Browse Tag by Marc Jacobs
Beauté/mode

Scandalust, ma première palette de chez Marc Jacobs

Les palettes Marc Jacobs… Elles me font de l’oeil depuis bien longtemps. A chaque fois que je passe dans un Sephora, je ne peux m’empêcher de les admirer. Je n’avais encore jamais sauté le pas de m’en prendre une. Déjà parce qu’elles coutent très chers et parce qu’en plus, entre temps sont nées les petites dernières de chez Urban Decay, dont la qualité n’est plus à prouver (surtout la Naked Heat, que je trouve toujours aussi sublime) . Je suis de celles qui sont fidèles à une marque lorsque celle ci continue d’évoluer en gardant toute ses qualités.  Mais depuis cet automne, rien n’avait vraiment attisé ma curiosité chez Urban Decay, ni nul part ailleurs. Je me suis donc fait plaisir en me tournant vers les rouges à lèvres. Et puis , je suis dernièrement tombée sur la vidéo d’Hélène de mon Blog de fille qui parlait justement des nouvelles eye-conic de chez Marc Jacobs. Toutes plus sublimes les unes que les autres. Deux ont particulièrement attiré mon attention: la Scandalust avec son beau prune et la Edgitorial avec son magnifique doré. J’aurais eu besoin d’un fard doré c’est vrai, puisque je me suis aperçue que je n’en ai plus dans ma collection et que Noël approche à grands pas. Mais le prune de la Scandalust ainsi que toutes ses autres couleurs ont réussi à me convaincre. J’ai donc attendu patiemment mon anniversaire et avec la carte cadeau que ma petite soeur m’a offerte je me suis fait cet unique plaisir.

Parlons donc de cet écrin. Chez Marc Jacobs, ils savent allier simplicité et élégance. Les lignes sont arrondies, les finitions travaillées et l’ensemble de la palette est très compacte.  Parfaite pour l’emmener dans n’importe quel sac à main ou pochette. Le noir brillant accentue le raffinement même si c’est particulièrement difficile à garder propre. L’étui s’ouvre simplement en appuyant sur le bouton argenté. Fini de chercher mille ans comment l’ouvrir. Je trouve ce système d’ouverture hyper intuitif. Un bouton à pousser , rien de plus simple. Une fois ouvert, l’écrin dévoile les sept fards et un grand miroir.

Sans encore y toucher, j’étais déjà scotchée par la luminosité des fards pailletés et par l’effet des autres fards. Rien a voir avec ce que j’avais déjà en ma possession. Les fards,encore neufs, ressemblaient à des petits bout de satin ou de velours posés dans une jolie boite. Même les plus mats. Et puis, j’ai voulu swatcher et la magie  a opéré. Ils sont tous extrêmement pigmentés et au toucher, ils ressemblent étrangement à des fards crème sans le coté gras ou collant. Les couleurs s’estompent toutes parfaitement tout en gardant leur profondeur et leur pigmentation. Il est donc facile de reconnaitre chaque fard sur la paupière. Ils ont la particularité de fonctionner tous ensemble. Et aucun ne devient imperceptible lorsqu’il est estompé. C’est ce que j’aime: avoir une palette dans laquelle la qualité est au rendez vous pour chaque fard. Parce que , souvent, selon les finis, la qualité diffère.

Les couleurs, maintenant. Je pense qu’en voyant ces teintes vous comprenez pourquoi j’ai craqué sur celle-ci plutôt qu’une autre. Les trois premiers fards sont des beiges dans trois finis différents. Le premier (Hot pants) est un beige clair satiné qui permet d’ajouter de la lumière en coin interne de l’oeil et sous le sourcil. Le second (At the office) est un mat dont je me sers pour unifier toute la paupière avant de travailler les autres fards. Le troisième (cause a fuss) est un magnifique fard pailleté champagne dont on peut se servir aisément en journée comme en soirée.

Le fard au centre de la palette (That’s why) est un mat couleur « café au lait » qui donne du relief à n’importe quel maquillage de journée. Il suffit de glisser son pinceau en creux de paupière et le tour est joué.

Les trois derniers fards permettent de muter le maquillage de journée en magnifique maquillage de soirée. Le fard cuivre (They call her) est complètement dingue. Pailleté et lumineux au possible, il est hyper facile à travailler et surtout, surtout, ne fait pas de chutes. Ce qui est merveilleux pour un fard sombre pailleté. Le fard le plus foncé de cette palette (le Little Miss) est un mat qui permet sans problème de créer un smoky eye hyper profond. En coin externe de l’oeil, il donne du relief et de la profondeur au regard. Enfin, le dernier fard (scandalous) est celui qui a fait pencher la balance à l’achat. Ce prune ni tout à fait mat, ni tout à fait pailleté, tire sur le fuchsia et s’associe à n’importe quelle autre teinte de la palette. C’est mon coup de coeur. Et même si je le trouve magnifique, j’avoue qu’au début j’avais peur de ne pas savoir m’en servir correctement. Finalement, il est parfait pour tout. Il est tout aussi beau en coin externe qu’en paupière mobile. Et, grosse surprise, en ras de cil il donne un effet de dingue.

C’est donc avec grand enthousiasme que j’ai découvert la jolie Scandalust qui, au delà de son esthétique raffinée et féminine , offre des fards à paupières de qualité, à la pigmentation incroyable et aux finis d’une beauté sans pareil.

Beauté/mode

Couleur brique.

C’est certainement la manière dont je préfère me maquiller en ce moment. J’ai envie de couleurs chaudes qui me vont au teint. Il faut savoir qu’en matière de maquillage, je ne me refuse rien. Aucune texture, aucune couleur sous prétexte que « ça ne me va pas ». Alors il m’arrive d’oser un rouge à lèvres bleu/lilas même si je sais que ce n’est pas l’idéal pour moi. Dans ma palette Vice 4 d’Urban Decay, une couleur sortait du lot. Il s’agit d’un brun orangé quelque peu rougeoyant qui fait vraiment penser à la couleur de la brique. Elle est absolument magnifique mais je ne l’avais jamais utilisé puisque je ne savais absolument pas avec quel genre de couleur l’associer. C’est difficile d’essayer quelque chose de nouveau et si je pioche des idées un peu partout, ce qui me permet de créer des make up parfois extravagants , pour ce brique là, ça m’a semblé plus délicat. Je n’avais pas envie de trop l’estomper, de peur de perdre cette intensité peu commune. J’aime la teinte de la façon dont on la perçoit dans la palette, au maximum de son intensité.

 

C’est ainsi que je me suis décidée à l’utiliser en coin externe de la paupière mobile de manière à l’estomper le moins possible. Je l’ai finalement associé à un champagne très lumineux en coin interne de l’oeil et fait un dégradé avec un vrai orange et une teinte entre deux, couleur rouille. J’ai également utilisé mon brique en ras de cil inférieur et j’ai intensifié le regard avec un trait d’eye-liner bien noir et plusieurs couches de mon mascara Marc Jacobs.

Dans l’article des rendez vous beauté du mois d’Avril, j’avais trouvé intéressant le fait de pouvoir vous parler et du make up et des produits que j’utilisais. Comme si j’intégrais une revue dans un tutoriel. C’est pourquoi je réitère l’expérience aujourd’hui. J’avais très envie de vous parler de mon nouveau fond de teint. Alors que j’avais presque fini le Naked Skin d’Urban Decay qui me suivait depuis l’automne 2016, je me suis bien rendu compte que mon type de peau avait changé. J’ai découvert que j’avais des zones de sécheresse sur les joues, mais toujours le milieu du visage assez changeant, de mixte à gras selon les jours, la météo, la période du mois.  Et mon fond de teint chouchou qui jusque là faisait son job à merveille en rendant ma peau lisse et unifiée , marquait beaucoup trop les zones de sécheresse et bougeait en fin de journée. Jusqu’à ne plus tenir du tout les derniers temps. Je suis donc allée chez Sephora, expliquant à ma vendeuse que non seulement je n’avais quasiment plus de fond de teint mais qu’en plus je ne pouvais plus racheter le Naked Skin simplement parce qu’il ne me convenait plus. Après maquillage en magasin et coup de coeur absolument pour le rendu , j’achetais le Diorskin Forever.

Alors déjà, il faut dire que j’ai rarement vu un packaging si joli. Son flacon pompe (=pratique) en verre dépoli fait tout de suite plus « propre » qu’un verre translucide qui fait rapidement apparaitre les traces de doigts. Le produit est fluide et facile à appliquer. Je viens de reprendre le maquillage du teint au pinceau après avoir utilisé le beauty blender durant des mois et je suis ravie de voir que la matière s’étire bien sans laisser de traces. D’ailleurs sa texture est plutôt fondante et non grasse, elle floute rapidement le grain de peau et unifie dès la première application. La couvrance est légère mais est totalement modulable. Ainsi en appliquant plusieurs couches , il est possible d’avoir une couvrance moyenne qui reste naturelle puisqu’en aucun cas ce fond de teint ne produit un effet masque.

Une fois bien en place, il tient très longtemps. Et même s’il perd un peu de matière en fin de journée , c’est de manière discrète, sans faire de plaque et sans réellement bouger sur la peau. C’est assez impressionnant, c’est comme s’il s’estompait simplement. En ce qui concerne son fini mat, je suis plus mitigée (mais sans être déçue) . Il est mat à l’application, mais il faudra une bonne poudre pour ne pas que la peau brille au bout de quelques heures, surtout au niveau de la zone T.

Je suis assez bluffée par son confort. Une fois appliqué, je ne le sens plus du tout et c’est quelque chose qui n’est jamais arrivé avec d’autres fonds de teint . Je suis assez sensible à l’effet collant/gras des fonds de teint et des produits de beauté en général. Je n’aime pas avoir la sensation d’une texture quelle qu’elle soit sur ma peau. Et souvent, j’attends avec impatience le moment du démaquillage pour avoir de nouveau l’agréable sensation d’une peau nue. C’est d’ailleurs ce qui m’a fait choisir ce fond de teint, puisqu’il est fluide et non gras, il donne l’impression de ne pas être maquillée. En plus d’être un très bon produit de make up, il contient une essence de soin qui cible les problématiques des pores (sécheresse, dilatation, relâchement) et qui aide la peau a se rééquilibrer selon ses besoins en hydratation. J’espère que sur le long terme , il affinera mon grain de peau de façon notable. En attendant de l’utiliser plus longtemps, je peux d’ores et déjà dire que je suis ravie de son effet sublimateur de peau et de sa tenue presque infaillible. Il contient également un SPF 35 non négligeable pour l’arrivée des beaux jours.

Au final, j’ai eu un véritable coup de coeur pour ce produit qui coute tout de même 49€. Cependant, avec les -25% souvent offerts par Sephora, il est à peine plus cher qu’un Urban Decay . Ce qui vaut vraiment le coup quand il s’agit d’acheter du luxe.

 

Beauté/mode

Les favoris de Février et Mars.

Le mois de février est passé trop vite. Le mois de mars est passé encore plus vite. Et moi entre temps, j’ai zappé les favoris! Je ne vais pas dire que j’ai testé énormément de choses ces dernières semaines, ce serait mentir. En ce qui concerne les soins, ma routine n’a pas changé du tout donc petite originalité pour ces favoris ci, il n’y a que du make up! Il y a quelques nouveautés mais aussi beaucoup de choses que j’ai redécouvert en fouillant dans mes rangements.

J’ai ressorti mon rouge à lèvres Réserve Naturelle que j’ai depuis une éternité (il me semble qu’il n’est plus disponible en boutique mais le Big Bang dans la gamme Metallized d’Urban Decay lui ressemble beaucoup, bien qu’un peu moins doux et bien plus opaque) . C’est un rose fuchsia pailleté tout en transparence. Il laisse un voile léger sur les lèvres sans faire trop maquillée, bien loin de la mode des lipsticks mats aux couleurs toutes plus extravagantes les unes que les autres. Je trouve que pour le printemps, il est parfait. Il est hyper agréable à porter, je ne le sens pas sur mes lèvres ( chose rare!) et il a une odeur sucrée absolument délicieuse. On en mangerait!

J’ai reçu en cadeau pour mon anniversaire en novembre dernier ce duo de blush de Sephora. Le rose bébé est très peu pigmenté et je ne l’ai quasiment jamais utilisé. Cependant, le pêche qui l’accompagne est une pure merveille. Il est lumineux juste ce qu’il faut, donne bonne mine tout de suite et est assez pigmenté. J’ai hâte de retrouver un teint hâlé pour pouvoir le mettre encore plus en valeur.

Autre jolie découverte de chez Sephora, ce crayon pour les sourcils fait parfaitement son job. Moins précis que le Precisely, my brow pencil de Benefit, il n’en reste pas moins hyper facile à utiliser. Le produit n’est pas trop sec et se dépose bien. La teinte me convient et le prix est très abordable ( 10€95 contre 26€ pour un produit Benefit). Seul vrai bémol au final: la brosse qui ne me sert à rien puisque trop drue et pas si simple d’utilisation. Je lui préfère largement les pinceaux sous forme de goupillon qui uniformisent bien le maquillage.

On l’a vu partout, on en a entendu beaucoup de bien, mon mascara préféré de chez The body Shop venait de rendre l’âme , et j’avais envie d’en tester un nouveau. Autant de conditions pour que je puisse dépenser 27 € dans un mascara. Ça n’a pas été le coup de foudre immédiat à vrai dire mais au fur et à mesure des applications, j’ai vraiment vu une différence. Les cils paraissent plus épais , presque comme si j’avais mis des faux cils. La matière est bien noire et sèche assez vite. Mais ce n’est pas là où j’ai vu la vraie différence avec tous les autres mascaras que j’ai pu tester. Le Velvet noir de Marc Jacobs sèche vite mais reste souple, ce qui permet une tenue sans faille. La matière ne « s’émiette » pas, elle s’étire et se « tord » si besoin (quand je passe le doigt dessus, j’ai l’impression que mes cils sont nus, complètement démaquillés, loin du rendu figé des autres mascaras)  et reste bien accrochée aux cils. C’est mon tout dernier coup de coeur.

Autant pour le mascara Marc Jacobs, ce n’était pas un coup de foudre, autant pour cet highlighter Manna Kadar s’en est un énorme! J’en ai déjà parlé sur Instagram et ici quand je l’ai reçu et je confirme ce que j’ai déjà dit : il est magnifique. Hyper discret tout en restant très lumineux, j’aime son rendu naturel et sa couleur champagne qui va bien à ma carnation .

Ces dernières semaines, je me suis remise à l’eye-liner. J’avais laissé tomber pendant un temps tellement j’étais nulle pour le tracé et puis je me suis redonnée une chance. Bon, certains matins  le tracé est plus joli que d’autres mais je suppose que ce n’est qu’une question d’habitude. J’ai reçu celui de chez Marcelle en format crayon et en teinte expresso dans une Birchbox et, pour m’entrainer avant de passer au noir, il a été parfait. J’aime le fait qu’il soit brun, car même s’il est moins intense qu’un noir, il habille le regard et rend le make up plus intense. Et puis quand je me suis sentie d’attaque , j’ai ressorti l’eye liner liquide noir de chez Yves rocher. Je trouve le pinceau pratique et assez fin pour faire un joli tracé. La couleur est très opaque et recouvre bien la peau et le make up qui est en dessous. Et la tenue est très correcte.