Browse Tag by rose
Beauté/mode

Le make up frais et coloré.

Lorsque je suis invitée à un mariage, se pose constamment le problème du bon make up à porter . Il faut que ce soit frais, lumineux, en accord avec l’instant, le lieu et le thème. J’ai toujours eu un peu de mal à créer des make up lumineux, j’ai peur de ne pas savoir doser l’highlighter et le blush, de miser sur les mauvaises couleurs pour les paupières, j’ai beaucoup de mal à abandonner mon eye-liner noir et mes rouges à lèvres mats. Parce que ce que j’aime le plus, moi, ce sont les make up mats au fini poudré qui ne brillent surtout pas. Cela me demande donc un effort supplémentaire d’appliquer sur ma peau des poudres très lumineuses. Mais parce qu’une fois n’est pas coutume et que ce n’est pas tous les jours que j’ai l’occasion d’aller célébrer un mariage, je me suis fait un peu violence. J’ai ressorti l’highlighter gel de Jelly Pong Pong que j’ai appliqué par touche au niveau de l’arcade sourcilière et des pommettes et mon chouchou du moment, le blush Cargo, pour les joues. J’ai également choisi des couleurs beiges et rosées très irisées pour mes paupières et la muqueuse inférieure de mes yeux et remplacé mon liner noir et sa virgule par un trait fin de khôl marron Marcel sur la paupière mobile. Quand au rouge à lèvres, il est très vieux mais tellement joli. C’est l’une des couleurs discontinuées de chez Réserve Naturelle, un rose froid assez clair dans lequel ce sont glissées des micropaillettes qui réfléchissent la lumière aussi bien qu’un gloss.

Beauté/mode

La saison des mariages.

L’été, c’est la saison des mariages et si pendant quelques années, c’était le vide complet de ce coté là ( la génération de mes parents ayant déjà franchi le cap depuis un certain temps et la mienne n’étant pas encore décidée à officialiser les relations ) , depuis trois ans, il y a une recrudescence de cérémonies. J’aime beaucoup les mariages, c’est l’occasion pour les invités de venir célébrer l’amour avec le couple de mariés mais aussi de découvrir de jolis lieux et de se parer de tenues toutes plus sublimes les unes que les autres. Je suis une vraie fan de tulle, de broderies et de dentelles depuis l’enfance. Les robes de princesses ont toujours eu le don de me faire rêver. D’ailleurs dans mon armoire, il y a des tas de robes de soirées et de cocktails qui, pour la plupart, n’ont été portées qu’une fois mais que je n’arrive pas à me résoudre à vendre ou à donner. Et cette année encore, j’ai agrandi ma collection en achetant, pour un remariage cette fois, cette magnifique robe bleue clair à grosses fleurs roses et jaunes. J’aime la transparence de ses manches, les motifs doux et féminins, le décolleté du dos et cette coupe tutu qui la rend encore plus féérique. Et pour accentuer encore son style princesse, j’y ai associé ces chaussures roses pailletées à gros noeuds que je ne cesse d’admirer. Ce sont de véritables petites merveilles qui, je l’avoue, vont être difficiles à porter au quotidien mais que je n’hésiterais pas à ressortir à la moindre occasion.

Robe: Chi Chi London (achetée dans la collection « Petite ») / Chaussures : Asos

 

 

 

Non classé, Vie de famille

Et voir un lever de soleil.

dsc_0889

Je n’ai jamais été une lève-tôt. Les seuls levers de soleil auxquels j’assiste sont ceux qui se pointent sur la route lorsque je vais au travail. Mais jamais je n’avais assisté à un lever de soleil par plaisir. Je photographie souvent les couleurs du crépuscule , du jour qui s’éteint et qui laisse place à la lune et aux étoiles. J’immortalise les indigo, bleu nuit, rouge et rose-orangé qui apparaissent soudain derrière ma fenêtre et je les contemple de longues minutes sans jamais m’en lasser. Je suis amoureuse du jour qui décline, de son ambiance si particulière. Mais pouvais-je tomber amoureuse du jour qui se lève? Rien n’était moins sur. Pourtant vendredi, après une nuit chaotique et un lever avant les aurores, je cherchais quelque chose à faire. Le Petit Prince ne voulait pas se rendormir et tournait en rond dans la maison cherchant désespérément à quel jeu il pouvait bien jouer. Je me suis alors préparer à sortir, l’ai habillé et l’ai emmené à Cabourg, cette ville dont je parle tout le temps. Il était alors 8h20. Le soleil n’était pas encore là, les boutiques étaient fermées et les bords du canal silencieux. Le lieu avait un coté complètement irréel, il n’appartenait qu’à nous. Et puis, au fur et à mesure de la balade, le ciel s’est éclairci, de mystérieuses couleurs sont apparues. Tout d’un coup , les nuages jusqu’alors gris menaçants sont devenus orange, jaune et rose! Le ciel tout entier s’est transformé pour nous laisser devant un spectacle sans nom. Nous avons donc marché un peu plus vite pour atteindre la promenade et observer cette véritable oeuvre de la nature depuis la plage. Mais l’aube avait l’air pressée, tout comme les gens qui partent travailler. Le jour met trop peu de temps à se lever, si bien qu’une fois la plage atteinte le ciel avait revêtu son habituel habit bleu et gris.

dsc_0899

dsc_0937

dsc_0931

dsc_0917

dsc_0891

dsc_0951

dsc_0957

dsc_0961

dsc_0963

dsc_0964

 

Beauté/mode, Non classé

De la douceur.

DSC_0868.jpg

Je ne savais absolument pas comment commencer ce texte. J’avais envie de parler de tellement de choses: du temps, du beige, de la douceur et puis finalement, le plus important c’était de parler de cette pièce que j’ai eu tant de mal à trouver. Depuis l’arrivée de Kéo dans ma vie, j’avais délaissé les pièces en jean. C’était devenu une matière trop dure, trop serrée , trop insupportable. Il fallait que j’apprivoise ce nouveau corps et ce petit ventre qui restera peut être pour toujours alors je me suis plus souvent tournée vers les robes et les jupes. J’ai gardé quelques Jeans d’avant, souvent un peu taille basse qui vous coupent au niveau des hanches et ne mettent pas le corps en valeur. Je les ai gardé pour le travail, pour être à l’aise lorsque je m’abaisse et m’agenouille. Le jean c’était devenu la bête noire de l’armoire. Mais mine de rien, un jean ça s’use et après quelques mois de bons et loyaux services certains ne tiennent plus le coup, il a donc fallu que je me remette à la recherche d’un jean de rechange bien coupé et qui ne me fait pas honte. Après plusieurs jours à trainer sur les sites et dans les boutiques, j’ai trouvé ce jean stretch taille haute à prix tout doux chez H&M. Je crois qu’il va me réconcilier avec cette matière que j’ai trop longtemps blâmée . Hyper confortable et bien coupé, je peux l’associer à n’importe quel haut (peu importe le style ) et terminer ma tenue avec des chaussures et des accessoires qui me plaisent. J’aime sa simplicité et sa douceur.

En parlant de douceur, j’avais imaginé dès le début de la saison présenter ici cette tenue complètement automnale dans les tons beiges et aux matières chaudes. J’ai ajouté à mon nouveau jean un pull aux jolis détails que j’ai rentré dans mon pantalon. C’est mon pull doudou que je porte en toute saison de façons très différentes (vous pouvez l’apercevoir dans cet article) ! En ce qui concerne les chaussures, j’ai choisi une paire de talons à mi chemin entre l’escarpin et la bottine avec des gros noeuds très fi-filles shoppés sur Amazon. J’ai pris mon grand sac Le temps des Cerises que j’aime tant. Enfin, j’ai apporté un peu de rose avec mon collier trouvé sur un marché et ma petite et délicate bague dorée de chez Moa.

DSC_0849.jpg

DSC_0867.jpg

dsc_0879

 

DSC_0859.jpg

 

DSC_0854.jpg

DSC_0888.jpg

dsc_0869

 

Beauté/mode, Non classé

Il fallait que je vous parle de MÊME.

