Poésie

Apollinaire, Hugo, Mallarmé, Rimbaud, Baudelaire… je les ai tous découvert dans cet ouvrage de poésie française à une époque où je ne soupçonnais même pas ma passion pour les mots. Bien sûr, bien des choses auraient dû m’alarmer. Mon goût pour l’orthographe, par exemple, ou pour la lecture. Ces mots qui prenaient sens sous mes yeux et dont je me délectais souvent. Mais la poésie, elle, restait quelque chose d’abstrait. C’est qu’en poésie, il fallait compter. Les syllabes, les vers, les sonnets. Et il y avait tout plein de mots techniques qui m’ennuyaient. La poésie a longtemps été, pour moi, la bête noire du français.

J’avais en ma possession cet ouvrage. Retrouvé dans le grenier, un peu jauni par le temps passé et pas franchement beau à regarder. Parfois, je l’ouvrais un peu au hasard, j’essayais de lire deux ou trois poèmes et d’en comprendre le sens. Et ce n’était pas quelque chose d’aisé. Imaginez un instant, une petite fille découvrir Aragon et son poème nommé « Bouée » . Retourner les mots, chercher des définitions, s’imaginer les scènes et finir la lecture sans réelle compréhension, sans explication. Décidément, pour l’enfant que j’étais, la poésie c’était vraiment compliqué.

Mais en grandissant, j’ai cependant découvert une chose: la poésie, il y en a partout où l’on veut bien en voir. La poésie ce n’est pas seulement un ensemble de mots, dont on compte les syllabes et avec lesquels on forme des phrases. La poésie, c’est un instant de pleine conscience, le vent dans les cheveux, le soleil sur la peau, l’effleurement d’une main sur la joue, l’odeur iodé de l’océan, des paroles enivrantes, des moments remplis de douceur. La poésie, ça peut être les courbes d’un corps, ou le goût sucré d’un gloss sur les lèvres. Je le découvre encore chaque jour. Ce sont des instants souvent courts que l’on ne peut pas attraper. Des instants que parfois, je peine à photographier. J’ai aussi appris que l’on pouvait faire de la poésie autrement qu’avec des mots, qu’on pouvait tout simplement l’exprimer avec de la peinture, du make up, de la musique ou de la photo. Qu’un coup de crayon peut parfois en dire plus long que mille mots. Qu’une note de musique peut faire frissonner les romantiques. Que la photographie peut parler de tout ce que l’on peut rencontrer dans une vie.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *