Trente sept.

J’ai reçu la notification sur mon application préférée: nous sommes arrivées à 37 semaines d’aménorrhée. Il a toujours été difficile pour moi de compter les semaines. Je ne savais jamais s’il fallait que je parle de grossesse ou d’aménorrhée. C’était un peu flou toute cette histoire. Alors j’ai pris le parti de ne garder en tête que les semaines de grossesse, parce que c’est à partir de là que notre histoire a débuté. C’est à partir de là que j’ai pu commencé à t’imaginer, toi, ma Jolie Rose et nous imaginer, nous, en tant que famille. Nous étions déjà une famille avant toi, bien sûr. Parce que Kéo c’est le fruit de l’amour, le vrai entre deux jeunes qui venaient d’entrer dans la vingtaine. Et que, parfois, quand on me demandait s’il était voulu, je ne pouvais pas m’empêcher de lever les yeux au ciel avant de répondre qu’il a été notre évidence. Kéo, l’enfant terriblement choisi, l’enfant intensément voulu. Et puis, si nous sommes déjà envahi d’amour, nous avons vite compris que nous pourrions décupler ce bonheur. Que c’était possible de multiplier de tels sentiments et que nous sommes capables d’aimer et d’aider à grandir un deuxième petit être. Je suis convaincue que je suis capable de faire éclore une magnifique Rose. Et que nous serons capables de t’aider à t’épanouir, ma Jolie. Alors, tu es encore bien cachée. Nous ne connaissons que peu de choses à propos de toi. Et j’ai vraiment trop envie de voir si tu as déjà des cheveux bruns. Si tu as de longs doigts fins et des cils épais, des petites oreilles d’elfe et des grands yeux marrons écarquillés.

J’ai reçu une notification ce matin sur mon application préférée, 37 semaines d’aménorrhée. Cela veut dire 35 semaines de toi et moi. 35 semaines que tu grandis en moi. Mais aujourd’hui, tu peux décider de me quitter pour aller à la rencontre de ceux qui t’aiment. Ne t’en fais pas, tu peux, tu ne risques plus rien. Je te connais déjà beaucoup par tes petits coups de pieds, par tes moments de calme et par le dynamisme de tes moments d’éveils, par ta malice déjà bien présente et tes câlins sous mes mains. Je te connais bien plus que n’importe qui, et pourtant, j’ai tellement hâte de te rencontrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *