Browse Tag by plage
Vie de famille

Shoot d’insouciance.

Sauter dans les vagues. Courir sur le sable humide. Se couvrir de crème solaire. Jouer. Pourchasser les oiseaux. Découvrir des animaux. Faire des châteaux de sable. L’entendre crier à cause d’un crabe. Ramasser des coquillages. Prendre des photos… des centaines de photos. Se baigner. Se faire éclabousser. Caresser le sable chaud. Se sécher avec une immense serviette. Filmer. Le suivre. Le surveiller. Le filmer lui, encore et encore. Créer des souvenirs. Et poser l’appareil photo. Bien refermer le sac. Et courir avec lui. Dessiner une marelle sur la plage. Essayer de lui apprendre. Ne pas réussir. L’écouter rire. Etre heureux, tous les trois. Marcher. Oublier les contraintes. Oublier les heures. Prendre un shoot d’insouciance pour bien commencer les vacances ou pour les finir. Ne pas oublier qu’il est petit malgré ces trois ans et demi. Distinguer un petit déséquilibre dans sa course. Regarder ses petits pieds et ses petites mains. Se souvenir de lui étant bébé. Se rendre compte du chemin parcouru. Le trouver si grand finalement. L’embrasser fort sur la joue. Le prendre dans nos bras. Lui dire « Je t’aime » toutes les cinq minutes. Le trouver beau. Admirer le ciel. Admirer la vie. Reprendre un shoot d’insouciance. Avoir envie de chichis. Et lui, d’une glace au chocolat. Chercher ses petites voitures cachées dans le sable. Inventer des dialogues improbables. Lui demander s’il n’a pas froid. Lui demander s’il n’a pas soif. Sortir le téléphone. Regarder l’heure. Comprendre qu’il est fatigué. Devoir partir. Se rincer les pieds. Marcher jusqu’à la voiture. Se débarrasser du sable. Remettre nos chaussures. Avoir la peau salée. Les cheveux emmêlés. Mais tant pis, c’était un chouette après midi.  Se sentir en phase. Se sentir bien. Et l’aimer plus que tout.

 

 

 

 

Beauté/mode

Mon nouveau maillot Zaful

Je voulais profiter de ce partenariat avec Zaful (et de mon coup de coeur pour ce bikini rouge) pour parler d’une chose dont j’ai très envie de parler depuis longtemps. J’ai souvent entendu dire que les blogueuses doivent être un brin narcissique pour se mettre autant en avant. Et si ce n’était pas tout à fait vrai? J’ai appris bien des choses grâce à cette jolie aventure qu’est l’ouverture d’un blog. Si au départ, il était hors de question de m’y montrer (même pas mon visage) , j’ai depuis quelques temps pris assez de confiance en moi pour réussir à faire quelques look, quelques make up et assumer pleinement les photos que je publie. C’est facile, quand on se connait un peu, de se mettre en valeur. Par exemple, moi, je sais très bien que je suis plus avantagée en jupe qu’en pantalon, que je peux mettre des décolletés assez plongeants sans être trop vulgaire parce que j’ai une poitrine plutôt petite et que ma silhouette se trouve élancée au possible quand je mets des talons. Pleins de petits subterfuges qui m’aident à me plaire assez pour m’exposer ici.

Sauf que… lorsque j’ai été contacté par Zaful pour un partenariat, il a fallu choisir entre ma zone de confort et mon envie. Je bavais depuis des semaines sur des maillots de bains de cette marque, sans jamais oser sauter le pas. J’avais peur de prendre trop petit ou trop grand, le problème avec Internet, c’est qu’on ne peut pas essayer. Alors, j’étais vraiment tiraillée. On m’offrait la possibilité de choisir ce que je voulais en échange d’un article. Si je choisissais le maillot de bain, il fallait que je me résigne à me montrer telle que je suis ici. Pas que je sois hyper complexée non plus, mais suffisamment pour ne pas m’afficher en maillot sur les réseaux sociaux et sur la blogosphère. Et avec un maillot de bain, on ne peut rien cacher. Il faut alors que je vous dise: je vais souvent à la plage, et ça ne me dérange pas le moins du monde de me mettre en maillot de bain devant tout le monde. J’ai toujours eu des hanches, des fesses et des cuisses larges. Et depuis ma grossesse, s’est ajouté un tas de vergetures sur mon ventre et de la cellulite la où il peut y en avoir. Je fais avec, mon corps n’est pas un obstacle. J’arrive à oublier, c’est vrai. Pour le blog, c’est différent… j’ai cette petite appréhension qui m’a fait un instant reculer.

