Browse Tag by mode
Beauté/mode

Dans les blés.

Parmi les choses qui me font penser à l’été, il figure dans ma liste les innombrables champs de blés qui apparaissent aux alentours de chez moi pendant le mois de juin. J’ai, depuis quelques années, très envie de prendre des photos dans des grands champs de diverses cultures estivales, l’apothéose étant pour moi, un shooting au milieu des pieds de lavande. Mais comme je vis en Normandie et non en Provence, il est plus facile de se promener dans les blés. J’aime beaucoup les voir jaunir au fil des jours, ça a quelque chose de tellement solaire. Les couleurs changent si vite, passant d’un vert clair à un jaune pale qui s’associe parfaitement avec le ciel bleu.

Il a fait très chaud ces derniers jours en Normandie. C’était donc l’occasion d’aller dans les champs pour photographier une de mes nouvelles tenues d’été. J’ai récemment racheté des basiques comme ce débardeur tout blanc et cette jolie jupe vieux rose. J’aime énormément cette pièce, sa couleur est trop jolie , la coupe est parfaite. J’ai de plus en plus de mal à mettre des jupes courtes, puisqu’avec mon fils, j’ai souvent besoin de me pencher en avant ou de m’accroupir. Alors ça faisait bien longtemps que je n’avais pas fait l’acquisition d’un modèle qui s’arrête à mi cuisse. Et étonnamment, la matière est tellement agréable et la longueur si bien ajustée que je pense qu’elle va devenir ma jupe de l’été.

 

Débardeur Kiabi 

Jupe Boohoo

Sac Mango (similaire ici)

Bague Reserve Naturelle

Sautoir Wish 

Ballerines Babou 

Beauté/mode

Une Spice Girl.

Les températures douces avaient fait leur apparition , ici en Normandie, il y a deux semaines et puis week end de Pâques oblige, on s’est retrouvé à ressortir les collants et les vestes bien chaudes. D’un coté , je suis hyper déçue de ne pas pouvoir encore sortir mes vêtements d’été, mais de l’autre, faut bien avouer que ce temps me permet de mettre ma nouvelle trouvaille de friperie sans trop de problème. J’ai complètement craqué pour cette robe/tunique bleue/lilas/violet on-sait-pas-trop-finalement. Je trouve super sympa sa couleur changeante selon les rayons de soleil et sa coupe différente. Seul problème finalement, elle est quelque peu transparente. J’ai bien pensé à l’associer avec un jean , comme il y a dix ans en arrière où toutes les nanas mettaient des jeans sous leurs robes et leurs jupes (apparement cette tendance revient en force, il n’y a qu’à voir sur le shop de Bershka)  mais je ne sais pas pourquoi , j’ai beaucoup de mal. Alors l’alternative collants , c’est parfait pour moi. Je trouve également que cette robe fait très 90’s . Et j’ai décidé finalement de l’associer à des codes de l’époque. Une paire de bottes Coolway qui ressemblent légèrement à des Doc Marten , un choker, la brassière de sport, les deux buns vissés sur le haut de la tête…. J’aurais très bien vu une Spice Girl sortir comme ça. Pas vous?

 

 

 

Beauté/mode

Les chaussures Licorne.

 

 

Je ne savais absolument pas comment nommer cet article alors je n’ai pas fait dans l’original. Et c’est vraiment nul parce que je n’aime plus les licornes. J’adorais ça quand j’étais petite, je visionnais sans cesse Legend pour pouvoir regarder ces animaux fantastiques mais depuis que c’est devenu  » à la mode » et qu’on en voit absolument partout, je fais une overdose. J’en peux plus, je vous jure, c’est terrible. Cet animal qui me paraissait si majestueux, si intouchable, a été tellement malmené par les marques qu’il est juste devenu banal. Pas qu’on en croise à chaque coin de rue hein! Mais dans toutes les vitrines et partout sur Internet, ça oui. Tout le monde peut s’approprier la licorne, tout le monde peut même fourrer ses pieds dans des chaussons Licorne. Et là où, avant, on comparait la multitude de couleurs aux arcs-en-ciel , aujourd’hui, tout est prétexte à faire allusion au cheval à corne. Alors, j’aurais peut être du appeler cet article les chaussures arc-en-ciel, ou simplement multicolore mais je reste sur ma première idée parce que, dit-on, c’est toujours la bonne.

