Browse Tag by plage
Création / Photographie, Non classé, Voyages & Sorties

Un goût de Main Street USA.

J’ai eu l’occasion, grâce à mon job, d’aller visiter St Hélier à Jersey. Je ne m’étais encore jamais retrouvée sur le sol anglais… Et pourtant, c’est pas faute d’y penser. Mais quand il faut choisir une destination, il est vrai qu’on se tourne toujours vers les pays du Sud pour la simple et bonne raison qu’on veut profiter d’un temps clément et de températures plus douces. Les clichés! Alors le Royaume Uni, l’Angleterre, l’Ecosse et même les petites îles anglo saxonnes situées près de nos côtes sont souvent passés à la trappe. Il a fallu que mon travail m’y emmène. Après 1h15 de bateau, je suis arrivée sur le port de cette jolie ville de St Hélier. Après avoir longé la promenade puis la plage, je me suis retrouvée en plein centre ville pour plusieurs heures et comment dire? C’est un peu comme si on se retrouvait sur Main Street USA à Disneyland. Les petites maisons à l’architecture typiquement anglaise, les façades claires parfois même pastel, les magasins que l’on ne trouve pas en France , les adorables Fish&Chips et autres salons de thés. Je suis tombée sous le charme de cette ville toute mignonne et très propre. Et maintenant, j’ai hâte de la retrouver!

DSC_0365DSC_0378DSC_0401DSC_0406DSC_0388DSC_0419DSC_0536DSC_0541DSC_0435DSC_0544

 

 

Création / Photographie, Humeurs, Non classé, Vie de famille, Voyages & Sorties

Le carrousel.

DSC_0057DSC_0038

Les carrousels sont certainement, avec les pommes d’amours, ce qui me donne envie de retourner en enfance. Et lorsque j’en vois un, la petite fille en moi renait. Enfant, je voulais toujours monter sur le cheval le plus haut, pour dominer les autres. J’étais fascinée par les couleurs et les musiques venues d’un autre temps. Et tous les ans, à la fête foraine du coin s’était la même rengaine. Je gardais un peu de l’argent reçu pour l’occasion pour le carrousel. Aujourd’hui, j’ai 23 ans et toujours un attachement particulier pour ce manège. Pourtant j’adore les sensations, sentir mon coeur battre à cent à l’heure. Mais, ce manège là, c’est un peu mon histoire, c’est un peu mon coeur. Il me rappelle la douceur, les rires des enfants, les peluches et leurs pinces. Il me rappelle ma famille réunie et l’odeur des croustillons. Et des carrousels, nous avons la chance d’en trouver quelques uns dans la région. Le plus joli, c’est surement celui là. Celui de Courseulles sur Mer. Et tant qu’à faire après deux tours à bord d’une calèche et sur le dos d’un cheval, nous nous sommes promenés sur la jetée.

Humeurs, Non classé

Nos instants d’éternité.

Depuis toute petite, je n’aspire qu’à une chose: être heureuse. Je ne sais pas pourquoi ni d’où ça vient mais c’est ancré en moi depuis toujours. Je veux être heureuse comme certains rêveraient de devenir acteurs, avocats ou médecins… Et je crois que, tel un objectif atteint, je peux le dire aujourd’hui: Je touche chaque jour du doigt le bonheur. Nous avons tous notre conception propre de la plénitude, la mienne se résume à si peu de choses finalement qu’il m’arrive régulièrement d’être bien. Je n’envie pas ces personnes riches comme Crésus, qui peuvent faire le tour du monde à l’infini, ni ces femmes d’affaires si jolies dans leurs tailleurs et qui se rendent, d’un pas assuré, à leur bureau. Ma vision à moi du bonheur, c’est de savoir capturer les instants importants, et je sais qu’en une journée des instants d’importance il y en a beaucoup. C’est mon fils qui découvre l’océan, c’est une bougie qui brûle à coté du bain, c’est le bisou du retour de l’Homme à la maison, ce sont toutes ces petites choses qui m’emplissent de joie. Je n’ai personne à envier, simplement parce que ma vie à moi me convient et que chaque matin en me levant je me dis que la journée sera de nouveau riche de nos instants d’éternité. C’est aussi parce que je pense qu’ être heureux, avant d’être une question de chance, c’est surtout une histoire de choix. Parfois, il suffit juste de tendre la main au bonheur pour en apercevoir les contours, lui ouvrir les bras pour pouvoir l’étreindre. Alors je ne cesse de tendre la main et d’ouvrir les bras, et quand enfin j’aperçois son visage, je sors mon appareil photo et appuie sur le déclencheur pour n’avoir à jamais oublier à quoi il ressemble.

eternité 2

Eternité 3

éternité (

Eternité 1

eternité 5

Eternitée

Eternité 7

eternité 6

Eternité 8