Mais finalement, à force de réflexion et d’une bonne dose de courage, j’ai cédé à l’envie et j’ai quitté ma zone de confort. Je ne vais pas dire que ça fait un bien fou, ce n’est pas vrai. Et parmi les centaines de photos que l’on a pris sur cette plage, les seules que j’accepte sont celles que je publie ici. Mais tant pis, j’ai cédé à l’envie.

Et j’ai bien fait. Ce maillot est vraiment joli. Je l’avais repéré sur Instagram, et j’avais tout de suite eu le coup de coeur pour sa coupe originale. J’aime le fait que la culotte ne soit pas trop échancrée et que les bords soient festonnés. Il va totalement à l’encontre de la mode de cet été qui lui préfère des rebords bien droits et des culottes tanga, parfois à la limite du string. Quant au haut asymétrique , j’en suis totalement dingue! J’hésite même à le mettre en crop top avec une jupe taille haute. La matière est épaisse et les coutures bien finies. Aucun fil ne dépasse. J’étais vraiment étonnée de constater une telle finition sur un article à prix si raisonnable. Pour être sure, j’ai pris une taille au dessus de ma taille habituelle, et si le haut est impeccable, la culotte est légèrement trop petite.  Pour les délais de livraison, il faudra attendre environ deux semaines pour recevoir sa commande et en ce qui me concerne, je n’ai payé aucun frais de douane.

Bikini : Zaful / Kimono: Jennyfer (similaire ici)

 

 

 

 

*****

Zaful vous propose également une remise de 10% supplémentaires sur une sélection d’articles soldés jusqu’à -60%  . Pour cela, il suffit d’entrer le code ZFFR01 à la confirmation de la commande. 

Et ça se passe ici: 

 https://fr.zaful.com/promotion-summer-right-stripes-special-605.html?lkid=123372

Beauté/mode

La marinière pour aller à la mer.

Quand j’étais petite, j’étais une passionnée des dauphins et de l’univers marin en général. Je collectionnais les bouquins, les documentaires en tout genre, je rêvais d’aller nager avec les poissons de toutes les couleurs des récifs coralliens et pourquoi pas passer une heure ou deux avec quelques grands dauphins. J’ai même, pendant un temps, voulu devenir océanographe. Alors quand je dis que j’aime passer des journées sur la plage à observer cet environnement si particulier et me perdre quelques instants dans la ligne d’horizon bleue, je n’extrapole surtout pas. En vieillissant et en revoyant mes priorités, moi qui voulait avoir des enfants tôt et profiter d’eux au maximum, j’ai très vite compris que tous les métiers liés à l’observation des fonds marins qui nécessitent de longs mois en mer, loin de chez soi, n’étaient finalement pas fait pour moi. Je reste cependant fascinée par cette étendue d’eau salée qui abrite tout un monde. C’est un peu comme l’espace pour moi. C’est si près et si loin à la fois… Et pour beaucoup, c’est totalement inaccessible. Alors, de temps en temps, j’ouvre de nouveau un bouquin qui parle des vagues, de l’influence de la lune sur nos océans, des espèces si étranges qui habitent là dessous, je regarde un documentaire sur Netflix qui traite de cette planète bleue, je rêvasse assise sur une plage ou penchée au dessus de la rambarde d’une jetée, j’observe ces marins sur leur bateau partir en mer ou rentrer au port. Et pour être accordée au décor, quand je ne mets pas une robe de plage sur un maillot pour les chaudes journées d’été, j’ai toujours en stock la petite marinière. C’est vraiment l’incontournable pour une balade en bord de mer. Ici, je l’ai associé à une jupe officier à la longueur parfaite, une veste en jean très délavée et un sac à main en toile noire et au fond tout en osier. J’aime vraiment beaucoup cette tenue simple et tellement agréable à porter.

 

Jupe: Jennyfer (similaire ici)/ Marinière: Jennyfer / Veste: Sans marque (similaire ici)  / Sac: Aux plaisirs des Halles (similaire ici)  / Sandales: La Halle (ancienne collection) 

 

Vie de famille

A l’heure dorée.

Ce n’était pas un rendez vous, plutôt une rencontre inopinée entre nous, le ciel et la mer. Il fallait voir cette plage presque vide, il fallait sentir ce soleil encore brûlant sur nos peaux, il fallait respirer ce vent chaud comme venu du désert, il fallait être là, c’est sur. Nous avions choisi de ne pas prendre part aux festivités de la fête de la musique, préférant un pique nique juste nous trois au bord de l’eau. Nous avons pris notre sac et nos maillots et nous nous sommes rendus sur notre plage favorite. Le soleil, pourtant encore haut dans le ciel, commençait à prendre des couleurs de crépuscule et c’est là que l’instant magique s’est produit. Il y eu les reflets jaunes partout, et surtout dans l’eau bizarrement calme de l’océan. L’ambiance avait changé du tout au tout. Il fallait absolument que nous profitions de cette eau pailletée à l’heure dorée. Ce fût d’abord moi, puis nous. Nous nous sommes immergés dans la tiédeur de l’eau salée après une journée caniculaire. Cela faisait tellement de bien. Et on a nagé, nagé et on a joué aussi. On s’est fait des bisous dans l’eau, des câlins d’amour, on a beaucoup observé l’horizon, on a tourné sur nous même, remué pour créer nos petites vagues à nous, dansé un slow avec la mer, et rit à pleine voix. Ce n’était pas un rendez vous mais une rencontre inopinée entre nous, le ciel et la mer à l’heure dorée.

 

 

Beauté/mode

Mango.

Aujourd’hui, je trouve enfin le temps d’écrire un petit peu par ici. J’avais hâte de retrouver ce blog même si ce n’est que le temps de quelques lignes. Il a fait un temps plus agréable ces derniers jours en Normandie et si, à l’heure où j’écris, il pleut de nouveau des cordes et que les températures ont littéralement chuté de dix voir quinze degrés, j’avais envie de partager ce petit look de presque début d’été. J’ai ressorti ma robe Mango de l’été dernier que je trouve vraiment trop courte pour la porter ailleurs qu’à la plage cependant j’aime beaucoup ses fleurs de cerisiers roses qui la rendent si féminine et si douce à regarder. J’aime également qu’elle soit en cache coeur, ce qui permet  de dévoiler un décolleté plus ou moins large et qui s’adapte au final à tous les types de poitrine. Aux pieds, mes baskets blanches et sur le dos ce magnifique kimono blanc au dessin immense dans le dos. J’ai eu un véritable coup de coeur pour cette pièce que j’ai trouvé sur le site Mango Outlet. Je l’ai payé une misère, mais la qualité est là et depuis que je l’ai reçu, il ne me quitte presque plus.

Création / Photographie

Encore une fois.

Sincèrement, je ne pensais pas écrire de nouveau un article sur le ciel. Montrer le crépuscule, encore une fois. Vous connaissez déjà tellement bien mon addiction pour les couleurs du soir et du matin, du crépuscule et de l’aube. J’en ai écrit tellement : ici, ici et ici. Je vous ai déjà raconté cent fois que j’adore ces nuances, ces couleurs, ces contrastes. Que j’adore photographier ça. Que je trouve que ça passe toujours trop vite. Qu’on a jamais assez de temps pour contempler. C’est trop éphémère, trop soudain. Tellement changeant. Si magique. Mais ça ne changera pas, j’adore photographier le ciel le soir et j’aime toujours autant vous montrer ça.

 

Vie de famille

A la mer, Maman!

