Browse Tag by bébé
Humeurs, Les mots, Non classé, Vie de famille

Deux.

C’était il y a deux ans, jour pour jour. Il faisait plutôt chaud pour un mois de Mars. C’est assez étrange que je me souviennes de ça. Peut être parce que c’était un moment particulier. C’était le premier jour du reste de ma vie, le plus beau jour de ma vie, le plus effrayant aussi. De ceux remplis d’incompréhension et de panique, qui vous inonde le coeur d’amour et embue vos yeux pour toujours. Ces sons, cette salle,ton papa et toi: Petit Prince. Et moi maman. La maman de Kéo. C’est fou comme cette expression reste comme un écho dans mon coeur. On devient vraiment important pour quelqu’un, le repère d’un décor, l’odeur rassurante, la voix qui cajole, les yeux qui brillent. Et ce quelqu’un en devenir devient la plus belle promesse de notre vie. Celle des émotions, des éclats de rire et des tirages de langues, des longues conversations, des « je t’aime » infinis, des moments de douceurs incroyables. Des moments insaisissables de tendresse à deux, à trois… peut être à quatre un jour, de ces dimanches matins que j’aime tant dans l’obscurité de la chambre, ton regard encore un peu endormi et la beauté de la vie. De ta vie. Petit être né un jour magnifique, si on devait m’enlever ma mémoire mais ne me laisser qu’un souvenir , je voudrais garder le 22 mars 2014 à 20h15, le condensé explosif de toutes les émotions possibles et de tous les sentiments imaginables. De la peur folle au bonheur le plus total.

DSC_0513.jpg

Création / Photographie, Humeurs, Les mots, Non classé, Vie de famille

Les samedis après midi.

DSC_1082.jpg

Les samedis après midi et le centre commercial. Ces petits doigts sur les jouets encore tout emballés et ces grands yeux émerveillés. L’odeur de la brioche dans notre boulangerie préférée, les sourires devant les boutiques et leurs jolies vitrines, l’excitation de trouver de nouvelles chaussures, un nouveau sac, un joli rouge à lèvres et souvent ça se termine chez les enfants et au lieu du joli rouge à lèvres ou des chaussures toutes neuves, on rhabille bébé. Les samedis après midi et nos habitudes. La route jusqu’à la ville et l’animation du grand parking. Le vent un peu froid , la musique dans la voiture, les discussions hasardeuses mais toujours engagées, les petits yeux fermés. Le temps d’arpenter les galeries puis le retour au nid. Les samedis après midi, avant toi c’était bien, depuis toi c’est tellement mieux. Les samedis après midi et ces longues pauses dans le lit. Les câlins, les jeux, les cris de joie, les chatouillis et ton odeur de petit. Les sucettes et tes petits pieds en l’air, ton regard rieur et ton large sourire. Nos samedis après midi plein de vie…

DSC_1055.jpg

DSC_1061.jpg

DSC_1084.jpg

 

DSC_1043.jpg

DSC_1047

 

 

Humeurs, Non classé

Lettre à la jeune fille que j’étais il y a 10 ans.

 

Charlène,
Tu as treize ans à l’heure où je t’écris. Et j’ai bien des choses à te raconter. Je suis sure qu’en ce moment tu n’imagines même pas qu’un jour tu écriras cette lettre. Tu penses peut être même que je suis devenue folle et que je vis dans le passé. Mais, ce n’est pas ça dont il s’agit. Je voudrais juste te mettre en garde pour te préparer à ce que tu vas vivre. Tous tes projets sont bien ancrés dans ta tête et tes petits carnets. Le lycée, le bac, les études… la vie. Je me souviens , ça devait ressembler à ça. Les études avant tout et l’amour, enfin, vers 25 ans. Puis le temps de connaitre l’homme de ta vie et tu devrais être mariée et avoir deux beaux enfants ( un garçon d’abord pour qu’il puisse protéger sa petite soeur, n’est ce pas?!) pour tes 30 ans. J’ai 23 ans aujourd’hui et je peux te dire que j’ai accompli des choses mais pas dans le sens que tu l’aurais souhaité.

