Browse Tag by art
Culture, Vie de famille, Voyages & Sorties

Ouvrir son esprit au Musée des Beaux Arts.

 

Dimanche 12 novembre 2017. J’ai pensé que c’était le bon moment. La grêle tombait en averses, les nuages rendaient la luminosité médiocre. C’était un temps à rester chez soi devant son chauffage et un bon Disney. Un temps à faire des crêpes ou peut être bien des gaufres. Un temps à rester en pyjama. Mais nous nous sommes levés tard et après un petit déjeuner dominical, nous avions envie de sortir. Il était hors de question d’aller attraper froid sous la pluie et la grêle. Exit donc les balades en foret ou en bord de mer. Nous n’avions pas envie non plus d’aller au cinéma. Alors, j’ai pensé que c’était le bon moment. Le bon timing, à ses trois ans et demi, pour l’emmener pour la première fois au Musée des Beaux Arts de Caen. Kéo connait les musées. Il en a déjà fait quelques uns, dont le public ciblé était clairement jeune. Là, les Beaux Arts, c’était différent. Je savais que je l’y emmènerais tôt ou tard, car je pense qu’il fait partie de mon rôle de maman de l’initier à l’art comme je peux l’initier au sport, à la lecture ou à la pâtisserie. J’ai toujours trouvé intéressant le nombre d’interprétations possibles d’un tableau. J’ai toujours trouvé fantastique la façon dont les enfants voient les peintures et expriment leur avis face à une sculpture. Je pense que l’art est une manière différente de s’ouvrir l’esprit. On peut débattre, discuter, s’émerveiller d’une photographie. Certaines oeuvres servent de base à toutes sortes de discussion. Aller au Musée des Beaux Arts, c’est, selon moi, un moment de partage. Bien sûr, nous n’avons pas décrit toutes les oeuvres que nous avons vu. Je l’ai d’abord laissé gambader. J’ai observé son regard. Je l’ai suivi. J’ai attendu qu’il s’assoit enfin dans un canapé pour lui demander si cela lui plaisait. Et selon lui, « c’est cool, Maman« . Alors j’ai commencé à sélectionner des oeuvres et à le questionner. Tiens, quelles couleurs ont été utilisées ? Qu’est ce qui est représenté là? Sinon, entre ces deux tableaux, lequel préfères-tu? J’ai trouvé ces moments formidables. C’était si riche! J’ai vu à quel point mon petit garçon à un esprit vif, à quel point il ne manque aucun détail et surtout, j’étais étonnée de le voir s’impliquer autant dans cette visite. Cela m’a rendu heureuse. Non pas par fierté de le découvrir sous ce jour, mais par plaisir d’échanger avec lui. Et de le connaitre un peu mieux.

Création / Photographie, Humeurs, Non classé

Ma vie scénarisée….

…Ou comment l’objectif peut m’éloigner de tout. J’ai toujours été assez attirée par l’image, quelqu’en soit sa nature. Un jour devant une magnifique photographie de Doisneau, le lendemain devant une peinture abstraite mais pleine de sens , puis devant le grand écran au cinéma. J’ai commencé à lire les blogs parce que j’avais soif de visuel, d’art et les blogueuses, bien que souvent amatrices dans le domaine, ont tirées leur épingle du jeu. Certaines font des photos et des vidéos dignes de grands magasines de mode. C’est bluffant comme on pourrait penser qu’elles ne vivent pas sur la même planète que nous. Et puis, il y eu Instagram et Pinterest. Et FlickR aussi. Je t’avoue ce dernier est mon réseau de prédilection. Une véritable source d’inspiration. Et puis, je me suis également essayer à la photo. J’ai commencé à avoir des remarques parfois constructives , parfois non, sur la façon dont je travaille mon art. Certains ont pris ma nouvelle exposition comme de la prétention ( moi qui était si discrète avant!) . N’étant pas photographe professionnelle, je cherche simplement à produire des clichés que j’aimerais voir plus souvent. Des choses parfois saturées, parfois sombres, du sexy et du romantique, mon fils, moi ou une amie, quelquefois aussi des paysages. Je me suis donc acheté un tout nouvel appareil pour étancher ma soif de prises de vues et j’y suis allée à fond, sans penser aux conséquences. C’est fou de parler de conséquences quand il s’agit de passion.

DSC_0608.jpg

 

Alors voilà, je ne te parle pas ici de droits d’auteurs ou de respect à la vie privée, simplement du prix que j’ai du payer. Je me suis pris en pleine face des remarques qui n’avaient pas lieu d’être. De la méchanceté gratuite en somme. Je suis très souvent derrière l’objectif mais parfois, quand l’envie m’en prend, devant. Et c’est la que le bas blesse. Je t’assure que venant de moi ce n’est pas du narcissisme, encore moins de la prétention . Non je ne m’aime pas, mais je travaille sur le fait d’apprécier qui je suis. La vie que je montre en photo est une vie totalement scénarisée et loin de ressembler à ce que je vis tous les jours. Bien sûr ma maison est souvent en désordre et que je n’ai pas toujours le temps de ranger la table basse. Non, il ne fait pas toujours beau ici et les couleurs ne sont pas aussi intenses que j’aimerais te faire croire. Bien sûr que je photographie le réel mais attention, ce que je montre n’est pas la réalité. Bien sur, parfois on vit des choses incroyables… mais ça, c’est quelque chose de plutôt commun. J’essaye de créer ma propre magie, parce que la magie, elle, ne tombe pas du ciel . Et moi aussi en temps que lectrice je me retrouve souvent à baver devant les vies extraordinaires des autres , mais je me remets vite les idées en place et je comprends à quel point c’est inutile d’espérer être quelqu’un d’autre. Et qu’en plus hormis l’instant immortalisé, le reste peut être tout à fait vide.

DSC_0933.jpg

Cela à soulever une autre question: Est ce que je suis toujours actrice des scènes de vie? Est ce que la dernière balade était agréable pour les bonnes raisons? Je me remets beaucoup en question. C’est dans ma nature. Parfois, j’ai l’impression qu’en me cachant derrière mon appareil photo je deviens spectatrice de ma propre vie. Je ne suis plus l’actrice de la scène. Mon rôle est d’immortaliser et je prends peut être ça un petit peu trop à coeur. Je crée des souvenirs que je ne vis pas à 100% à l’instant T.  Et j’ai parfois l’impression de laisser ma famille seule alors que je suis bien là avec eux. Je ne suis plus vraiment moi, je fais corps avec l’objectif.

 

DSC_0967.jpg

Ma chance à moi a été de comprendre cela assez vite et donc de me libérer de mes chaines. Certains passent leur temps à faire defiler les réseaux sociaux à la recherche de like, moi mon addiction s’appellait Nikon D3200. Les séances photos s’appellent séances photos et non plus balades. On a réussi à distinguer les deux. Parfois, je décide même de ne pas emmener l’appareil lors d’un repas de famille ou d’une sortie en ville. ça repose non seulement mon esprit mais aussi mes bras ( ça pèse un appareil photo dans le sac 😉 )  Et me laisse libre de profiter réellement des choses qui m’entourent .

 

Création / Photographie, Humeurs, Non classé

Tes photos sont trop sombres.

C’est ce que j’ai entendu aujourd’hui. Depuis quelques temps, je partage mes photos sur mon Facebook privé, j’ai créé un album « photographies » où je ne poste que des images que j’ai moi même retouchées. J’adore cet art et je trouve que ça permets d’exprimer bon nombre d’émotions. J’ai toujours eu de bonnes remarques, certainement parce que les gens savent que je ne suis pas une professionnelle et que je n’ai pas la prétention de crier sur tous les toits du monde que moi , Charlène, je fais de la photo. De plus, je respecte le travail des autres et j’essaye de montrer ma personnalité à travers mes travaux. Si on regarde ce que je fais, on reconnait facilement ma touche, « ma patte« . J’adore saturer les couleurs, c’est mon dada. Et quand l’image est en noir et blanc, je l’assombrie nettement.

DSC_0104.jpg

Sur mon compte personnel, dans la liste de mes « amis » , je peux trouver une vieille connaissance de primaire qui est devenue , à force de formations, photographe pro. Et la réflexion est venue d’elle. J’ai eu beau lui dire que je cherchais juste à exposer ma fibre artistique sans prétention aucune, je crois qu’elle s’est braquée. « Cela manque de lumière« . J’ai alors accepté de lui donner une de mes photos pour qu’elle « me montre la différence« . Lorsque j’ai reçu son exemplaire, j’étais stupéfaite. La photo n’avait plus rien de personnelle. Elle était vide, dans les normes d’une retouche sans sentiments. Et en plus, un grain assez disgracieux apparaissait. Je me suis demandée en quoi son travail avait plus de valeur que le mien. Cette question je l’ai, bien sûr, gardée pour moi.

DSC_0103.jpg

Après l’avoir gentiment remerciée de s’être intéressée à mon cas, mais que vraiment je préférait l’âme de l’image telle que je l’avais conçue, elle m’a sortie la phrase la plus inattendue : « Mais toi, tu poses , tu ne photographies pas!« . Je l’ai trouvé assez condescendante. Elle l’assumait enfin, elle voulait me prendre de haut. Parce qu’elle, elle est photographe et donc par conséquent photographie et ne se retrouve jamais devant l’objectif pour le plaisir.

DSC_0088.jpg

J’ai mis fin à la discussion. Mes photos seront sombres si je le souhaite et je continuerais à demander à mon compagnon de me prendre en photo lorsque j’en aurais envie. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas, derrière l’image, un travail de retouche énorme que j’effectue moi- même.