Mercredi 18 janvier. Il fait froid, vraiment très froid mais le soleil brille. Il est 15h30 sur la plage de Merville Franceville et des petites baskets foulent le sable. La mer est loin et il faut redoubler d’efforts pour l’atteindre. Il ne faut pas céder à ce vent glacial qui passe à travers les vêtements et surtout il faut profiter. La plage nous appartient, elle n’est rien qu’à nous. Pas un promeneur à l’horizon. D’autres mamans tentent puis décident qu’il fait trop froid. Des marcheurs viennent jusqu’à l’eau puis repartent aussitôt. Je ne suis pas franchement sereine de l’emmener tout près de l’eau mais c’est lui qui l’a décidé. « A la mer, Maman! A la mer! » a t-il crié joyeusement. Alors, j’ai cédé. Nous avons d’abord observé les vagues, et puis elles ont frôlé nos chaussures alors nous nous sommes dit qu’il valait peut être mieux reculer. Il y a eu cet instant , cette minute de contemplation avant de revenir à l’habituelle cueillette de coquillages. C’est drôle, à chaque fois, il fait ça. Il passe un long moment a scruté le sable et quand il trouve un trésor, il le ramasse. Alors, je mets le petit objet dans mon sac et je prends bien soin de ne pas le perdre. Lorsqu’il a décidé qu’il en avait assez peut alors débuter la vraie balade. Celle où on prend des photos, où on avance vraiment au point qu’après quelques minutes de marche, la voiture nous parait bien loin. Et puis, il y a le retour par un autre chemin. On longe la plage et on essaye de trouver une boulangerie, un endroit où nous réchauffer, un lieu calme qui contraste avec le bruit permanent des grosses vagues d’hiver.  C’est nos petites habitudes à nous. Les habitudes de quand on va « à la mer, Maman! A la mer » .

 

Non classé, Vie de famille

Quatre jours dans le Finistère.

Pendant les vacances de la Toussaint, nous avons décidés de prendre un grand bol d’air marin sur les côtes bretonnes. Nous avons loués une petite maison dans la résidence Néméa de Locmaria Plouzané qui offre une magnifique vue sur la plage de Porsmilin et sur le large. Je suis une amoureuse de l’océan, et, je ne crois pas l’avoir déjà dit ici, mais lorsque j’étais petite (parmi les autres nombreux métiers que j’ai voulu exercer) je voulais devenir océanographe. J’étais attiré par tout ce qui vit aux abords et sous l’océan et je crois qu’aujourd’hui c’est une chose qui me parle encore. D’ailleurs, je prend toujours bien soin de passer le plus de temps possible à la plage. Dès que j’ai un moment de libre , été comme hiver, j’emmène mon fils se balader sur le littoral. La mer, ça a quelque chose de mystérieux et à la fois, c’est tellement apaisant. Je crois que je ne m’en lasserais jamais. Et puis, j’adore aussi découvrir de nouvelles choses, rencontrer des cultures différentes de la mienne et aller photographier des lieux atypiques et pleins de charmes. C’est pourquoi aujourd’hui , je voulais absolument écrire cet article pour pouvoir partager nos quatre jours de balades et de découvertes dans le Finistère Nord.

DSC_0500.jpg

 

Jour 1: Plougonvelin, la Pointe Saint Mathieu et une après midi à la plage. 

La première journée a commencé sous un temps maussade, parfait pour aller au marché dans la ville la plus proche de Locmaria- Plouzané : Plougonvelin. Nous nous sommes garés sur un parking à l’entrée de la ville et avons rejoint le centre par la plage. J’ai beaucoup aimé découvrir de grandes maisons typiquement bretonnes qui ont presque l’air de châteaux de princesse. La ville est dynamique et propose pas mal d’activités même en octobre. Elle est aménagée de façon à ce que les séjours soient confortables et agréables pour les familles (magasins alimentaires regroupés dans le centre, parcs pour enfants, grande piscine, résidences de vacances face à l’océan, petits sentiers …) . La plage est immense et n’a rien à voir avec les petites plages bretonnes que j’ai l’habitude de voir.

DSC_0016.jpg

DSC_0018.jpg

DSC_0017.jpg

DSC_0050.jpg

DSC_0082.jpg

Après avoir longé Plougonvelin par la plage et après avoir profité du marché, nous nous sommes rendus à la pointe Saint Mathieu, réputé pour être très touristique et proposant un patrimoine historique d’exception. Un lieu où se mêlent architecture et histoire. Il s’agit d’une abbaye où logeaient autrefois des moines bénédictins qui a été vendue par l’Etat après la Révolution Française. Aujourd’hui , il ne reste que ce que les hommes et le temps ont réussi à préserver: des ruines majestueuses sur lesquelles veille le phare. On se retrouve complètement suspendu hors du temps dans cette abbaye. Cette pointe offre également une superbe vue sur l’océan.

DSC_0089 (1).jpg

DSC_0106.jpg

IMG_0619.jpg

DSC_0151.jpg

DSC_0164 (1).jpg

DSC_0165.jpg

DSC_0169.jpg

DSC_0194.jpg

DSC_0186.jpg

L’après midi, nous avons profité du temps plus clément et des températures douces pour passer du temps sur la plage de Porsmilin . Cette même plage que l’on peut admirer directement de la résidence.

DSC_0206 (1).jpg

DSC_0213.jpg

DSC_0214.jpg

DSC_0243.jpg

DSC_0285.jpg

DSC_0289.jpg

DSC_0367.jpg

IMG_0649.jpg

IMG_0706.jpg

 

Jour 2 : Locronan

Le deuxième jour, nous nous sommes dirigés vers Locronan, à 1h20 de route de Locmaria-Plouzané. Mes parents avaient entendus parlé lors de leurs dernières vacances de cette petite cité de caractère classée aux Monuments Historiques. Le village encore entièrement pavé, offre à ses visiteurs un tas de boutiques atypiques. De la savonnerie à la bibliothèque celte en passant par les conserveries et les boulangeries aux kouign Amann exquis. Mais le plus impressionnant dans cette cité reste la grande église sur la place principale. Imposante et splendide, elle est accolée à une petite chapelle. Nous avons également découvert une boutique absolument magnifique sur la place principale qui offre un panorama superbe sur les paysages environnants. D’ailleurs , j’y ai fait un achat que je viendrais dévoilé ici dans un look.

DSC_0414.jpg

DSC_0415.jpg

DSC_0416.jpg

DSC_0418.jpg

DSC_0420.jpg

DSC_0423.jpg

DSC_0425.jpg

DSC_0424.jpg

DSC_0430.jpg

DSC_0439.jpg

DSC_0443.jpg

DSC_0445.jpg

DSC_0448.jpg

DSC_0449 (1).jpg

DSC_0454.jpg

DSC_0455 (1).jpg

DSC_0457.jpg

 

Jour 3 : Le Conquet. 

Le troisième jour, nous avons découvert le Conquet. J’ai mis un point d’honneur à aller visiter cette cité maritime puisque j’en entendais parler depuis près de dix ans sans jamais avoir eu l’occasion d’aller la découvrir. Aujourd’hui, c’est chose faite et je ne suis pas déçue. Bien que touristique, elle reste une petite ville pleine de charme et le port est très beau. Elle a un air de ville du bout du monde. Nous avons passé une matinée entière à flâner dans les ruelles avant d’aller nous restaurer dans une crêperie typique de la rue commerçante.

DSC_0469.jpg

DSC_0474.jpg

DSC_0477.jpg

DSC_0481.jpg

DSC_0493.jpg

DSC_0494.jpg

DSC_0497.jpg

DSC_0499.jpg

IMG_0685.jpg

DSC_0512.jpg

DSC_0513.jpg

DSC_0515.jpg

DSC_0518.jpg

 

Jour 4 : Balade matinale sur la plage de Trégana. 

Et le dernier jour, nous avons bouclés nos valises et préparer notre retour avant d’aller faire une dernière virée matinale sur la plage de Trégana que nous avons rejoint à pieds de la plage de Porsmilin en longeant la côte. J’ai adoré prendre des photos ce matin là. Le soleil , légèrement caché par un voile nuageux donnait aux paysages des couleurs de crépuscule alors qu’il n’était que 10h30 du matin. Et même si ce n’est pas ma plage préférée, il faut avouer que, désertée par les touristes , elle offre un très beau décor pour les photos.

img_0714

dsc_0533

dsc_0524

DSC_0522.jpg

 

DSC_0525 (1).jpg

IMG_0718.jpg

 

 

Création / Photographie, Non classé, Vie de famille, Voyages & Sorties

Deux jours en Bretagne.

DSC_0334

Le week end dernier, nous avons passé deux jours en Bretagne chez mon beau frère. Il vit depuis peu à Morlaix dans le Finistère, une ville que je ne connaissais pas du tout. A vrai dire, ça fait quelques années que je prenais soin de ne pas atterrir en Bretagne. Non pas que je déteste fondamentalement cette région, mais étant Normande et connaissant le temps peu clément de ma région, je n’espérais pas mieux de la jolie Bretagne. Pas de chance, nous sommes partis vendredi après midi de chez nous sous un beau ciel bleu et une température avoisinant les 24 degrés et une fois le panneau du Finistère passé, il ne faisait plus que 19 degrés et la pluie faisait son apparition. Les clichés ont donc eu la vie dure! Cependant, les nuages se sont vite dissipés et on a pu profiter d’une petite balade d’une demie heure le soir même. J’avoue avoir été surprise d’aimer Morlaix à ce point. Cette ville qui offre mille possibilités de balades, les maisons aux façades colorées, tous ces escaliers, les pavés et les fleurs, beaucoup de fleurs.

DSC_0001

DSC_0006

DSC_0038

DSC_0028

DSC_0029

DSC_0015

Le lendemain, le temps était au beau fixe. Pas de promenade donc pendant l’après midi puisque nous avons privilégié la détente et le repos sur la plage de Carentec. L’eau était froide mais je ne suis pas très frileuse. Nous étions trois à nous baigner , ma belle soeur, mon fils et moi dans cette eau transparente qui n’a rien à envier à la Méditerranée. Je dois l’avouer, c’était paradisiaque. L’endroit offre différentes possibilités pour tous les budgets: un club Mickey, des promenades en kayak , du fun en jet ski, du bateau ou simplement de la baignade … Et puis, il y avait aussi ces restaurants de bord de plage qui nous ont permis de prendre un délicieux gouter à base de crêpes, de glaces et de Breizh Cola.

DSC_0088

DSC_0042

DSC_0134

DSC_0091 (1)

Et puis, pour clore la journée, ma belle soeur et moi sommes partis en vadrouille pour dénicher de beaux fonds pour nos photos. Nous avons laissé les hommes à la maison et avons vadrouillé pendant plus d’une heure sur les hauteurs de Morlaix. J’ai pu prendre de très jolies photos, mais j’en réserve quelques unes pour un prochain article (bientôt un look sur le blog) . J’ai adoré trouvé des portes de toutes les couleurs et pouvoir être assorties à certains lieux nous à bien fait rire. J’ai eu un véritable coup de coeur pour le monastère des Carmélites, cet édifice si paisible malgré les maisons aux alentours. Et quand la fraicheur du soir est tombée, nous sommes retournées à l’appartement croisant ici et là de petits oiseaux et des maisons fleuries.

DSC_0333

DSC_0239

DSC_0287

DSC_0339

DSC_0341

DSC_0370

DSC_0384

DSC_0388

 

 

Création / Photographie, Culture, Non classé, Voyages & Sorties

Le festival du film de Cabourg.

DSC_0652.jpg

Je connais le Festival du film de Cabourg depuis toujours. Avant, c’était le Festival du film romantique. Le nom a été récemment raccourci. C’est la première année que j’y passe faire un tour. J’avais toujours un peu peur qu’il y ai trop de monde et que l’on ne puisse rien voir. Et j’avoue que c’est toujours avec cette appréhension que j’y ai mis les pieds. Bien sur la ville était un petit plus animée qu’à son habitude. Les rues débordaient de voitures et de promeneurs, mais bizarrement, nous ne nous y sommes pas sentis à l’étroit. Nous avions même sorti la poussette. Les gens étaient tous bienveillants et les sourires accrochés à leurs visages faisaient plaisir à voir. Une ambiance de festival mais sereine. Un festival serein. Après être passé devant le Grand Hôtel, nous avons marché dans les petites rues et sur la promenade comme à notre habitude. Nous avons flâné et pris de nouvelles photos de notre ville côtière favorite. Nous la découvrons chaque fois un peu mieux, chaque fois un peu plus mais elle reste toujours différente, comme insaisissable. C’est peut être de là que vient notre attirance pour ce lieu, le connaitre mais jamais complêtement. Et puis, il y a toutes ces petites choses qui changent pour l’évènement. Les interviews sur les terrasses, le tapis rouge, la population un petit peu plus huppée, les voitures un peu trop chères, et celles qui brillent par leur exception et les tonnes de clichés pris par tous les types d’appareils photos possibles.

DSC_0649.jpg

 

DSC_0653.jpg

DSC_0648.jpg

DSC_0646.jpg

DSC_0684.jpg

DSC_0690.jpg

DSC_0685.jpg

DSC_0668.jpgDSC_0662.jpgDSC_0664.jpg