Planche   4
Je vais essayé de faire les choses chronologiquement pour ne rien oublier. Tu es en quatrième et cette année tu vas tombée éperdument amoureuse d’un jeune homme. Il va te trouver jolie quand tu auras décidé de changer de couleur de cheveux. Drôle non? Parce que oui, tu vas avoir les cheveux noirs. Il va avoir une petite attirance pour toi mais ce ne sera pas de l’amour. Et aussitôt prise , aussitôt jetée. Tu en souffriras et tu auras un mal de chien à te défaire de cette courte histoire. Tu vas essayer de l’oublier en enchainant les flirts. Tu vas commencer à comprendre que ton corps peut être un atout dans la séduction. Tu vas commencer à vraiment t’intéresser à la mode, à la féminité, au maquillage. Tu feras pleins de faux pas , mais ça t’aidera à apprendre. Et puis, tu rencontreras T. Lui, c’est un peu spécial. Tu vas tenter de ne pas avoir de sentiments envers lui puisque c’est juste une histoire de vacances. Tu vas le repousser encore et encore. Mais il va résister et il saura te parler pour se rapprocher de toi. Tu vas passer des heures à discuter avec lui et il t’intéressera parce qu’il n’est pas du même monde que toi. Il t’intéressera aussi parce qu’il y a une différence d’âge qui le rend forcément unique par rapport aux autres garçons que tu cotoies. Il va te paraitre mature ( paraitre seulement, ne l’oublie pas ça!). A ce moment là, tu as 13 ans , il en a 18. Vous allez vous quitter pour toujours après vous être embrassés. Il te dira qu’il viendra peut être te voir un jour . La vie va en décider autrement. Et bizarrement, c’est toi qui mettra fin presque inconsciemment à votre histoire. Cependant, saches que du haut de mes 23 ans , il m’en reste un souvenir indélébile. Quelque chose d’à la fois magnifique et frustrant. Et la ville où vous vous rencontrerez sera toujours dans un coin de mon coeur et de ma tête.
A quatorze ans, tu arriveras en troisième. Elle sera l’année scolaire la plus belle de ta vie. Tu auras un cercle de vraies copines qui seront toujours là pour toi. Et crois moi, tu rigoleras tellement que bien des fois tu auras mal au ventre. Ton premier amour reviendra et tu tomberas à nouveau dans le panneau. Mais tu t’en sortiras plus facilement cette fois là. Tu auras des coups de coeur à n’en plus finir et sentimentalement tu gagneras en expérience. Si on sort de ton cadre scolaire, cette année là va te changer pour toujours. Je sais que tu ne pleures jamais. Mais la vie va te donner une claque que tu n’oublieras pas. Je vais te dire ce qu’il va arriver parce qu’à l’époque j’aurais voulu avoir le temps de m’y préparer. Maman va être très malade. Cancer. Tu sais à peine ce que cela veut dire. D’autres mots vont t’aider à imaginer le décor : chimiothérapie , angoisse , radiothérapie , faiblesse , pleurs. Toute la famille va plonger avec elle. Et toi, tu vas essayer de tous les relever un par un. Tu vas faire des choses dont tu ne te sens pas capable et dont je ne me sens plus capable aujourd’hui. Tu vas être la force de Maman et pour ça, je ne te remercierais jamais assez. Mais cela va te changer du tout au tout. Tu vas pleurer , beaucoup. Pour tout. Un film, une phrase, un compliment, de bonheur et de chagrin. Tu ne vas pas réussir à tout encaisser. Tu vas même pleurer le premier jour de lycée parce que tu ne vas pas trouver ta place immédiatement. Il va falloir que tu apprennes à laisser le temps aux choses de se faire toutes seules. Toi qui veut tout contrôler. Il faut que tu saches aussi que tes idées vont fondamentalement changer. Tu vas délaisser tes études et te donner entièrement aux gens que tu aimes. Tu rencontreras un garçon avec qui tu vas rester presque trois ans. Ce sera une bonne expérience pour toi car tu comprendras enfin ce que tu attends d’une relation et surtout ce que tu ne veux pas! Tu te rapprocheras de plus en plus des garçons de ton groupe d’amis. Ce seront ceux qui t’aimerons jusqu’à tes 23 ans et pour des dizaines d’années de plus je l’espère. Parmi eux, un jeune homme aura une place très spéciale. Tu pourras te confier à lui et votre relation ressemblera aux yeux des autres à un amour-amitié. Et tu ne feras rien pour changer ça. Il deviendra ton meilleur ami, celui à qui tu parleras quand tu essuieras des échecs. Et même quand tout ira bien. Tu auras besoin de cette amitié spéciale. Il t’aideras à mieux te comprendre toi même et te poseras les bonnes questions quand tu te chercheras encore. Il fera en sorte que tu deviennes la femme que tu dois être. L’année de ton bac sera une bonne année scolaire. Une fois encore, tu vas t’éclater, tu auras des amis géniaux et des fous rires à répétitions. Bizarrement, en parallèle , dans ta vie privée, tu essuieras des larmes. Tu connaitras le suicide. Ce sera une personne que tu considères « comme de la famille » qui mettra fin à ses jours. Tu t’effondreras à nouveau. Et puis, tu y puiseras ta force pour avoir ton bac. « Pour lui », tu diras. Ce ne sera pas le seul décès pour les trois années à venir mais c’est celui qui va le plus te choquer. Encore aujourd’hui nous nous demandons « pourquoi ? ». Je dois me résigner à ne jamais avoir de réponse.
La même année tu auras ton code du premier coup. Un soulagement.
Et puis, la fin du lycée annoncera une nouvelle vie. Nouvel amour, premier appart’ , permis en poche, étudiante en fac … tu te sentiras pousser des ailes.
Rapidement, tu vas te rendre compte que la fac n’est pas faite pour toi et tu vas , pour la première fois de ta vie, abandonner. Tu vas avoir besoin de temps pour te retrouver et pour comprendre que ce que tu veux, c’est un enfant. L’homme avec qui tu vis semble prêt aussi ( d’apparence seulement!) et vous allez concevoir ce bébé. Un garçon ! Le peut-être-grand-frère-qui-protègera-sa-petite-soeur. Tu vois dans les projets que tu as pour moi, j’ai au moins réussi ça.
Je peux te dire que tu seras franchement déçue du papa, mais que tu te battras pour sauvegarder votre amour. Nous sommes toujours ensemble aujourd’hui et, à présent, nous essayons d’avoir un deuxième bébé. Tu l’aimeras vraiment et je crois qu’il t’aimera tout autant. Ton fils ne s’appellera pas Killian mais ne t’inquiètes pas, j’ai fais en sorte de conserver le K. Il est ce que tu as de plus précieux sur cette terre. Et Laurène, ta petite soeur, en est la marraine. Elle joue son rôle à la perfection. Je suis heureuse de te dire que vous vous entendrez très bien dans le futur. Elle sera la première fan de tout ce que tu entreprendras et toi, tu seras scotchée par son talent de fleuriste. Au faite, je voulais te dire aussi, S. ton ami d’enfance est marié depuis quelques mois. Avoues, ça te surprends!

DSC_0261
Ton projet professionnel? Tu n’en as plus vraiment. Tu ne seras jamais professeur des écoles. Je ne sais pas vraiment si je le regrette. Cela me permet de connaitre « autre chose ». Charlène, je suis attirée par tout ce qui touche à l’art. Mais surtout par l’écriture et la photographie. Je passe des heures à écrire et à retoucher des images. C’est fou non?! Je suis sure que du haut de tes treize ans tu n’en crois pas tes oreilles. Toi qui croit que tu n’as pas ( et n’auras jamais) d’inspiration et aucun sens de l’esthétisme.
Si j’avais un souhait au moment où je t’écris cette lettre, c’est que tu puisses y répondre et me donner ton point de vue de jeune fille. J’aimerais savoir si cette vie là pourrait te faire rêver autant que celle que tu t’imagines. J’ai besoin de savoir: Es-tu fière de moi?

 

 

DSC_0262.jpg

Non classé, Sucreries

Les churros!

 

DSC_0015.jpg

Je n’aime pas cuisiner. Je n’ai jamais aimé ça. Je suis difficile en ce qui concerne la nourriture et je pense que mon indifférence pour la cuisine vient de là. Par contre, j’adore le sucre. Et j’ai fais de la pâtisserie un instant privilégié avec mon fils. Je mets les ingrédients, il mélange. Ce qu’on fabrique n’est pas toujours très beau, mais c’est bon . En tout cas, on finit toujours par le manger avec entrain et sans vraiment de délicatesse. C’est peut être dû au fait qu’on a toujours très faim quand on décide de se cuisiner un goûter et que le temps de cuisson paraît toujours trop long. Bref, tout ça pour te dire que je mettrais  en ligne des petites recettes pâtissières, de temps à autre. Et qu’aujourd’hui je voulais partager avec toi ma recette des churros.

DSC_0986.jpg

Ingrédients:

  • 1/8 de litre de lait
  • 30 g de beurre
  • 10g de sucre semoule et 10 g de cassonade
  • 120g de farine
  • 1 oeuf
  • Du nutella ou du sucre glace

Marche à suivre: 

Dans une casserole, faire bouillir l’eau, le beurre, le sucre et la cassonade. Dans un bol verse la farine. Ajoutes-y le mélange eau/beurre/sucre/cassonade. Mélange. Puis ajoutes l’oeuf. Mets ta pâte dans une poche à douille crantée assez large. Dans une huile bien chaude, fais des petits churros de quelques centimètres de longueurs. Attends qu’ils soient bien dorés puis sors les du bain d’huile et mets les sur du papier absorbant. A déguster tiède avec du sucre glace ou du nutella! 

 

Bon goûter! 

 

Création / Photographie, Humeurs, Non classé, Vie de famille, Voyages & Sorties

Le carrousel.

DSC_0057DSC_0038

Les carrousels sont certainement, avec les pommes d’amours, ce qui me donne envie de retourner en enfance. Et lorsque j’en vois un, la petite fille en moi renait. Enfant, je voulais toujours monter sur le cheval le plus haut, pour dominer les autres. J’étais fascinée par les couleurs et les musiques venues d’un autre temps. Et tous les ans, à la fête foraine du coin s’était la même rengaine. Je gardais un peu de l’argent reçu pour l’occasion pour le carrousel. Aujourd’hui, j’ai 23 ans et toujours un attachement particulier pour ce manège. Pourtant j’adore les sensations, sentir mon coeur battre à cent à l’heure. Mais, ce manège là, c’est un peu mon histoire, c’est un peu mon coeur. Il me rappelle la douceur, les rires des enfants, les peluches et leurs pinces. Il me rappelle ma famille réunie et l’odeur des croustillons. Et des carrousels, nous avons la chance d’en trouver quelques uns dans la région. Le plus joli, c’est surement celui là. Celui de Courseulles sur Mer. Et tant qu’à faire après deux tours à bord d’une calèche et sur le dos d’un cheval, nous nous sommes promenés sur la jetée.

Création / Photographie, Non classé, Vie de famille, Voyages & Sorties

Blue.

 

DSC_1058.jpg

Ici ,en Normandie, ça fait quelques jours que le temps s’habille de son vêtement gris. Un peu morose pour ces vacances de février. J’avais prévu tout pleins d’activités avec mon fils , essentiellement en plein air et finalement, nous sommes restés à la maison une bonne partie de la semaine. Alors, hier, lorsque le soleil a bien voulu pointer le bout de son nez, je n’ai pas hésité à prendre mon bébé sous le bras, et mon appareil photo autour du cou, direction la côte. J’aurais pu aller en forêt, parce que j’aime aussi les longues promenades sous les arbres et la lumière particulière des bois l’hiver. Mais j’avais envie de voir la mer. Je crois même que de tous les éléments naturels, c’est l’eau qui m’apaise le plus. Et surtout l’océan. Je ne m’attendais pas à prendre des photos exceptionnelles. Ce n’était pas un jour de très beau temps. C’était plutôt mitigé. Des gros nuages planaient au dessus de nous, comme pour nous rappeler qu’une averse est si vite arrivée. Pourtant, sur l’heure que nous avons passé sur la promenade des Anglais, pas une seule goutte n’est tombée. Et en important les photos sur mon ordinateur quelque chose s’est passée. Du bleu, du bleu et encore du bleu. Comme si le ciel s’était reflétait dans l’océan. Nous voulions juste voir la mer. Une autre spectacle s’est offert à nous.

DSC_1060.jpg

DSC_1059.jpg

DSC_1027.jpg

DSC_1070.jpg

DSC_1069.jpg

Humeurs, Non classé, Vie de famille

L’éloge de ce qu’il est devenu.