 

 

Beauté/mode

Le chouette dimanche 5 mars.

Dimanche dernier, quelque part en Normandie. Nous nous étions levés tôt espérant trouver à notre réveil un joli lever de soleil. Malheureusement, il pleuvait des cordes, le temps normand n’avait pas décidé d’être clément. J’avais promis à Kéo qu’on irait se promener, je ne pouvais pas ne pas tenir cette promesse. Alors on a attendu . Attendu que quelques éclaircies apparaissent, attendu que le vent se calme, attendu que les nuages soient moins menaçants. Et vers 13h, c’est arrivé. Le temps pluvieux a laissé place à un peu de gris mais rien de bien méchant. Pour le soleil par contre, on repassera. Nous avons pris la voiture puis nous sommes allés au Château de Canon. J’aime beaucoup ses grandes barrières bleues. Elles donnent au lieu un air princier.  Nous avons marché cinq bonnes minutes pour nous retrouver devant la magnifique bâtisse, avons pris quelques photos de Kéo en train d’observer les lamas et de cueillir des fleurs. Et puis, on a trouvé rigolo de shooter ce look un peu décousu du dimanche. Une simple robe noire Les Petites Bombes à la forme asymétrique, une chemise en jean Pimkie par dessus et mon long manteau. J’en profite pour vous montrer également mes bottines Naf Naf tellement confortables que je porte tous les hivers depuis trois ans. Je les adore! Et puis, à mon majeur gauche, une bague à la valeur inestimable, à la valeur sentimentale, une bague de ma Mamie. C’était aussi un petit clin d’oeil que de porter un des ses bijoux en ce jour de fête des grands mères. Elle ne le sait peut être pas mais j’aime tellement tellement ses bijoux. Elle en a pleins et nous en fait profiter de temps à autre à moi et ma soeur. J’ai une chouette Mamie aux goûts pour les bijoux incontestables, j’ai un chouette chéri également qui accepte sans broncher de me photographier, j’ai un chouette petit bonhomme qui me ramasse des fleurs sans arrêt. Et c’était un chouette Dimanche 5 mars aussi.

 

Beauté/mode

Mes colliers.

Les bijoux chez moi c’est un peu je t’aime, moi non plus. Je m’explique: j’adore ça, je pourrais en acheter à chaque fois que je vais faire du shopping. Mais une fois rentrée à la maison, je les pose dans les jolies boites qui leur sont dédiées (les colliers avec les colliers, les boucles d’oreilles avec les boucles d’oreilles, les bagues dans leur écrin argenté sur ma coiffeuse…) , de façon à ce que tout soit bien en ordre. Tellement en ordre, que je les oublie. Il n’y a que les bagues au final, dont le support me saute aux yeux, qui trouvent régulièrement place à mes doigts. Pourtant, je vous assure que les bijoux, j’adore ça. Alors faute de les mettre tous les jours, je voulais tout de même vous les montrer ici, mes colliers préférés. Je ne suis pas difficile, j’aime tout les styles et je vous invite également à me laisser un petit mot quelque part ici ou ailleurs pour me dire lequel vous préférez.

Plastron Bershka shoppé l’été dernier.

Collier fantaisie shoppé chez Noz. Dans mes tiroirs depuis plusieurs années.

Collier ethnique ramené tout droit du Niger par mon amoureux d’école primaire. 

Cadeau de Noël d’il y a deux ans (Swarovski). 

Collier fin et fantaisie, shoppé pour trois fois rien chez Réserve Naturelle.

Le dernier cadeau Swarovski de mon Amoureux 

Le « petit coeur de l’océan » de chez Cléor.

Le bijou qui a traversé les générations, trouvé dans la boite à bijoux de ma Mamie.

Sautoir en perles commandé sur Amazon par l’amoureux. 

 

 

 

Beauté/mode

Le shooting raté.

 

Il y a ce genre de shooting raté que l’on vit régulièrement lorsqu’on fait de la photo. Ce genre de shooting où on part tout plein de bonnes intentions, où on a réfléchi à où, quand et comment et dont le résultat nous laisse (très) perplexe . C’est ainsi qu’un mercredi après midi nous nous mettions en route pour une petite impasse de notre ville. Il avait fait beau tout la semaine précédente, on comptait donc sur le soleil pour pointer le bout de son nez. J’avais sur moi ma nouvelle tenue venant de chez Boohoo et mes basket Adidas Neo aux pieds et j’avais très envie de me retrouver devant l’objectif. Sauf que… le principe même du shooting raté est que rien ne doit aller. Déjà, il a fait un temps affreux. La luminosité laissait franchement à désirer, j’avais une tête abominable et toutes les photos sont finalement apparues très floues. Autant dire qu’après y avoir mis tant de bonne volonté et d’énergie, j’étais dépitée. J’ai tout de même décidé de les retoucher, histoire de voir ce que je pouvais « en tirer« . Après avoir tester différents filtres, gagné en luminosité et en netteté, je trouvais le résultat bien médiocre. Puis j’ai retiré toutes les modifications qui les rendaient plus nettes et je leur ai trouvé un effet « photo- argentique » sur lequel je lorgne sur Instagram depuis des mois mais que je n’arrive jamais à reproduire. D’un coup, ce shooting raté m’a paru trop cool, bien loin des shooting de mode habituels aux photos hyper nettes et aux détails bien retranscrits. Alors voila comment des photos floues finissent par apparaitre ici. Simplement parce que je les trouve vraiment sympa. Et la tenue, ainsi exposée, me plait énormément.

 

 

 

Beauté/mode

L’année des cuissardes.

2016 est certainement l’année des cuissardes. Même si cela fait bien deux ou trois ans qu’elles essayent de nouveau de se faire une place de choix dans nos penderies, il faut dire que les idées reçues ont la vie dure. Mais finalement, après les avoir vu et revu sur les défilés et dans les pages mode des magazines, elles sont parvenues à retrouver leur place dans mon coeur , laissant de coté leur sale réputation. Exit donc les cuissardes associées aux minijupes trop courtes et aux bas résilles, elles se veulent être de nouveau le partenaire idéal d’une tenue simple et féminine. J’ai les miennes depuis un sacré bout de temps maintenant. J’avais essayé d’en reporter, il y a deux ans. Mais j’avais encore trop en tête l’image malsaine qu’elles véhiculaient. Et puis , au fil des blogs, j’ai retrouvé le courage de les porter et depuis septembre, elles sont régulièrement à mes pieds. J’avais choisi cette paire cloutée et plate au colori taupe pour son coté casual. Je voulais l’associer à une jupe en jean et un petit haut kaki. Et puis après avoir pris mes aises dans cette première tenue, j’ai voulu cassé ce coté un peu trop casual au final et m’amuser à les porter avec des looks tous plus différents les uns que les autres. Aujourd’hui, j’ai donc décidé de vous montrer ce presque-total-look noir agrémenté de ma paire de cuissardes adorée.

jupe SheIn / Pull crop top Jennyfer / veste Promod / collants sans marque

Beauté/mode, Non classé

La robe aux oiseaux.

DSC_0553 (1).jpg

J’ai cédé à la folie des robes-papier-peint. Il y a quelques temps, je n’aurais surement jamais réussi à porter ce style de robe quelque soit le motif. Mais lorsque je suis tombée sur celle ci tout à fait par hasard en entrant dans une jolie boutique de Locronan, la magie a opéré. J’aime beaucoup ces colibris colorés sur ce fond clair , j’aime bien la forme blouse sans décolleté et le fait qu’elle puisse être portée à toutes les saisons. Seule petite chose qui m’agace un peu : sa longueur. Je suis plutôt grande et elle est assez courte sur moi. Je pense même que pour le printemps et l’été , elle me servira plus de tunique que de robe. En attendant , pour cet automne, j’ai décidé de l’associer à mon grand manteau trouvé sur un marché et à mes derbys beiges qui viennent de chez Babou et que j’ai eu pour un prix dérisoire. Coté accessoires, j’ai misé sur des bagues dorées et géométriques. La triangulaire , ma préférée, vient de chez Réserve Naturelle et m’a été offerte par mon Amoureux. Les autres sont celles de chez Moa dont j’ai déjà parlé ici.  En associant toutes ces pièces fortes, j’avais un peu peur que le résultat ressemble à du grand n’importe quoi mais au final, je trouve que cette tenue reflète exactement qui je suis et c’est bien pour ça que je l’adore.

DSC_0555 (1).jpg

DSC_0561.jpg

DSC_0566.jpg

DSC_0563.jpg

DSC_0559.jpg

DSC_0556 (1).jpg

Humeurs, Non classé, Vie de famille

Ce qui a changé en Automne depuis que nous sommes trois.

L’automne a toujours été une saison que j’adore pour tout un tas de raisons que j’ai déjà énoncées ici. Mais depuis que notre Kéo est arrivé, quelques petites choses ont changé et ont donné à cette saison une saveur différente.

IMG_0453.jpg

Les dimanches sous le plaid ont laissé place aux promenades en forêt. Avant, avec l’Homme, les dimanches après midi était synonymes de cocooning dans le canapé avec petits gâteaux tout droits sortis d’une pâtisserie et un DVD tout neuf à regarder. En presque 4 ans, on a accumulé une sacrée collection de films!  Et puis, avec l’arrivée de bébé, tout a radicalement changé. Nos nouvelles habitudes me plaisent cependant tout autant. Maintenant le dimanche c’est grand bol d’air frais et balades. C’est aussi le jour où on aime le plus profiter des lieux et du temps pour prendre des photos. On bouge, on respire, on maintient notre bonheur familial au beau fixe!

Halloween est une fête que l’on célèbre dignement de nouveau. J’ai toujours adoré Halloween et mis un point d’honneur à le fêter tous les ans d’une manière ou d’une autre. Mais depuis que Bébé est là , on se déguise, on va chercher les bonbons , on accueille les autres enfants chez nous. En amont, on prépare la décoration de la maison. D’ailleurs, c’était la partie un peu casse tête avant. Aujourd’hui c’est devenu un véritable plaisir puisque j’ai des petites mains qui découvrent et jouent avec les décors.

On découvre les tenues chaudes pour enfants. La mode d’automne est pour moi la plus jolie qu’il soit. Plus jeune, j’aimais beaucoup la période de pré-rentrée où on choisissait les vêtements pour l’automne avec le retour des bonnets, des bottines, de la suédine et des couleurs chaudes mais foncées comme le prune, le bordeaux ou le rouge orangé. Alors que je me suis très longtemps amusée à composer mes looks d’automne, l’arrivée d’un enfant permet de s’éclater deux fois plus. Et puis, il faut dire que les habits pour enfants sont tellement chou!

On chope tous les virus qui passent chez la nounou. C’est le point noir! Alors qu’entre mes 18 et 22 ans je n’avais pas été malade une seule fois, une fois le bébé chez la nounou les virus s’en donnent à coeur joie! Trois gastro, deux grippes et quelques rhumes plus tard, on ne fait plus trop les malins. Le pire dans tout ça? C’est qu’on chope tout systématiquement tous les trois en même temps…

 

DSC_0335.jpg

DSC_0354.jpg

Beauté/mode, Non classé

Il fallait que je vous parle de MÊME.

DSC_0803.jpg

Quand j’ai repris l’écriture du blog, il y a quelques mois, je me suis promis de ne livrer ici que les jolies choses de la vie. J’avais envie de partager tous mes moments de bonheurs et d’oublier un peu les moments difficiles pour ne se rappeler que de l’essentiel. Bien sûr, c’est ce que je m’attelle à faire chaque jour. Le relativisme, la positivité, l’euphorie, tout ça, ça me connait. Il y a toujours des petits tracas dans le quotidien, mais j’ai appris avec le temps et la maturité de ne pas m’en soucier. De laisser aller la vie. Mais comment fait-on quand la vie elle même vous échappe? Il y a eu dans mon existence, un certain nombre de petits crabes qui se sont immiscés dans les corps d’êtres que j’aime et qui ont fait tellement peur à la vie qu’elle n’a pas été loin de nous abandonner. Je dis « nous » parce que même si cela n’a pas logé dans mon corps encore jeune, ils m’ont quand même d’une certaine façon détruite. Il m’ont enlevé mon insouciance un peu trop tôt, me mettant dans des situations qu’on ne pense pas vivre si tôt. J’avais 14 ans quand Maman est tombée malade. L’âge un peu bête où pour devenir soit même une femme on se fie au regard et à la bienveillance des proches tout en explorant les mondes de la mode et de la beauté. Quand j’ai eu à construire ma propre féminité, j’ai eu comme la sensation que Maman était en train de perdre la sienne. Aux yeux des autres, les malades de cancer sont bien moins attirantes, sont dépourvues de toute sensualité et rien à l’époque ne pouvait aider Maman à aller mieux de ce coté. Je l’ai vu perdre ses cheveux par poignées, vu disparaitre ces cils, son teint se ternir peu à peu et puis il y a eu cette confiance en elle qui a déguerpit encore plus vite que la vie. Je n’imaginais pas qu’à 37 ans, l’âge de ma mère à ce moment là, on pouvait avoir si honte de son physique (elle ne le disait pas, mais ça ne se voyait que trop) , je n’imaginais pas qu’un corps encore bien vivant pouvait être si cadavérique.  En regardant les photos aujourd’hui , je trouve que c’est encore plus flagrant. De ce passage douloureux de sa vie et par conséquent de la mienne, je n’en garde qu’une très grande admiration  pour toutes ces malades qui se battent chaque jour et un besoin de saluer les belles initiatives.

DSC_0813.jpg

Aujourd’hui, je n’ai pas envie de me plaindre ou de donner un énième témoignage sur la vie de la famille pendant les mois de traitement, mais juste de parler de la marque Même. J’en ai déjà parlé un petit peu lors de l’ouverture de ma Birchbox du mois mais j’ai entre temps approfondi le sujet et est même échangé quelques mots avec l’équipe. La marque a été créée par deux nanas, Judith et Juliette touchées de très près par le cancer, qui ont fait le constat réaliste et bien triste que l’on ne s’occupe pas encore assez des femmes malades et que les différentes marques de cosmétiques sur le marché les oublient totalement. Pour en revenir à mon expérience personnelle, j’ai bien vu, ici aussi, la véritable traversée du désert en ce qui concerne la beauté et la féminité. Ma maman n’a jamais été passionnée de cosmétiques et de make up mais elle avait sa routine et ses petits moments cocooning quand même et lorsqu’elle est tombée malade, entre les rendez-vous médicaux, la paperasse et les heures passées au lit à cause de la chimiothérapie elle n’avait plus la force d’aller chercher des produits adaptés à son nouveau physique. C’est là que je trouve la marque Même hyper interessante: la petite trousse qui sera donnée à chaque femme sera conçue pour chouchouter les peaux endolories par la maladie et ses traitement et devrait redonner un boost de confiance en elle à celles qui n’osent peut être plus se regarder dans un miroir, ou à celles qui ne se reconnaissent plus lorsqu’elles s’y regardent. Et pour les femmes qui, comme la maman de Judith, sont encore plus féminines depuis le début des traitements, la marque sera certainement leur nouveau graal. L’initiative de l’équipe Même (qui s’est depuis agrandie avec l’arrivée de trois nouvelles recrues) prend peu à peu forme et les petites trousses seront distribuées à partir de Janvier prochain dans les premiers hôpitaux et cliniques. Je suis de tout coeur avec ce projet qui me semble aujourd’hui si humain et solidaire et je souhaite un succès sans limite à l’équipe.

DSC_0823.jpg

Pour suivre la marque : Instagram / Facebook / Le site .