Une histoire de règles.

 

Nous voilà en 2019, et aujourd’hui bon nombre de comptes Instagram lèvent le voile sur l’un des tabous les plus connus de l’humanité: les règles. Avant mon deuxième accouchement, jamais je n’aurais pensé parler menstruations ici, non pas par gène mais parce qu’il n’y avait pas grand chose à raconter. Jusque là, j’étais la fille lambda aux règles abondantes qui gérait comme elle le pouvait quatre jours de saignements par mois. Les serviettes Always et les tampons Vania je les connaissais par coeur, ça faisait partie de ma routine menstruelle. Comme pour beaucoup. Pendant ma seconde grossesse, j’ai eu vent de tous les composants chimiques que contiennent protections hygiéniques et couches jetables (l’article est juste ), j’ai donc cherché une alternative plus saine pour mon corps et pour la planète. C’est comme ça que j’ai connu Love&Green et Jho. Même si les suites de couches ont été longues et compliquées, ses serviettes m’ont permis de tenir six semaines sans aucune irritation, ni douleur. Pour avoir connu des suites de couches de trois semaines, après mon premier accouchement, pendant lesquelles je n’utilisais que des serviettes de la marque Always assez irritantes, je peux dire que la sensation d’être protégée longtemps sans aucune douleur est vraiment agréable. Mais récemment, j’ai du opter pour une autre sorte de protection hygiénique suite à un changement de contraception. Et pour bien comprendre le cheminement, il faut reprendre l’histoire au début.

J’ai eu mes premières règles à l’âge de 11 ans, j’étais en cinquième. J’étais déjà assez informée sur le sujet pour ne pas trouver cela dégoutant/honteux/angoissant. J’ai tout de suite averti ma mère pour qu’elle m’achète des protections hygiéniques. Les premières ont été une véritable catastrophe, sans ailettes et avec des saignements très abondants, je me retrouvais vite avec des fuites. Mes règles étaient un calvaire. Huit jours de pertes par mois et des maux de ventre abominables les deux premiers jours. Je me suis donc rapidement tournée vers des protections pour flux abondants avec des ailettes et à l’âge de 12 ans, ma mère et moi prenions rendez-vous chez notre médecin traitant pour trouver une solution à ses saignements qui me dérangeaient. C’est comme ça que je me suis retrouvée avec la pilule, non pas comme moyen de contraception mais comme seule façon de réguler mes menstruations. La pilule a été magique pour moi durant toute mon adolescence. Plus aucune douleur, des saignements qui restaient assez abondants mais qui étaient limités à 4 jours et une contraception déjà bien en place. Ce qui permettait également de ne porter des protections que peu de temps, assez peu de temps pour ne pas être sujette aux irritations. J’ai du essayer toutes les marques de protections hygiéniques de grande surface possible avant de trouver le combo parfait (tampons le jour et serviettes la nuit).

Et puis, j’ai eu 21 ans et je suis tombée enceinte de Kéo. Malgré l’arrêt de la pilule, rien n’avait changé. Tout était bien réglé: toujours pas de douleurs, des règles courtes. Et ce avant la grossesse et après l’accouchement. Et toujours la même façon de gérer mes saignements. En 2018, seconde grossesse et ma curiosité me mène à tout un ensemble d’études, d’articles et de reportages sur la composition des couches et des protections hygiéniques. C’est un peu la douche froide. Ce qui est sensé nous protéger nous, femmes, contient des produits issus de la pétrochimie. Et pour ne rien arranger, je me renseigne sur le syndrome du choc toxique qui, là aussi, me fait froid dans le dos. A partir de là, c’est décidé, je n’insère plus rien dans mon vagin et je recherche des alternatives plus saines pour mon corps. Je tombe alors, en grande surface, sur la marque Love&Green et en parallèle je m’abonne chez Jho. Ce que j’explique en début d’article est véridique. Les suites de couches ont été très ennuyeuses mais pas à cause des serviettes hygiéniques qui étaient confortables et ne dégageaient aucune odeur (contrairement à tout ce que j’avais connu jusque là).  J’étais très satisfaite de ces deux marques.

