Browse Tag by couleurs
Beauté/mode

Scandalust, ma première palette de chez Marc Jacobs

Les palettes Marc Jacobs… Elles me font de l’oeil depuis bien longtemps. A chaque fois que je passe dans un Sephora, je ne peux m’empêcher de les admirer. Je n’avais encore jamais sauté le pas de m’en prendre une. Déjà parce qu’elles coutent très chers et parce qu’en plus, entre temps sont nées les petites dernières de chez Urban Decay, dont la qualité n’est plus à prouver (surtout la Naked Heat, que je trouve toujours aussi sublime) . Je suis de celles qui sont fidèles à une marque lorsque celle ci continue d’évoluer en gardant toute ses qualités.  Mais depuis cet automne, rien n’avait vraiment attisé ma curiosité chez Urban Decay, ni nul part ailleurs. Je me suis donc fait plaisir en me tournant vers les rouges à lèvres. Et puis , je suis dernièrement tombée sur la vidéo d’Hélène de mon Blog de fille qui parlait justement des nouvelles eye-conic de chez Marc Jacobs. Toutes plus sublimes les unes que les autres. Deux ont particulièrement attiré mon attention: la Scandalust avec son beau prune et la Edgitorial avec son magnifique doré. J’aurais eu besoin d’un fard doré c’est vrai, puisque je me suis aperçue que je n’en ai plus dans ma collection et que Noël approche à grands pas. Mais le prune de la Scandalust ainsi que toutes ses autres couleurs ont réussi à me convaincre. J’ai donc attendu patiemment mon anniversaire et avec la carte cadeau que ma petite soeur m’a offerte je me suis fait cet unique plaisir.

Parlons donc de cet écrin. Chez Marc Jacobs, ils savent allier simplicité et élégance. Les lignes sont arrondies, les finitions travaillées et l’ensemble de la palette est très compacte.  Parfaite pour l’emmener dans n’importe quel sac à main ou pochette. Le noir brillant accentue le raffinement même si c’est particulièrement difficile à garder propre. L’étui s’ouvre simplement en appuyant sur le bouton argenté. Fini de chercher mille ans comment l’ouvrir. Je trouve ce système d’ouverture hyper intuitif. Un bouton à pousser , rien de plus simple. Une fois ouvert, l’écrin dévoile les sept fards et un grand miroir.

Sans encore y toucher, j’étais déjà scotchée par la luminosité des fards pailletés et par l’effet des autres fards. Rien a voir avec ce que j’avais déjà en ma possession. Les fards,encore neufs, ressemblaient à des petits bout de satin ou de velours posés dans une jolie boite. Même les plus mats. Et puis, j’ai voulu swatcher et la magie  a opéré. Ils sont tous extrêmement pigmentés et au toucher, ils ressemblent étrangement à des fards crème sans le coté gras ou collant. Les couleurs s’estompent toutes parfaitement tout en gardant leur profondeur et leur pigmentation. Il est donc facile de reconnaitre chaque fard sur la paupière. Ils ont la particularité de fonctionner tous ensemble. Et aucun ne devient imperceptible lorsqu’il est estompé. C’est ce que j’aime: avoir une palette dans laquelle la qualité est au rendez vous pour chaque fard. Parce que , souvent, selon les finis, la qualité diffère.

Les couleurs, maintenant. Je pense qu’en voyant ces teintes vous comprenez pourquoi j’ai craqué sur celle-ci plutôt qu’une autre. Les trois premiers fards sont des beiges dans trois finis différents. Le premier (Hot pants) est un beige clair satiné qui permet d’ajouter de la lumière en coin interne de l’oeil et sous le sourcil. Le second (At the office) est un mat dont je me sers pour unifier toute la paupière avant de travailler les autres fards. Le troisième (cause a fuss) est un magnifique fard pailleté champagne dont on peut se servir aisément en journée comme en soirée.

Le fard au centre de la palette (That’s why) est un mat couleur « café au lait » qui donne du relief à n’importe quel maquillage de journée. Il suffit de glisser son pinceau en creux de paupière et le tour est joué.

Les trois derniers fards permettent de muter le maquillage de journée en magnifique maquillage de soirée. Le fard cuivre (They call her) est complètement dingue. Pailleté et lumineux au possible, il est hyper facile à travailler et surtout, surtout, ne fait pas de chutes. Ce qui est merveilleux pour un fard sombre pailleté. Le fard le plus foncé de cette palette (le Little Miss) est un mat qui permet sans problème de créer un smoky eye hyper profond. En coin externe de l’oeil, il donne du relief et de la profondeur au regard. Enfin, le dernier fard (scandalous) est celui qui a fait pencher la balance à l’achat. Ce prune ni tout à fait mat, ni tout à fait pailleté, tire sur le fuchsia et s’associe à n’importe quelle autre teinte de la palette. C’est mon coup de coeur. Et même si je le trouve magnifique, j’avoue qu’au début j’avais peur de ne pas savoir m’en servir correctement. Finalement, il est parfait pour tout. Il est tout aussi beau en coin externe qu’en paupière mobile. Et, grosse surprise, en ras de cil il donne un effet de dingue.

C’est donc avec grand enthousiasme que j’ai découvert la jolie Scandalust qui, au delà de son esthétique raffinée et féminine , offre des fards à paupières de qualité, à la pigmentation incroyable et aux finis d’une beauté sans pareil.

Beauté/mode

Mes rouges à lèvres préférés du moment.

En ce moment, plus qu’à n’importe quel autre moment de ma vie, je fais une fixette sur les rouges à lèvres. J’ai commencé à en porter quotidiennement, il y a peu. Avant, je n’en portais qu’occasionnellement, pour les sorties ou les évènements.Il faut dire aussi que les textures ont beaucoup évolué ces derniers temps, et sont devenues par la même occasion très confortables.  Moins de rouges à lèvres collants semblables à des gloss, moins de mats hyper asséchants et surtout des tenues défiants toute concurrence. Aujourd’hui, le lipstick fait partie de mes indispensables au même titre que le mascara. C’est pourquoi j’ai choisi de vous montrer mes cinq couleurs favorites du moment (il n’y aurait que moi, je vous montrerais tous les rouges de ma collection, mais ce serait trop redondant.) de la plus classique à la plus extravagante.

 

Loc (Rose to the occasion)

Les rouges à lèvres Loc faisaient déjà partie de mes favoris en 2016. Mon avis n’a pas changé et je m’amuse à agrandir petit à petit ma collection. Parmi les petits nouveaux, le Rose to the occasion est mon coup de coeur. Ce vieux rose froid est parfait pour l’hiver. La couleur habille sans en faire trop. La texture est crémeuse et le rendu mat est velouté, presque poudré. La tenue est top. La couleur s’estompe au fur et à mesure de la journée, sans laisser de démarcation.

Rodial (Big Apple)

J’ai dernièrement reçu dans une box beauté ce jumbo pour les lèvres de la marque Rodial (en teinte Big Apple) . La texture, hyper sèche, m’a d’abord fait peur et ne facilitait pas les premières applications. Mais après avoir pris le coup de main, j’étais scotchée. Ce vieux rose qui tire davantage sur le mauve est canon. Sa texture, un peu plus sèche que ce qu’on a l’habitude de voir, a au moins l’avantage de tenir sur toute une journée sans faillir. Et j’ai remarqué que, par rapport à d’autres jumbo mats, il n’assèche pas les lèvres.

Sephora (Always Red)

Niveau rapport qualité/ prix , rien n’équivaut, en terme de rouges à lèvres liquides mats, aux veloutés sans transfert de chez Sephora. Je n’ai pas arrêté d’en acheter ces derniers mois. Une fois secs, ils se font totalement oublier. Et c’est ce que je recherche en premier dans ce type de texture. Rien de plus désagréable qu’un lipstick qui tiraille ou colle. En ce qui concerne ce beau rouge vif, il ne transfère pas du tout. Il me fait beaucoup penser au 999 de chez Dior (qui vient d’ailleurs de sortir en version liquide), la teinte la plus connue de la marque, mais coute trois fois moins cher.

 Sephora (Dark Red)

Un autre rouge, plus foncé celui ci, que j’adore : le Dark Red. J’aime particulièrement les couleurs proches du bordeaux, du marron et du prune. Ce rouge est un peu plus maronné et tire davantage sur le brique lorsqu’on en applique deux couches. En ce qui concerne le transfert, et c’est là la limite de la gamme de chez Sephora, les couleurs foncées sèchent moins vite et transfèrent plus facilement. Elles tiennent aussi moins longtemps. Mais rien de bien méchant.

Sephora (Dark Forest)

Acheté pour Halloween, il s’avère que le Dark Forest est une couleur que j’aime porter aussi tous les jours. Il donne au look un coté plus rock, plus sombre et j’aime tellement ça. Là encore, il n’est pas 100% sans transfert et la tenue est moyenne. Mais cette couleur me convainc par son originalité et par sa texture ultra confortable.

Beauté/mode

La saison des mariages.

L’été, c’est la saison des mariages et si pendant quelques années, c’était le vide complet de ce coté là ( la génération de mes parents ayant déjà franchi le cap depuis un certain temps et la mienne n’étant pas encore décidée à officialiser les relations ) , depuis trois ans, il y a une recrudescence de cérémonies. J’aime beaucoup les mariages, c’est l’occasion pour les invités de venir célébrer l’amour avec le couple de mariés mais aussi de découvrir de jolis lieux et de se parer de tenues toutes plus sublimes les unes que les autres. Je suis une vraie fan de tulle, de broderies et de dentelles depuis l’enfance. Les robes de princesses ont toujours eu le don de me faire rêver. D’ailleurs dans mon armoire, il y a des tas de robes de soirées et de cocktails qui, pour la plupart, n’ont été portées qu’une fois mais que je n’arrive pas à me résoudre à vendre ou à donner. Et cette année encore, j’ai agrandi ma collection en achetant, pour un remariage cette fois, cette magnifique robe bleue clair à grosses fleurs roses et jaunes. J’aime la transparence de ses manches, les motifs doux et féminins, le décolleté du dos et cette coupe tutu qui la rend encore plus féérique. Et pour accentuer encore son style princesse, j’y ai associé ces chaussures roses pailletées à gros noeuds que je ne cesse d’admirer. Ce sont de véritables petites merveilles qui, je l’avoue, vont être difficiles à porter au quotidien mais que je n’hésiterais pas à ressortir à la moindre occasion.

Robe: Chi Chi London (achetée dans la collection « Petite ») / Chaussures : Asos

 

 

 

Beauté/mode

Couleur brique.

C’est certainement la manière dont je préfère me maquiller en ce moment. J’ai envie de couleurs chaudes qui me vont au teint. Il faut savoir qu’en matière de maquillage, je ne me refuse rien. Aucune texture, aucune couleur sous prétexte que « ça ne me va pas ». Alors il m’arrive d’oser un rouge à lèvres bleu/lilas même si je sais que ce n’est pas l’idéal pour moi. Dans ma palette Vice 4 d’Urban Decay, une couleur sortait du lot. Il s’agit d’un brun orangé quelque peu rougeoyant qui fait vraiment penser à la couleur de la brique. Elle est absolument magnifique mais je ne l’avais jamais utilisé puisque je ne savais absolument pas avec quel genre de couleur l’associer. C’est difficile d’essayer quelque chose de nouveau et si je pioche des idées un peu partout, ce qui me permet de créer des make up parfois extravagants , pour ce brique là, ça m’a semblé plus délicat. Je n’avais pas envie de trop l’estomper, de peur de perdre cette intensité peu commune. J’aime la teinte de la façon dont on la perçoit dans la palette, au maximum de son intensité.

 

C’est ainsi que je me suis décidée à l’utiliser en coin externe de la paupière mobile de manière à l’estomper le moins possible. Je l’ai finalement associé à un champagne très lumineux en coin interne de l’oeil et fait un dégradé avec un vrai orange et une teinte entre deux, couleur rouille. J’ai également utilisé mon brique en ras de cil inférieur et j’ai intensifié le regard avec un trait d’eye-liner bien noir et plusieurs couches de mon mascara Marc Jacobs.

Dans l’article des rendez vous beauté du mois d’Avril, j’avais trouvé intéressant le fait de pouvoir vous parler et du make up et des produits que j’utilisais. Comme si j’intégrais une revue dans un tutoriel. C’est pourquoi je réitère l’expérience aujourd’hui. J’avais très envie de vous parler de mon nouveau fond de teint. Alors que j’avais presque fini le Naked Skin d’Urban Decay qui me suivait depuis l’automne 2016, je me suis bien rendu compte que mon type de peau avait changé. J’ai découvert que j’avais des zones de sécheresse sur les joues, mais toujours le milieu du visage assez changeant, de mixte à gras selon les jours, la météo, la période du mois.  Et mon fond de teint chouchou qui jusque là faisait son job à merveille en rendant ma peau lisse et unifiée , marquait beaucoup trop les zones de sécheresse et bougeait en fin de journée. Jusqu’à ne plus tenir du tout les derniers temps. Je suis donc allée chez Sephora, expliquant à ma vendeuse que non seulement je n’avais quasiment plus de fond de teint mais qu’en plus je ne pouvais plus racheter le Naked Skin simplement parce qu’il ne me convenait plus. Après maquillage en magasin et coup de coeur absolument pour le rendu , j’achetais le Diorskin Forever.

Alors déjà, il faut dire que j’ai rarement vu un packaging si joli. Son flacon pompe (=pratique) en verre dépoli fait tout de suite plus « propre » qu’un verre translucide qui fait rapidement apparaitre les traces de doigts. Le produit est fluide et facile à appliquer. Je viens de reprendre le maquillage du teint au pinceau après avoir utilisé le beauty blender durant des mois et je suis ravie de voir que la matière s’étire bien sans laisser de traces. D’ailleurs sa texture est plutôt fondante et non grasse, elle floute rapidement le grain de peau et unifie dès la première application. La couvrance est légère mais est totalement modulable. Ainsi en appliquant plusieurs couches , il est possible d’avoir une couvrance moyenne qui reste naturelle puisqu’en aucun cas ce fond de teint ne produit un effet masque.

Une fois bien en place, il tient très longtemps. Et même s’il perd un peu de matière en fin de journée , c’est de manière discrète, sans faire de plaque et sans réellement bouger sur la peau. C’est assez impressionnant, c’est comme s’il s’estompait simplement. En ce qui concerne son fini mat, je suis plus mitigée (mais sans être déçue) . Il est mat à l’application, mais il faudra une bonne poudre pour ne pas que la peau brille au bout de quelques heures, surtout au niveau de la zone T.

Je suis assez bluffée par son confort. Une fois appliqué, je ne le sens plus du tout et c’est quelque chose qui n’est jamais arrivé avec d’autres fonds de teint . Je suis assez sensible à l’effet collant/gras des fonds de teint et des produits de beauté en général. Je n’aime pas avoir la sensation d’une texture quelle qu’elle soit sur ma peau. Et souvent, j’attends avec impatience le moment du démaquillage pour avoir de nouveau l’agréable sensation d’une peau nue. C’est d’ailleurs ce qui m’a fait choisir ce fond de teint, puisqu’il est fluide et non gras, il donne l’impression de ne pas être maquillée. En plus d’être un très bon produit de make up, il contient une essence de soin qui cible les problématiques des pores (sécheresse, dilatation, relâchement) et qui aide la peau a se rééquilibrer selon ses besoins en hydratation. J’espère que sur le long terme , il affinera mon grain de peau de façon notable. En attendant de l’utiliser plus longtemps, je peux d’ores et déjà dire que je suis ravie de son effet sublimateur de peau et de sa tenue presque infaillible. Il contient également un SPF 35 non négligeable pour l’arrivée des beaux jours.

Au final, j’ai eu un véritable coup de coeur pour ce produit qui coute tout de même 49€. Cependant, avec les -25% souvent offerts par Sephora, il est à peine plus cher qu’un Urban Decay . Ce qui vaut vraiment le coup quand il s’agit d’acheter du luxe.

 

Création / Photographie

Encore une fois.

Sincèrement, je ne pensais pas écrire de nouveau un article sur le ciel. Montrer le crépuscule, encore une fois. Vous connaissez déjà tellement bien mon addiction pour les couleurs du soir et du matin, du crépuscule et de l’aube. J’en ai écrit tellement : ici, ici et ici. Je vous ai déjà raconté cent fois que j’adore ces nuances, ces couleurs, ces contrastes. Que j’adore photographier ça. Que je trouve que ça passe toujours trop vite. Qu’on a jamais assez de temps pour contempler. C’est trop éphémère, trop soudain. Tellement changeant. Si magique. Mais ça ne changera pas, j’adore photographier le ciel le soir et j’aime toujours autant vous montrer ça.

 

Beauté/mode

Juste un bouquet.

 

S’il y a bien quelque chose dont je ne peux pas vous parler ici, c’est bien de sacs. Je n’ai jamais été friande d’accessoires. On me voit rarement changer de bijoux, porter des foulards, ou encore acheter des lunettes de soleil. En ce qui concerne les sacs, c’est même pire, je n’aime pas ça. Je trouve cela encombrant et franchement pas pratique. Certes, il y en a de très beaux, qui coutent aussi très cher, mais quitte à commencer (ou continuer) une collection, mon choix se portera largement plus sur une nouvelle paire de chaussures. C’est pourquoi, j’ai décidé d’arrêter de shooter des looks dans lesquels je porte des sacs quand je n’en ai pas l’utilité. De toute façon , avoir cet objet à mon épaule tout le temps ça ne me ressemble absolument pas. Je suis bien plus « confortable » sans.

En ce qui concerne le look du jour, j’ai eu un vrai coup de coeur pour cette robe kaki qui sort tout droit de chez Boohoo (vous remarquerez qu’elle est toute froissée, apparemment je n’ai pas jugé utile de la repasser)  avec laquelle je porte mes bottines Promod et un sautoir en perle. J’avais envie de casser son style Casual. Enfin, je voulais vous montrer et vous parler de ce magnifique bouquet qui a été réalisé par ma soeur et ses doigts de fée. Autant vous dire qu’avec un talent pareil, je ne peux être que fière d’elle.

 

 

Création / Photographie

Frozen

Récemment, je me suis posée cette question: Comment débuter 2017 ici? Quel premier article vais-je bien pouvoir écrire? Evidemment, j’aurais pu écrire un millier d’articles différents. J’aurais pu shooter un look minimaliste pour trancher avec les paillettes et les couleurs de ces derniers jours. J’aurais pu écrire une recette détox ou même lister mes bonnes résolutions (que je ne fais pas) pour les 365 jours à venir. Mais ce n’est pas ce que je voulais. Ce n’est pas ce à quoi ressemble ma vie en ce moment. Ces derniers temps, j’ai très envie de photographier, d’être un peu derrière le boitier plutôt que devant , de passer mes soirées à retoucher. J’ai également très envie de me reconnecter avec ce qui m’entoure, la nature, les paysages gelés sublimes que m’offre ma Normandie et ce froid que je n’arrive pas à détester. Je veux mon bonnet bien chaud sur la tête et mon Kéo à mes côtés qui découvre les joies des longues balades matinales. Je pourrais même rester postée devant ce soleil levant pendant plusieurs minutes pour capturer les bonnes couleurs au bon moment. J’avoue aussi rêver de neige parfois, tout aussi belle et éphémère que le gel, mais qui n’arrive pas pointer le bout de son nez ici. Alors je me contente de ce gel si blanc et lumineux qui reflète de la meilleure façon possible les premiers rayons de soleil. J’ai beau avoir les mains et les pieds glacés, l’important pour moi ce sont les nouveaux souvenirs qui s’impriment dans ma tête et mes yeux qui deviennent brillants à force de trop refléter les éclats de splendeur du moment.

 

Beauté/mode, Non classé

Mon make up pour Noël.

dsc_0415

Cela fait deux ans qu’en période de Noël je ne jure plus que par les make up vert sapin. J’ai une attirance profonde pour cette couleur foncée, tout comme j’aime le bleu nuit et le noir pailleté. Et même si le make up de fête par excellence passe souvent par des rouges intenses et des couleurs très lumineuses (comme le doré et l’argenté par exemple), je trouve que rien ne va mieux sur moi qu’un regard prononcé et une bouche complètement nude. En ce qui concerne le vermillon et les paillettes je préfère les garder pour la tenue et les emballages cadeaux.

dsc_0436

dsc_0440

DSC_0413.jpg

Non classé, Vie de famille

Et voir un lever de soleil.

dsc_0889

Je n’ai jamais été une lève-tôt. Les seuls levers de soleil auxquels j’assiste sont ceux qui se pointent sur la route lorsque je vais au travail. Mais jamais je n’avais assisté à un lever de soleil par plaisir. Je photographie souvent les couleurs du crépuscule , du jour qui s’éteint et qui laisse place à la lune et aux étoiles. J’immortalise les indigo, bleu nuit, rouge et rose-orangé qui apparaissent soudain derrière ma fenêtre et je les contemple de longues minutes sans jamais m’en lasser. Je suis amoureuse du jour qui décline, de son ambiance si particulière. Mais pouvais-je tomber amoureuse du jour qui se lève? Rien n’était moins sur. Pourtant vendredi, après une nuit chaotique et un lever avant les aurores, je cherchais quelque chose à faire. Le Petit Prince ne voulait pas se rendormir et tournait en rond dans la maison cherchant désespérément à quel jeu il pouvait bien jouer. Je me suis alors préparer à sortir, l’ai habillé et l’ai emmené à Cabourg, cette ville dont je parle tout le temps. Il était alors 8h20. Le soleil n’était pas encore là, les boutiques étaient fermées et les bords du canal silencieux. Le lieu avait un coté complètement irréel, il n’appartenait qu’à nous. Et puis, au fur et à mesure de la balade, le ciel s’est éclairci, de mystérieuses couleurs sont apparues. Tout d’un coup , les nuages jusqu’alors gris menaçants sont devenus orange, jaune et rose! Le ciel tout entier s’est transformé pour nous laisser devant un spectacle sans nom. Nous avons donc marché un peu plus vite pour atteindre la promenade et observer cette véritable oeuvre de la nature depuis la plage. Mais l’aube avait l’air pressée, tout comme les gens qui partent travailler. Le jour met trop peu de temps à se lever, si bien qu’une fois la plage atteinte le ciel avait revêtu son habituel habit bleu et gris.

dsc_0899

dsc_0937

dsc_0931

dsc_0917

dsc_0891

dsc_0951

dsc_0957

dsc_0961

dsc_0963

dsc_0964

 

Non classé, Vie de famille, Voyages & Sorties

Un week end dans la Somme.

img_0403-1

Le week end dernier, nous avons profité des dernières chaleurs estivales pour aller dans la Somme le temps d’un court séjour. Nous avons trouvé une offre sur Voyage-privé.com pour deux nuits dans un village club Pierre et Vacances. Nous ne voulions pas partir trop loin de notre maison pour ne pas avoir trop d’heures de route mais nous voulions être dépaysés quand même . Ayant déjà fait la Bretagne au début des vacances d’été , nous avions décidé de rouler vers le nord plutôt que vers le sud. A vrai dire, j’avais un peu peur qu’il fasse froid, nuageux et qu’en plus, ce ne soit pas très beau. Chez moi, les clichés ont la vie dure. C’est donc pleine d’à priori négatifs mais l’esprit ouvert que j’ai pris mes valises et ai passé le pont de Normandie.

Arrivée sur place, j’ai découvert une région charmante et un village club vraiment trop mignon. Nous logions dans une maison 4/5 personnes à 600 mètres de la mer et à 10 minutes à pieds du centre du village vacances. Notre quartier avait sa propre piscine, ce qui ne nous obligeait pas à aller jusqu’à l’aqualud pour faire trempette. Nous avons essayé de profiter au maximum des activités proposées mais il y en avait tellement que nous n’avons pas eu le temps de tout faire. Et puis, nous nous sommes beaucoup reposés et avons observer chaque soir le soleil se coucher et la lune apparaitre. C’était mon moment préféré de la journée. Le crépuscule changeait l’ambiance du quartier la rendant presque féerique. Les maisons ressemblaient alors à des maisons de poupées d’où l’on pouvait entendre, en ouvrant la fenêtre et en tendant un petit peu l’oreille, les rires des enfants. C’était absolument magique.

DSC_0011.jpg

DSC_0008.jpg

 

img_0400

dsc_0115

dsc_0110

dsc_0118

dsc_0022

dsc_0015

dsc_0122-1

dsc_0130

dsc_0163

dsc_0119