Browse Tag by chaussures
Beauté/mode, Création / Photographie

La danseuse de la Lune.

Les danseuses étoiles, elles me fascinaient. Je ne sais pas ce que je leur enviais le plus. Si c’était leur port de tête, leur élégance naturelle, leur corps fin et élancé ou simplement leur tutu et leurs chaussons. Mais quand j’ai commencé à m’intéresser davantage à leur monde, elles étaient, à mes yeux, tout sauf désuètes . Elles incarnaient la féminité dans son aspect le plus rigoureux mais aussi dans sa douceur la plus extrême. Un savant mélange qu’il faut maitriser pour incarner l’Etoile du ballet. En ce qui me concerne, j’ai très vite compris que je ne serais jamais ni petit rat de l’opéra, ni danseuse confirmée. Je n’ai jamais eu de grâce naturelle, je n’ai jamais su faire les gestes délicats qui sont propre à cette discipline et je ne suis pas non plus la fille la plus élégante du monde. Et puis, je n’ai jamais été bonne danseuse. C’est un art dont je me sens très éloignée. Rien ne correspond. Rien. Les ballerines je les enviais, mais je ne les ai jamais jalousé. C’est juste qu’elles me fascinaient.

Et si je parle des jolies danseuses de ballet, c’est tout simplement parce que, de tous les vêtements que j’ai pu acheter/recevoir jusque là, aucun n’a jamais su autant m’inspirer que cette jupe. Déjà, sur le site Dresslily.com, elle a tout de suite attiré mon attention. C’est comme si elle avait été faite pour moi. Cousue sur moi. Si elle n’avait pas été inventé, il aurait fallu que je la crée. Dans ma tête, dans mes pensées. Et au sein de mon imagination, c’est certain, je l’aurais fait virevolter.

C’est avant tout son motif qui m’a séduite. Comment résister lorsqu’on est soi-même une amoureuse de la Lune et des galaxies? Comment résister à sa coupe midi, aussi, que j’affectionne depuis tant d’années maintenant? C’est rétro, c’est même un peu kitsch mais ça me ressemble tellement. Et quand je l’ai reçu et essayé, ça a été la révélation. Avec une paire de chaussures à petits talons qui ne sont pas sans rappeler les chaussons des ballerines, cette jupe me donnait un air de danseuse. Elle est parfaite. Parfaite pour me permettre, au moins une fois dans ma vie, de me mettre à la place des élégantes artistes sur pointes.

Autour de cette jupe, j’ai donc créé un personnage qu’il m’a fallu incarner. Un personnage avec une histoire, des sentiments, des actions qui lui sont propres. J’ai imaginé une danseuse, une femme particulière, une artiste presque mystique. Une ballerine qui vient de la Lune. Imaginez maintenant qu’elle soit tombée du ciel, qu’elle soit tombée sur Terre. Et qu’elle ne puisse pas rentrer chez elle. A votre avis danserait-elle chaque nuit, jusqu’à l’arrivée du soleil sous son astre maternel?

Jupe: Dresslily / Haut: Pimkie (similaire ici) / Chaussures: Asos

*Article en partenariat avec Dresslily.com

Beauté/mode

Pas encore.

Pour ce deuxième article en partenariat avec Zaful, je tenais absolument à prendre cette combishort noire à grosses fleurs pour pouvoir parler encore un peu de vacances et de bonheurs estivaux. L’été est passé à une vitesse folle et si, pour les trois quart de la France, il s’est passé sans encombre niveau temps, nous, nous n’avons pas eu cette chance. Avec une journée (vraiment) ensoleillée par semaine, on comptabilise à peine 8 jours de sorties plage. C’est peu. Mais heureusement, nous sommes partis la semaine dernière en vacances. De courtes vacances puisque j’ai repris le travail dès le 1er septembre. Cela a toujours été notre plaisir de partir au moment où tout le monde est déjà rentré. On ne veut jamais dire si vite Au revoir à l’été, on veut toujours prolonger un peu. Et cette année, comme le temps a été inhabituellement gris et maussade , nous n’avions pas du tout le coeur à quitter les doux parfums estivaux. Non , pas encore. Nous avons donc profité de la piscine pendant notre séjour, bronzé un peu histoire de faire disparaitre pour quelques temps cette peau si peu halée, flâné dans les ruelles sous un doux soleil aoutien. Et pour ma part, j’avais très envie de sortir une bonne fois pour toute mes vêtements de saisons. J’avais acheté quelques robes, mes maillots attendaient sagement leur tour et cette combishort qui venait juste d’arriver… il me tardait de la porter.

Au final, nous n’avons pas eu le temps de shooter ce look au bord de la piscine comme prévu. Les événements de la vie écourtant un peu plus notre séjour en Indre et Loire. Nous n’avons pas pu non plus retenir le soleil qui a, cette année, vite fait place aux nuages. Les températures ont dégringolé en quelques jours et nous désespérons de voir les beaux jours faire leur retour. C’est donc sous 18°C que nous avons pris ces photos. 18 petits degrés en combishort, c’est une première pour moi.

Pour vous parler un peu plus de cette pièce, j’avoue avoir été un peu déçue. Je trouve le haut à tomber avec son grand décolleté modulable grâce aux bretelles amovibles. Mais le bas… Je pensais qu’il serait plus large et un peu plus long. Cette combishort est tellement courte et serrée que je n’ose pas la porter autre part qu’à la plage ou à la piscine. Cependant, le tissu est de bonne qualité et le motif tellement joli. J’étais triste de ne pas pouvoir la porter plus souvent. J’ai donc trouvé une alternative pour profiter de son si joli décolleté: je l’utilise comme body (les photos de cette alternative sont juste en dessous!) . Sous une jupe midi elle fait totalement l’affaire. Je dirais même qu’elle est beaucoup plus classe portée ainsi.

 

Combishort : Zaful / Jupe: Jennyfer (similaire ici ) / Débardeur : Etam / Chaussures: Tex  (similaires ici) / Sautoir : Amazon

 

Beauté/mode

La saison des mariages.

L’été, c’est la saison des mariages et si pendant quelques années, c’était le vide complet de ce coté là ( la génération de mes parents ayant déjà franchi le cap depuis un certain temps et la mienne n’étant pas encore décidée à officialiser les relations ) , depuis trois ans, il y a une recrudescence de cérémonies. J’aime beaucoup les mariages, c’est l’occasion pour les invités de venir célébrer l’amour avec le couple de mariés mais aussi de découvrir de jolis lieux et de se parer de tenues toutes plus sublimes les unes que les autres. Je suis une vraie fan de tulle, de broderies et de dentelles depuis l’enfance. Les robes de princesses ont toujours eu le don de me faire rêver. D’ailleurs dans mon armoire, il y a des tas de robes de soirées et de cocktails qui, pour la plupart, n’ont été portées qu’une fois mais que je n’arrive pas à me résoudre à vendre ou à donner. Et cette année encore, j’ai agrandi ma collection en achetant, pour un remariage cette fois, cette magnifique robe bleue clair à grosses fleurs roses et jaunes. J’aime la transparence de ses manches, les motifs doux et féminins, le décolleté du dos et cette coupe tutu qui la rend encore plus féérique. Et pour accentuer encore son style princesse, j’y ai associé ces chaussures roses pailletées à gros noeuds que je ne cesse d’admirer. Ce sont de véritables petites merveilles qui, je l’avoue, vont être difficiles à porter au quotidien mais que je n’hésiterais pas à ressortir à la moindre occasion.

Robe: Chi Chi London (achetée dans la collection « Petite ») / Chaussures : Asos

 

 

 

Beauté/mode

Les contrastes et le renouveau.

Même si je ne suis pas une citadine dans l’âme, il faut bien avouer que certains aspects des espaces urbains sont très inspirants. Pour moi, c’est avant tout une question d’architecture et d’art qui d’une ville à l’autre diffèrent totalement. Les grands boulevards Hausmann de Paris offrent des perspectives à couper le souffle, le style coloré de Barcelone nous incite à rester tard en terrasse pour profiter des festivités espagnoles, l’art gothique strasbourgeois nous envoie dans un autre temps et l’urbanisme moderne naissant sur la presqu’île de Caen rajeuni la vieille ville jusque là construite à base de pierres blanches. De tout ce mélange de genres, moi, ce que j’aime ce sont  les contrastes. Et en vieillissant, la ville normande se pare de mille et un styles différents. C’est peut être ça que j’adore chez elle: cette faculté qu’elle a de marier tous les arts, toutes les origines et de créer sa personnalité propre dans ce tourbillon d’originalités. Depuis longtemps j’aime trouver des graff’, photographier des murs, admirer le design, m’émerveiller devant l’ancien. Et après quelques recherches, j’ai trouvé pas mal d’informations sur l’art urbain de Caen. Je me suis rendue compte que quelques journaux avaient fait des articles pour célébrer la jeunesse retrouvée de la ville, qu’un festival a été créé pour mettre en lumière les grands murs remplis de graffitis et que des artistes sont invités chaque année pour déposer leur patte et leur signature sur quelques bâtiments. Cela donne une seconde jeunesse, une fraicheur à la vieille et belle Caen. Il faut savoir qu’en plus des contrastes, je me focalise aussi sur les choses désuètes qui ont la bonne idée de revenir au goût du jour. D’ailleurs cette si jolie robe en est un exemple. Sur un vichy un peu rock et une coupe aérée, elle arbore de grosses fleurs vintage. N’est-elle par représentative de tout ce que j’aime dans le contraste et dans le renouveau? Elle allie à la perfection un motif un peu trop sage et démodé à un vêtement à la coupe plutôt sexy.  Je suis folle de cette robe. Au début , je l’imaginais accessoirisée avec des ballerines roses poudrées à ruban de satin, ce qui accentuait son coté jeune fille.  Et c’est en achetant mes dernières bottines noires que je me suis rendue compte qu’elle avait un autre potentiel. Une fois associée à ma nouvelle paire de talons, elle change complètement de style, se métamorphose et dévoile son caractère un peu plus neuf, plus féminin, plus décalé et un brin plus citadin aussi.

Robe: Mango / Veste: Pimkie / Chaussures: Tex (similaires ici)  / Collier: Wish (similaire ici

Beauté/mode

La grande roue.

Je rêvais de faire des photos devant une grande roue. Non pas comme toutes ces filles à Coachella mais dans une ambiance un peu romantique, plus douce, plus proche de ce que je suis. Alors quand j’ai su qu’une grande roue s’était installée à Cabourg, capitale de l’amour, j’ai su que c’était le moment. Nous sommes arrivés dans notre ville côtière préférée vers 19h, nous sommes allés chercher des bonbons puis nous avons diné tous les trois dans un restaurant que nous apprécions particulièrement dont les murs sont recouverts d’un pétillant vert pomme et qui est tenu par un homme tellement sympathique. Après cela, nous nous sommes tout naturellement dirigés vers cette grande roue immense dont les pieds me font penser aux cannes à sucre de Noël. Nous n’avons pas résisté à l’envie de monter dedans ( d’habitude, je déteste cette attraction, j’ai tellement peur, mais j’étais forcée de constater qu’elle offrait une vue incroyable sur le Grand Hotel et la mer. ) pour faire quelques photos et à nouveau les pieds bien sur terre nous avons entamé ce shooting si particulier et tant désiré. La tenue est assez simple, mis à part peut être ces chaussures dégotées sur Amazon et que vous avez déjà aperçu ici et ce gilet que j’ai volé à ma grand mère (C’est surprenant n’est ce pas? Mais j’ai une grand mère jeune et stylée) . Ma jupe vient du site Shein, mon body a été shoppé chez Undiz. Quant à mon sac Jennyfer, vous l’avez déjà vu tellement de fois, mais il est si pratique. Il parait petit comme ça, mais il peut contenir mon appareil photo, ma trousse de make up, mon téléphone et mon portefeuille sans problème.