J’avais envie de faire l’éloge de l’homme qu’il est devenu. Mais aussi du père qu’il est. Surtout du père d’ailleurs. Nos débuts dans la parentalité n’ont pas été aussi idylliques qu’on l’aurait voulu, il y a eu de très jolis hauts et malheureusement de nombreux bas terrifiants. Terrifiants pour notre avenir, notre couple, nos projets et notre bébé. Des choses que l’on aurait préféré ne jamais se dire, des disputes qui prenaient le dessus sur notre amour. Tout ça dans l’intimité du foyer, mêlant cris et pleurs mais jamais devant Bébé. Il y a même eu un point de rupture où nous sommes devenus insupportables l’un pour l’autre. Fatigués et fatigants, on s’est auto-détruit. Et pourtant, nous renaissons de nos cendres petit à petit. Je suis moins embêtante et lui fait des efforts inconcevables il y a encore un an. Il m’aide tous les jours à être la femme épanouie que je deviens, à me sentir belle et surtout, il devient le papa rêvé pour notre fils. La route a été longue , douloureuse et loin d’être ensoleillée mais nous y sommes arrivés. Nous sommes une famille, et c’est plus grâce à lui qu’ à moi. Il est incroyable. Il est fou d’amour. Et aujourd’hui nous avons l’impression qu’ensemble nous sommes invincibles. Nous sommes heureux, il y est pour beaucoup.

 

DSC_0117.jpg

DSC_0118.jpg

DSC_0119.jpg

Création / Photographie, Non classé, Vie de famille, Voyages & Sorties

Madame à Cabourg.

DSC_0062.jpg

Au départ, ce devait être un look.  Nouvel appareil photo , jolie capeline, décor que j’aime. Mais en regardant toutes les photos prises, je me suis rendu compte que c’était bien plus que ça. Une balade en famille un dimanche après midi dans notre ville côtière préférée : Cabourg. Tout nous plait là-bas. L’ambiance un peu féérique du grand hôtel face à la mer. La rue marchande toujours très animée, quelle que soit le jour de la semaine mais surtout le dimanche. Notre sensation d’être à notre place. Nous aimons Cabourg, et je crois qu’elle nous le rend bien. Non, c’est sur , elle nous le rend bien. Bizarrement, elle me donne confiance en moi. Elle me permet de mettre un grand chapeau sans être un ovni. Mais si je n’avais voulu rien mettre, ou juste un bonnet, elle me l’aurait permis aussi. En ce dimanche de fin d’année, j’ai voulu jouer à la Madame, la femme aux allures de princesse de Monaco , celle qui me fait rêver. Loin de la femme enfant que je suis habituellement. Et je crois, en voyant les photos, que j’y suis arrivée.

Capeline: Pimkie / Sac: Mango / Veste: Pimkie / Foulard: Promod / Jupe: Shein / Bottes: La Halle 

DSC_0064.jpg

DSC_0071.jpg

DSC_0072.jpg

DSC_0074.jpg

DSC_0084.jpg

DSC_0086.jpg

DSC_0088.jpg

DSC_0111.jpg

Culture, Humeurs, Non classé, Vie de famille, Voyages & Sorties

Les jolies choses de 2015

En ce 23 décembre, je reviens te faire une petite rétrospective de toutes les choses positives qui me sont arrivées en cette année 2015. Année qui, disons le, est passée trop vite.  Je ne m’attarde pas plus sur l’intro, le contenu est bien trop important.

IMG_00003981

  • En janvier, mon fils a fait son premier tour de manège. Un grand moment puisque j’étais obligée de monter avec lui. Depuis, on les enchaine.
  • Janvier, c’était aussi le mois des soldes. Et pour une fois, depuis bien longtemps, j’en ai vraiment profité ( D’habitude à cette période je suis fauchée).
  • En Mars, les 1 an de notre Petit Prince. Une après midi au top avec famille et amis où nous avons beaucoup ri. Un bon souvenir.
  • En Avril, c’était les traditionnelles foires de Pâques avec pomme d’amour et barbapapa. J’aime beaucoup l’ambiance de ces week end.
  • Egalement en Avril, nous sommes allés voir Florence Foresti en one woman show. Le fameux spectacle « Madame », un régal.
  • En Mai, premier séjour en bord de mer avec mon fils. Le papa travaillait (malheureusement!) . C’est d’ailleurs lors de ses petites vacances que Bébé a choisi de faire ses premiers pas.
  • En Juin, bowling avec les amis, sortie de Jurassic World au cinéma et participation à la Rochambelle, achat de mon macbook air qui-me -change-la-vie. Mais c’était aussi le mois de la découverte de mon colis swap préparée par Nastasia du blog Toute de rose poudrée. Lien vers nos articles juste ici et ici.
  • En juillet, l’Homme a fêté ses 25 ans lors d’une soirée américaine. La maison était entièrement décorée pour l’occasion. Puis, nous sommes allés en famille au zoo de Cerza, certainement l’un de mes favoris tant s’y promener est agréable.
  • En Août , une soirée restaurant/plage organisée par l’Homme à l’occasion de l’anniversaire de notre rencontre. Une soirée qui se termine avec un magnifique feu d’artifice sur la plage de Cabourg.
  • En Septembre, Disneyland pendant deux jours. Là encore, un bébé aux anges et des parents heureux. Autre évènement marquant : nous avons marié un couple d’amis. Le premier mariage du groupe, très fort en émotions. Je crois que tout le monde a versé sa petite larme. Et puis, reprise du travail dans un domaine qui me passionne.
  • En Novembre, j’ai pris 23 ans et ma soeur 18 ans. Une très grande fête sur le thème disney.