 

Quelques semaines plus tard, se pose la question de la contraception. Pour des raisons qui me sont propres, je ne voulais plus prendre la pilule. Après avoir discuté des alternatives possibles avec le gynécologue, mon choix se porte sur le stérilet en cuivre. Ce qu’il faut savoir avec ce moyen de contraception c’est qu’il peut avoir plusieurs effets secondaires. D’abord, toutes les femmes ne le supportent pas. Ensuite, il peut allonger la durée des règles, faire apparaitre du spotting et accentuer les saignements. Ce qui a été mon cas. J’avais des règles abondantes lorsque j’étais adolescente, depuis le stérilet, elles sont quasi- hémorragiques durant deux jours. Il fallait donc que je m’assure de pouvoir aller aux toilettes toutes les heures pour changer de protection. C’était devenu extrêmement contraignant et très couteux (mon abonnement chez Jho sensé m’assurer assez de serviettes pour trois mois, ne durait qu’un mois. Imaginez, 17€ par mois.). Il était urgent de trouver une solution. Mes recherches m’ont mené sur le site de la marque Dans Ma Culotte qui propose des serviettes hygiéniques lavables. J’ai beaucoup réfléchi avant de commander. Les serviettes lavables, dans un premier temps, c’est un investissement. Il faut compter entre 15 et 20€ la serviette et pour être tranquille, je pense qu’il faut en avoir quatre. Mais il ne me restait plus que cette alternative ou la culotte de règles avant d’envisager retirer le stérilet.

Si je parle des serviettes hygiéniques lavables ici aujourd’hui , c’est parce que je les ai testé le temps d’un cycle et qu’elles ont largement contribué à mon bien être. La marque Dans Ma Culotte propose trois types de protection: le protège-slip, la serviette hygiénique pour flux normal et la serviette hygiénique pour flux abondant.Toutes sont faites à partir de coton bio certifié GOTS  pour ce qui est du tissu en contact avec la peau, le reste des composants est certifié Oeko Tex 100 (polyester, polyamide et polyuréthane) et l’efficacité de ces protections dure environ trois ans.  Les serviettes ne sont pas trop épaisses et au niveau du ressenti c’est vraiment plus agréable que des serviettes jetables. Outre le prix, la deuxième chose qui me rebutait c’était de devoir les laver. Mais finalement, cela s’est révélé bien plus simple et rapide que je le pensais. Une fois utilisée, il suffit de rincer la serviette lavable à la main sous une eau à température ambiante pour éviter que les taches ne s’incrustent puis je la mets dans ma machine à laver avec le linge que je nettoie à 60°. Enfin, elles sèchent en quelques heures sur un radiateur ou en une journée sur un étendoir. Pour l’instant, je garde mon abonnement chez Jho pour le tout début et la toute fin des menstruations. J’utilise désormais les serviettes jetables comme « au-cas-où » et non plus comme réelle protection. Je préfère largement le confort de l’alternative lavable.

 

Voilà, ça c’est mon histoire et si je n’ai pas de difficulté à poster cet article aujourd’hui, c’est parce que mon caractère, mon éducation et la société dans laquelle je vis me permettent de ne pas en faire un tabou. J’en parle d’ailleurs sans complexe aux gens autour de moi, aux copines qui ont besoin d’un conseil, aux filles qui partagent elles aussi leurs expériences, jusqu’à mon petit bonhomme de quatre ans qui m’a déjà posé un tas de questions sur les « trucs » que je mets dans mes culottes parfois. Je vais devoir éduquer ma fille et j’espère qu’elle non plus n’aura jamais honte d’avoir ses règles, ne se cachera pas et ne rougira pas d’être une femme. Malheureusement, ce n’est pas le cas dans tous les pays du monde et de vieilles croyances ont la vie dure. C’est pourquoi je soutiens toutes les femmes et les hommes qui essayent de faire bouger les choses, notamment chez Care (retrouvez les sur Instagram , ils sont formidables) mais aussi les marques qui créent des alternatives plus saines pour protéger les femmes pendant leurs règles tout en faisant attention à notre jolie planète.

2 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Sonja

    Je plussoie cette article, j’utilisais la cup depuis 5 ans mais ça fait un an que j’utilise les serviettes lavables hannapad et j’en suis ravie 🙂 merci de parler de règles afin que ce tabou soit levé

    • 2
      boutchako

      J’ai hésité entre les deux marques! Celles de Dans ma culotte me conviennent donc pour l’instant j’y reste 👍🏻 De rien pour l’article, je pense que ça devrait être commun . Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *