chacune d’elles représente. J’ai même été surprise, suite à la dernière échographie, de le voir montrer lui même l’ensemble des clichés et donner des explications à ses grands parents et sa tante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *