Browse Tag by jupe
Beauté/mode, Création / Photographie

La danseuse de la Lune.

Les danseuses étoiles, elles me fascinaient. Je ne sais pas ce que je leur enviais le plus. Si c’était leur port de tête, leur élégance naturelle, leur corps fin et élancé ou simplement leur tutu et leurs chaussons. Mais quand j’ai commencé à m’intéresser davantage à leur monde, elles étaient, à mes yeux, tout sauf désuètes . Elles incarnaient la féminité dans son aspect le plus rigoureux mais aussi dans sa douceur la plus extrême. Un savant mélange qu’il faut maitriser pour incarner l’Etoile du ballet. En ce qui me concerne, j’ai très vite compris que je ne serais jamais ni petit rat de l’opéra, ni danseuse confirmée. Je n’ai jamais eu de grâce naturelle, je n’ai jamais su faire les gestes délicats qui sont propre à cette discipline et je ne suis pas non plus la fille la plus élégante du monde. Et puis, je n’ai jamais été bonne danseuse. C’est un art dont je me sens très éloignée. Rien ne correspond. Rien. Les ballerines je les enviais, mais je ne les ai jamais jalousé. C’est juste qu’elles me fascinaient.

Et si je parle des jolies danseuses de ballet, c’est tout simplement parce que, de tous les vêtements que j’ai pu acheter/recevoir jusque là, aucun n’a jamais su autant m’inspirer que cette jupe. Déjà, sur le site Dresslily.com, elle a tout de suite attiré mon attention. C’est comme si elle avait été faite pour moi. Cousue sur moi. Si elle n’avait pas été inventé, il aurait fallu que je la crée. Dans ma tête, dans mes pensées. Et au sein de mon imagination, c’est certain, je l’aurais fait virevolter.

C’est avant tout son motif qui m’a séduite. Comment résister lorsqu’on est soi-même une amoureuse de la Lune et des galaxies? Comment résister à sa coupe midi, aussi, que j’affectionne depuis tant d’années maintenant? C’est rétro, c’est même un peu kitsch mais ça me ressemble tellement. Et quand je l’ai reçu et essayé, ça a été la révélation. Avec une paire de chaussures à petits talons qui ne sont pas sans rappeler les chaussons des ballerines, cette jupe me donnait un air de danseuse. Elle est parfaite. Parfaite pour me permettre, au moins une fois dans ma vie, de me mettre à la place des élégantes artistes sur pointes.

Autour de cette jupe, j’ai donc créé un personnage qu’il m’a fallu incarner. Un personnage avec une histoire, des sentiments, des actions qui lui sont propres. J’ai imaginé une danseuse, une femme particulière, une artiste presque mystique. Une ballerine qui vient de la Lune. Imaginez maintenant qu’elle soit tombée du ciel, qu’elle soit tombée sur Terre. Et qu’elle ne puisse pas rentrer chez elle. A votre avis danserait-elle chaque nuit, jusqu’à l’arrivée du soleil sous son astre maternel?

Jupe: Dresslily / Haut: Pimkie (similaire ici) / Chaussures: Asos

*Article en partenariat avec Dresslily.com

Beauté/mode

Pas encore.

Pour ce deuxième article en partenariat avec Zaful, je tenais absolument à prendre cette combishort noire à grosses fleurs pour pouvoir parler encore un peu de vacances et de bonheurs estivaux. L’été est passé à une vitesse folle et si, pour les trois quart de la France, il s’est passé sans encombre niveau temps, nous, nous n’avons pas eu cette chance. Avec une journée (vraiment) ensoleillée par semaine, on comptabilise à peine 8 jours de sorties plage. C’est peu. Mais heureusement, nous sommes partis la semaine dernière en vacances. De courtes vacances puisque j’ai repris le travail dès le 1er septembre. Cela a toujours été notre plaisir de partir au moment où tout le monde est déjà rentré. On ne veut jamais dire si vite Au revoir à l’été, on veut toujours prolonger un peu. Et cette année, comme le temps a été inhabituellement gris et maussade , nous n’avions pas du tout le coeur à quitter les doux parfums estivaux. Non , pas encore. Nous avons donc profité de la piscine pendant notre séjour, bronzé un peu histoire de faire disparaitre pour quelques temps cette peau si peu halée, flâné dans les ruelles sous un doux soleil aoutien. Et pour ma part, j’avais très envie de sortir une bonne fois pour toute mes vêtements de saisons. J’avais acheté quelques robes, mes maillots attendaient sagement leur tour et cette combishort qui venait juste d’arriver… il me tardait de la porter.

Au final, nous n’avons pas eu le temps de shooter ce look au bord de la piscine comme prévu. Les événements de la vie écourtant un peu plus notre séjour en Indre et Loire. Nous n’avons pas pu non plus retenir le soleil qui a, cette année, vite fait place aux nuages. Les températures ont dégringolé en quelques jours et nous désespérons de voir les beaux jours faire leur retour. C’est donc sous 18°C que nous avons pris ces photos. 18 petits degrés en combishort, c’est une première pour moi.

Pour vous parler un peu plus de cette pièce, j’avoue avoir été un peu déçue. Je trouve le haut à tomber avec son grand décolleté modulable grâce aux bretelles amovibles. Mais le bas… Je pensais qu’il serait plus large et un peu plus long. Cette combishort est tellement courte et serrée que je n’ose pas la porter autre part qu’à la plage ou à la piscine. Cependant, le tissu est de bonne qualité et le motif tellement joli. J’étais triste de ne pas pouvoir la porter plus souvent. J’ai donc trouvé une alternative pour profiter de son si joli décolleté: je l’utilise comme body (les photos de cette alternative sont juste en dessous!) . Sous une jupe midi elle fait totalement l’affaire. Je dirais même qu’elle est beaucoup plus classe portée ainsi.

 

Combishort : Zaful / Jupe: Jennyfer (similaire ici ) / Débardeur : Etam / Chaussures: Tex  (similaires ici) / Sautoir : Amazon

 

Beauté/mode

La marinière pour aller à la mer.

Quand j’étais petite, j’étais une passionnée des dauphins et de l’univers marin en général. Je collectionnais les bouquins, les documentaires en tout genre, je rêvais d’aller nager avec les poissons de toutes les couleurs des récifs coralliens et pourquoi pas passer une heure ou deux avec quelques grands dauphins. J’ai même, pendant un temps, voulu devenir océanographe. Alors quand je dis que j’aime passer des journées sur la plage à observer cet environnement si particulier et me perdre quelques instants dans la ligne d’horizon bleue, je n’extrapole surtout pas. En vieillissant et en revoyant mes priorités, moi qui voulait avoir des enfants tôt et profiter d’eux au maximum, j’ai très vite compris que tous les métiers liés à l’observation des fonds marins qui nécessitent de longs mois en mer, loin de chez soi, n’étaient finalement pas fait pour moi. Je reste cependant fascinée par cette étendue d’eau salée qui abrite tout un monde. C’est un peu comme l’espace pour moi. C’est si près et si loin à la fois… Et pour beaucoup, c’est totalement inaccessible. Alors, de temps en temps, j’ouvre de nouveau un bouquin qui parle des vagues, de l’influence de la lune sur nos océans, des espèces si étranges qui habitent là dessous, je regarde un documentaire sur Netflix qui traite de cette planète bleue, je rêvasse assise sur une plage ou penchée au dessus de la rambarde d’une jetée, j’observe ces marins sur leur bateau partir en mer ou rentrer au port. Et pour être accordée au décor, quand je ne mets pas une robe de plage sur un maillot pour les chaudes journées d’été, j’ai toujours en stock la petite marinière. C’est vraiment l’incontournable pour une balade en bord de mer. Ici, je l’ai associé à une jupe officier à la longueur parfaite, une veste en jean très délavée et un sac à main en toile noire et au fond tout en osier. J’aime vraiment beaucoup cette tenue simple et tellement agréable à porter.

 

Jupe: Jennyfer (similaire ici)/ Marinière: Jennyfer / Veste: Sans marque (similaire ici)  / Sac: Aux plaisirs des Halles (similaire ici)  / Sandales: La Halle (ancienne collection) 

 

Beauté/mode

Dans les blés.

Parmi les choses qui me font penser à l’été, il figure dans ma liste les innombrables champs de blés qui apparaissent aux alentours de chez moi pendant le mois de juin. J’ai, depuis quelques années, très envie de prendre des photos dans des grands champs de diverses cultures estivales, l’apothéose étant pour moi, un shooting au milieu des pieds de lavande. Mais comme je vis en Normandie et non en Provence, il est plus facile de se promener dans les blés. J’aime beaucoup les voir jaunir au fil des jours, ça a quelque chose de tellement solaire. Les couleurs changent si vite, passant d’un vert clair à un jaune pale qui s’associe parfaitement avec le ciel bleu.

Il a fait très chaud ces derniers jours en Normandie. C’était donc l’occasion d’aller dans les champs pour photographier une de mes nouvelles tenues d’été. J’ai récemment racheté des basiques comme ce débardeur tout blanc et cette jolie jupe vieux rose. J’aime énormément cette pièce, sa couleur est trop jolie , la coupe est parfaite. J’ai de plus en plus de mal à mettre des jupes courtes, puisqu’avec mon fils, j’ai souvent besoin de me pencher en avant ou de m’accroupir. Alors ça faisait bien longtemps que je n’avais pas fait l’acquisition d’un modèle qui s’arrête à mi cuisse. Et étonnamment, la matière est tellement agréable et la longueur si bien ajustée que je pense qu’elle va devenir ma jupe de l’été.

 

Débardeur Kiabi 

Jupe Boohoo

Sac Mango (similaire ici)

Bague Reserve Naturelle

Sautoir Wish 

Ballerines Babou 

Beauté/mode

La grande roue.

Je rêvais de faire des photos devant une grande roue. Non pas comme toutes ces filles à Coachella mais dans une ambiance un peu romantique, plus douce, plus proche de ce que je suis. Alors quand j’ai su qu’une grande roue s’était installée à Cabourg, capitale de l’amour, j’ai su que c’était le moment. Nous sommes arrivés dans notre ville côtière préférée vers 19h, nous sommes allés chercher des bonbons puis nous avons diné tous les trois dans un restaurant que nous apprécions particulièrement dont les murs sont recouverts d’un pétillant vert pomme et qui est tenu par un homme tellement sympathique. Après cela, nous nous sommes tout naturellement dirigés vers cette grande roue immense dont les pieds me font penser aux cannes à sucre de Noël. Nous n’avons pas résisté à l’envie de monter dedans ( d’habitude, je déteste cette attraction, j’ai tellement peur, mais j’étais forcée de constater qu’elle offrait une vue incroyable sur le Grand Hotel et la mer. ) pour faire quelques photos et à nouveau les pieds bien sur terre nous avons entamé ce shooting si particulier et tant désiré. La tenue est assez simple, mis à part peut être ces chaussures dégotées sur Amazon et que vous avez déjà aperçu ici et ce gilet que j’ai volé à ma grand mère (C’est surprenant n’est ce pas? Mais j’ai une grand mère jeune et stylée) . Ma jupe vient du site Shein, mon body a été shoppé chez Undiz. Quant à mon sac Jennyfer, vous l’avez déjà vu tellement de fois, mais il est si pratique. Il parait petit comme ça, mais il peut contenir mon appareil photo, ma trousse de make up, mon téléphone et mon portefeuille sans problème.

 

 

 

Beauté/mode

Le shooting raté.

 

Il y a ce genre de shooting raté que l’on vit régulièrement lorsqu’on fait de la photo. Ce genre de shooting où on part tout plein de bonnes intentions, où on a réfléchi à où, quand et comment et dont le résultat nous laisse (très) perplexe . C’est ainsi qu’un mercredi après midi nous nous mettions en route pour une petite impasse de notre ville. Il avait fait beau tout la semaine précédente, on comptait donc sur le soleil pour pointer le bout de son nez. J’avais sur moi ma nouvelle tenue venant de chez Boohoo et mes basket Adidas Neo aux pieds et j’avais très envie de me retrouver devant l’objectif. Sauf que… le principe même du shooting raté est que rien ne doit aller. Déjà, il a fait un temps affreux. La luminosité laissait franchement à désirer, j’avais une tête abominable et toutes les photos sont finalement apparues très floues. Autant dire qu’après y avoir mis tant de bonne volonté et d’énergie, j’étais dépitée. J’ai tout de même décidé de les retoucher, histoire de voir ce que je pouvais « en tirer« . Après avoir tester différents filtres, gagné en luminosité et en netteté, je trouvais le résultat bien médiocre. Puis j’ai retiré toutes les modifications qui les rendaient plus nettes et je leur ai trouvé un effet « photo- argentique » sur lequel je lorgne sur Instagram depuis des mois mais que je n’arrive jamais à reproduire. D’un coup, ce shooting raté m’a paru trop cool, bien loin des shooting de mode habituels aux photos hyper nettes et aux détails bien retranscrits. Alors voila comment des photos floues finissent par apparaitre ici. Simplement parce que je les trouve vraiment sympa. Et la tenue, ainsi exposée, me plait énormément.

 

 

 

Beauté/mode

L’année des cuissardes.

2016 est certainement l’année des cuissardes. Même si cela fait bien deux ou trois ans qu’elles essayent de nouveau de se faire une place de choix dans nos penderies, il faut dire que les idées reçues ont la vie dure. Mais finalement, après les avoir vu et revu sur les défilés et dans les pages mode des magazines, elles sont parvenues à retrouver leur place dans mon coeur , laissant de coté leur sale réputation. Exit donc les cuissardes associées aux minijupes trop courtes et aux bas résilles, elles se veulent être de nouveau le partenaire idéal d’une tenue simple et féminine. J’ai les miennes depuis un sacré bout de temps maintenant. J’avais essayé d’en reporter, il y a deux ans. Mais j’avais encore trop en tête l’image malsaine qu’elles véhiculaient. Et puis , au fil des blogs, j’ai retrouvé le courage de les porter et depuis septembre, elles sont régulièrement à mes pieds. J’avais choisi cette paire cloutée et plate au colori taupe pour son coté casual. Je voulais l’associer à une jupe en jean et un petit haut kaki. Et puis après avoir pris mes aises dans cette première tenue, j’ai voulu cassé ce coté un peu trop casual au final et m’amuser à les porter avec des looks tous plus différents les uns que les autres. Aujourd’hui, j’ai donc décidé de vous montrer ce presque-total-look noir agrémenté de ma paire de cuissardes adorée.

jupe SheIn / Pull crop top Jennyfer / veste Promod / collants sans marque

Beauté/mode, Non classé

Venteux.

DSC_0405.jpg

 

Le moins que je puisse dire c’est que ce look n’a pas été facile à shooter. Déjà, le week end n’a pas été terrible mais en plus du temps gris presque permanent et des températures plutôt très moyennes, il y avait énormément de vent. Les photos n’ont pas donné ce que je voulais, mais elles ne sont pas moches non plus. Je n’ai pas pu faire virevolter cette jupe midi noire et ultra légère comme je l’aurais voulu mais le vent s’est chargé pour moi à plusieurs reprises de me faire ressembler à Marilyn Monroe au dessus de la bouche du métro.

J’ai décidé d’associer cette jupe noire Shein à mes ballerines Tex (comme quoi, chez Carrefour on peut trouver des basiques de plutôt bonne qualité) et à mon débardeur Pimkie prune qui a une jolie chainette argentée coud au niveau du col. Quant à mon sac, il vient de chez Jenyfer. Il est parfait pour donner un effet de texture à des tenues toutes simples.

DSC_0408

DSC_0411 (1)

DSC_0416.jpg

DSC_0410

DSC_0407 (1)