Et voilà que l’année s’achève et que nous nous apprêtons fêter Noël et le nouvel an dans notre petite maison du bonheur. N’hésites surtout pas à me partager en commentaire tes jolis moments de 2015. J’ai toujours soif de positif 😉

Non classé, Vie de famille, Voyages & Sorties

Aller à Disneyland Paris avec un bébé de 18 mois.

DSCN6577

Sur la blogosphère, fleurissent depuis un bon moment maintenant les articles sur les journées à Disneyland. Souvent le texte est court et les photos magnifiques, un vrai régal pour les yeux. Seulement lorsqu’il s’agit de trouver des articles informatifs sur cet univers enchanté, je trouve que ce n’est pas chose aisé. Et encore moins quand j’ai voulu trouver des infos sur l’organisation d’une journée aux parcs avec un enfant de moins de deux ans. Alors voilà, c’est chose faite, il y a environ deux semaines, sur un coup de tête, l’Homme et moi avons décidé d’emmener le Petit Prince rencontrer Mickey ( que l’on a finalement pas croisé soit dit en passant) et je vous ramène de ces deux jours la façon dont nous nous sommes organisés.

  • Un jour, c’est trop court…

Nous vivons en Basse Normandie. Aller à Disneyland Paris, c’est 3 heures de route minimum si l’on ne tombe pas dans les embouteillages à Paris. Il était donc impensable de faire subir ce temps de trajet (x2) à notre Tout Petit. Nous avons donc décidé de partir le mardi midi , en déjeunant sur la route pour faire une halte assez longue, d’aller à l’hôtel et de nous promener le reste de l’après midi. La visite des parcs étant réservée au lendemain.

  • Un hôtel avec animations et navettes.

En ce qui concerne l’hôtel, nous avons voulu jouer la facilité. Finalement, c’était la plus grosse part du budget. Nous avons choisi l’hôtel Explorers avec piscine et divers jeux pour enfants afin que Bébé ne s’ennui jamais tout en étant en sécurité avec nous. L’ambiance de l’hôtel aurait pu faire rêver n’importe quel enfant et même nous, en tant qu’adultes, nous nous sommes pris au jeu. La piscine est un endroit assez dingue et ressemble à un minuscule aquamundo pour ceux et celles qui connaissent les espaces aquatiques des Center Parcs. Jeux d’eau, toboggans pour petits et grands et transats pour ceux qui ne souhaitent pas se baigner. Nous avons apprécié ce lieu. Seul petit bémol: les sanitaires et les vestiaires n’étaient pas au top de la propreté. Deuxième élément importants à nos yeux: les navettes vers les parcs. On gagne en temps et en budget (le prix du parking à Disneyland revient à 15 euros par voiture pour la journée.) et on peut rejoindre l’hôtel à tout moment pour se reposer.

DSCN6541

DSCN6538

DSCN6536

DSCN6545

DSCN6532

DSCN6534

  • Privilégier un temps pour les magasins.

Si nous adorons faire les boutiques à Disneyland Paris, ce n’est pas le cas du Petit Prince qui, à 18 mois, préfère se promener en extérieur et profiter des personnages et des attractions. Là, encore, notre organisation nous a permis de régler le problème des magasins en fin de journée, les nerfs à vifs et la fatigue au summum. Nous avons fait un maximum de boutiques au Disney Village le jour de notre arrivée et avons fait nos achats de souvenirs ce jour là, gardant un peu de budget pour les boutiques spécialisées à l’intérieur des parcs où nous aurions pu tomber amoureux d’une exclusivité. Le premier jour, nous avons passé deux heures à arpenter les magasins du Disney Village et avons réduits considérablement notre temps de shopping sur les parcs le lendemain.