 

 

 

Beauté/mode

Les chaussures Licorne.

 

 

Je ne savais absolument pas comment nommer cet article alors je n’ai pas fait dans l’original. Et c’est vraiment nul parce que je n’aime plus les licornes. J’adorais ça quand j’étais petite, je visionnais sans cesse Legend pour pouvoir regarder ces animaux fantastiques mais depuis que c’est devenu  » à la mode » et qu’on en voit absolument partout, je fais une overdose. J’en peux plus, je vous jure, c’est terrible. Cet animal qui me paraissait si majestueux, si intouchable, a été tellement malmené par les marques qu’il est juste devenu banal. Pas qu’on en croise à chaque coin de rue hein! Mais dans toutes les vitrines et partout sur Internet, ça oui. Tout le monde peut s’approprier la licorne, tout le monde peut même fourrer ses pieds dans des chaussons Licorne. Et là où, avant, on comparait la multitude de couleurs aux arcs-en-ciel , aujourd’hui, tout est prétexte à faire allusion au cheval à corne. Alors, j’aurais peut être du appeler cet article les chaussures arc-en-ciel, ou simplement multicolore mais je reste sur ma première idée parce que, dit-on, c’est toujours la bonne.

 

 

Beauté/mode

Le syndrôme de l’essayage impulsif.

En passant chez Mango, il y a une petite semaine de cela, je suis tombée sur le tout petit rayon soldes qu’il restait. Il faut dire que je n’avais pas pris le temps de courir les magasins ces derniers temps . J’ai tout simplement loupé les soldes. Dans le Mango de mon centre commercial préféré donc, j’ai pris trois-quatre robes qui me plaisaient sur leur cintres pour les essayer. J’ai le syndrome de l’essayage impulsif moi. Il m’arrive assez souvent de vouloir voir ce que donne une pièce sur moi, juste comme ça. Je n’ai même pas envie d’acheter, je veux juste voir, regarder comment le tissu tombe sur ma silhouette, toucher les textures, apprécier les couleurs. Bien souvent, je remet tout le monde sur son cintre, prends mes clics et mes clacs et ne regrette absolument pas mon non-achat compulsif.  Par contre, parfois, comme cette fois là,  je passe une première fois une robe, la regarde, marche, l’observe, voit les matières s’envoler, la remet sur son cintre , essaye les autres pièces et puis…. c’est plus fort que moi , je dois repasser la première robe parce qu’elle est chouette quand même. Alors à ce moment là, je me pose tout un tas de questions. Est-ce bien raisonnable? Non. En ai-je vraiment besoin? Bien sur que non. J’ai beau donner les bonnes réponses à mes propres questions, je me retrouve tout de même en caisse, prête à dégainer la carte bleue. C’est l’histoire de cette robe rouge, à la couleur éclatante et aux tissus tellement fluides! C’est l’histoire de la quasi totalité des pièces de mon dressing. Alors, est ce que je regrette ? Absolument pas. Ma maladie à moi ce n’est pas l’achat compulsif, mais l’essayage impulsif et croyez moi, ce n’est vraiment pas pareil.

Robe: Mango / Chaussures: Chauss’Expo / Bijoux: Histoire d’Or

 

 

 

 

Beauté/mode

L’année des cuissardes.

2016 est certainement l’année des cuissardes. Même si cela fait bien deux ou trois ans qu’elles essayent de nouveau de se faire une place de choix dans nos penderies, il faut dire que les idées reçues ont la vie dure. Mais finalement, après les avoir vu et revu sur les défilés et dans les pages mode des magazines, elles sont parvenues à retrouver leur place dans mon coeur , laissant de coté leur sale réputation. Exit donc les cuissardes associées aux minijupes trop courtes et aux bas résilles, elles se veulent être de nouveau le partenaire idéal d’une tenue simple et féminine. J’ai les miennes depuis un sacré bout de temps maintenant. J’avais essayé d’en reporter, il y a deux ans. Mais j’avais encore trop en tête l’image malsaine qu’elles véhiculaient. Et puis , au fil des blogs, j’ai retrouvé le courage de les porter et depuis septembre, elles sont régulièrement à mes pieds. J’avais choisi cette paire cloutée et plate au colori taupe pour son coté casual. Je voulais l’associer à une jupe en jean et un petit haut kaki. Et puis après avoir pris mes aises dans cette première tenue, j’ai voulu cassé ce coté un peu trop casual au final et m’amuser à les porter avec des looks tous plus différents les uns que les autres. Aujourd’hui, j’ai donc décidé de vous montrer ce presque-total-look noir agrémenté de ma paire de cuissardes adorée.

jupe SheIn / Pull crop top Jennyfer / veste Promod / collants sans marque

Beauté/mode, Non classé

La robe aux oiseaux.

DSC_0553 (1).jpg

J’ai cédé à la folie des robes-papier-peint. Il y a quelques temps, je n’aurais surement jamais réussi à porter ce style de robe quelque soit le motif. Mais lorsque je suis tombée sur celle ci tout à fait par hasard en entrant dans une jolie boutique de Locronan, la magie a opéré. J’aime beaucoup ces colibris colorés sur ce fond clair , j’aime bien la forme blouse sans décolleté et le fait qu’elle puisse être portée à toutes les saisons. Seule petite chose qui m’agace un peu : sa longueur. Je suis plutôt grande et elle est assez courte sur moi. Je pense même que pour le printemps et l’été , elle me servira plus de tunique que de robe. En attendant , pour cet automne, j’ai décidé de l’associer à mon grand manteau trouvé sur un marché et à mes derbys beiges qui viennent de chez Babou et que j’ai eu pour un prix dérisoire. Coté accessoires, j’ai misé sur des bagues dorées et géométriques. La triangulaire , ma préférée, vient de chez Réserve Naturelle et m’a été offerte par mon Amoureux. Les autres sont celles de chez Moa dont j’ai déjà parlé ici.  En associant toutes ces pièces fortes, j’avais un peu peur que le résultat ressemble à du grand n’importe quoi mais au final, je trouve que cette tenue reflète exactement qui je suis et c’est bien pour ça que je l’adore.

DSC_0555 (1).jpg

DSC_0561.jpg

DSC_0566.jpg

DSC_0563.jpg

DSC_0559.jpg

DSC_0556 (1).jpg

Beauté/mode, Non classé

La robe caméléon.

DSC_0195.jpg

Lors de ma dernière visite chez Mango, j’ai été attiré instantanément par cette robe à motif fleuri (encore!) hyper légère. C’est le genre de pièce que j’adore avoir dans mon dressing. C’est ce que moi j’appelle les pièces caméléon puisque je peux les porter dans la vie de tous les jours associés à des ballerines ou des sandales plates comme je peux également les choisir pour un évènement particulier. J’ai déjà porté cette robe plusieurs fois: à la plage, en ville et même en promenade à la campagne. Pour mon look d’aujourd’hui, je l’ai simplement rehaussé de talons et de bijoux tout discrets et, habillée comme ça, je trouve que je pourrais facilement aller à un mariage. Les talons sont hyper hauts et pourtant ça ne rend pas l’ensemble vulgaire. Je crois que c’est grâce aux bijoux pas trop clinquants,  à la fluidité des textures, au fait que la robe ne soit pas trop courte et que le volant devant n’attire pas spécialement l’oeil sur le décolleté. Je suis également fan du dos qui en montre un peu sans en dévoiler beaucoup.

Robe: Mango / Chaussures : Sans marque (achetées sur un marché pour la modique somme de 5€) / Pochette: Jenyfer / Collier: Lanoë / Bagues et bracelet : Histoire d’Or et Le Manège à Bijoux

 

DSC_0199.jpg

DSC_0204.jpg

DSC_0193.jpg

DSC_0125.jpg

DSC_0120.jpg

DSC_0122.jpg

DSC_0137.jpg

DSC_0179.jpg

DSC_0164.jpg

DSC_0140.jpg