DSCN6672 DSCN6673

DSCN6606

DSCN6605

DSCN6604

  • Ce que nous avons emporté avec nous pour une journée sereine. 

Tout d’abord, la poussette bien sûr que le Petit Prince a réclamé dès le matin. Nous avions décidé de ne prendre avec nous que le strict minimum et sachez que le minimum avec un bébé c’est beaucoup. Nous nous sommes munis d’un sac à dos et tout ce qui est lourd a finit dans le panier sous la poussette. En premier lieu nous avons mis dans une poche du sac à dos nos clés, pièces d’identité, cartes bancaires et espèces et les entrées pour les parcs. Nous avions également pris un ensemble au cas où Bébé se salirait, trois couches, des cotons et du liniment. Dans la poussette, nous avions glissé une bouteille d’eau, l’habit de pluie de la poussette, un doudou et mon appareil photo. Et ça nous a suffit.

  • Le centre de soins pour bébés de Disneyland Paris…

… ou le paradis des parents et des enfants. Je ne connaissais pas encore cet endroit mais je dois dire qu’avec des enfants en bas âge, il devient un indispensable. Le centre de soins pour bébés est un lieu entièrement dédié au bien être de l’enfant de moins de trois ans. Ce lieu contient une salle de repas très calme avec chaises hautes et petites tables et chaises, une salle de change avec table à langer et papier hygiénique et un espace de vente du nécessaire pour le soin de l’enfant (petits pots, lingettes, couches…) . Nous avons appréciés de pouvoir souffler 10 minutes au calme.

  • Limiter le temps d’attente. 

Avec l’Homme, nous nous étions mis d’accord le matin même: pas de temps d’attente supérieur à 20 minutes. Nous avons bien jaugé le temps nécessaire supportable pour notre fils puisqu’au bout de 20 minutes de file d’attentes, Bébé commençait à s’énerver. Heureusement, nous arrivions au bout et tout s’est très bien passé. Une chance également, nous avons pu aller sur les parcs un mercredi , ce qui a diminué largement le taux d’affluence. Les temps d’attentes étaient très raisonnables et nous avons pu profité pleinement de notre journée.

DSCN6581

  • Quelles attractions? 

Enfin, certainement la question que je me suis le plus posée avant d’emmener le Petit Prince à Disneyland: Quelles attractions sont envisageables pour lui? Et, je t’avouerais que je me suis retrouvée surprise. Déjà, un enfant de moins de trois ans observe le monde qui l’entoure et c’est merveilleux de voir à quel point toutes ses couleurs et ces différents mondes sont des objets de fascination pour le bébé. Notre Petit Prince n’a pas semblé s’ennuyer une seconde, puisqu’il y avait trop de choses à voir et à découvrir. En ce qui concerne les lieux fascinants, j’ai pu noter que le Paris de Ratatouille et le Toy Story Playland l’ont émerveillé, tout comme le labyrinthe d’Alice aux Pays des Merveilles où nous l’avons laissé gambader. Autre endroit fascinant pour lui : Frontierland avec son univers western. Pour les attractions en elles mêmes , voici la liste de celles dans lesquelles nous sommes montés ( Notes que Bébé est courageux et assez téméraire) : Stitch, Ratatouille, le Casey Jr. Petit train du Cirque, Blanche Neige et les sept nains, le Pays des contes de fées et les voyages de Pinocchio. Nous avons également adoré flaner au village indien de Pocahontas,sur la Plage des pirates, dans le passage enchanté d’Aladdin, dans le nouveau lieu aménagé pour rappeler Arendelle et la reine des neiges et bien sûr près de l’incontournable château. Comme quoi, nous pouvons faire bien des choses sur les parcs avec un bébé.

DSCN6666

DSCN6648

DSCN6671

En tout cas, ce fût deux jours remplis de magie, et d’amour. Un merveilleux séjour.

<3 <3

Je te laisse avec quelques autres photos.

DSCN6669

DSCN6670

DSCN6655

DSCN6653

DSCN6652

DSCN6660 DSCN6651DSCN6617

DSCN6620

DSCN6621

DSCN6629

DSCN6636