DSC_0803.jpg

Quand j’ai repris l’écriture du blog, il y a quelques mois, je me suis promis de ne livrer ici que les jolies choses de la vie. J’avais envie de partager tous mes moments de bonheurs et d’oublier un peu les moments difficiles pour ne se rappeler que de l’essentiel. Bien sûr, c’est ce que je m’attelle à faire chaque jour. Le relativisme, la positivité, l’euphorie, tout ça, ça me connait. Il y a toujours des petits tracas dans le quotidien, mais j’ai appris avec le temps et la maturité de ne pas m’en soucier. De laisser aller la vie. Mais comment fait-on quand la vie elle même vous échappe? Il y a eu dans mon existence, un certain nombre de petits crabes qui se sont immiscés dans les corps d’êtres que j’aime et qui ont fait tellement peur à la vie qu’elle n’a pas été loin de nous abandonner. Je dis « nous » parce que même si cela n’a pas logé dans mon corps encore jeune, ils m’ont quand même d’une certaine façon détruite. Il m’ont enlevé mon insouciance un peu trop tôt, me mettant dans des situations qu’on ne pense pas vivre si tôt. J’avais 14 ans quand Maman est tombée malade. L’âge un peu bête où pour devenir soit même une femme on se fie au regard et à la bienveillance des proches tout en explorant les mondes de la mode et de la beauté. Quand j’ai eu à construire ma propre féminité, j’ai eu comme la sensation que Maman était en train de perdre la sienne. Aux yeux des autres, les malades de cancer sont bien moins attirantes, sont dépourvues de toute sensualité et rien à l’époque ne pouvait aider Maman à aller mieux de ce coté. Je l’ai vu perdre ses cheveux par poignées, vu disparaitre ces cils, son teint se ternir peu à peu et puis il y a eu cette confiance en elle qui a déguerpit encore plus vite que la vie. Je n’imaginais pas qu’à 37 ans, l’âge de ma mère à ce moment là, on pouvait avoir si honte de son physique (elle ne le disait pas, mais ça ne se voyait que trop) , je n’imaginais pas qu’un corps encore bien vivant pouvait être si cadavérique.  En regardant les photos aujourd’hui , je trouve que c’est encore plus flagrant. De ce passage douloureux de sa vie et par conséquent de la mienne, je n’en garde qu’une très grande admiration  pour toutes ces malades qui se battent chaque jour et un besoin de saluer les belles initiatives.

DSC_0813.jpg

Aujourd’hui, je n’ai pas envie de me plaindre ou de donner un énième témoignage sur la vie de la famille pendant les mois de traitement, mais juste de parler de la marque Même. J’en ai déjà parlé un petit peu lors de l’ouverture de ma Birchbox du mois mais j’ai entre temps approfondi le sujet et est même échangé quelques mots avec l’équipe. La marque a été créée par deux nanas, Judith et Juliette touchées de très près par le cancer, qui ont fait le constat réaliste et bien triste que l’on ne s’occupe pas encore assez des femmes malades et que les différentes marques de cosmétiques sur le marché les oublient totalement. Pour en revenir à mon expérience personnelle, j’ai bien vu, ici aussi, la véritable traversée du désert en ce qui concerne la beauté et la féminité. Ma maman n’a jamais été passionnée de cosmétiques et de make up mais elle avait sa routine et ses petits moments cocooning quand même et lorsqu’elle est tombée malade, entre les rendez-vous médicaux, la paperasse et les heures passées au lit à cause de la chimiothérapie elle n’avait plus la force d’aller chercher des produits adaptés à son nouveau physique. C’est là que je trouve la marque Même hyper interessante: la petite trousse qui sera donnée à chaque femme sera conçue pour chouchouter les peaux endolories par la maladie et ses traitement et devrait redonner un boost de confiance en elle à celles qui n’osent peut être plus se regarder dans un miroir, ou à celles qui ne se reconnaissent plus lorsqu’elles s’y regardent. Et pour les femmes qui, comme la maman de Judith, sont encore plus féminines depuis le début des traitements, la marque sera certainement leur nouveau graal. L’initiative de l’équipe Même (qui s’est depuis agrandie avec l’arrivée de trois nouvelles recrues) prend peu à peu forme et les petites trousses seront distribuées à partir de Janvier prochain dans les premiers hôpitaux et cliniques. Je suis de tout coeur avec ce projet qui me semble aujourd’hui si humain et solidaire et je souhaite un succès sans limite à l’équipe.

DSC_0823.jpg

Pour suivre la marque : Instagram / Facebook / Le site .

 

Beauté/mode, Non classé

La Birchbox toute rose

DSC_0656.jpg

Voilà deux mois que la Birchbox fait un voyage éclair jusque dans ma boite à lettres. Ce mois-ci pas d’énorme teasing sur le contenu de la box mais un thème qui sort un peu de l’ordinaire. En effet, pas de superficialité, on nous annonce la couleur (l’expression s’y prête parfaitement) directement : on va parler d’octobre rose.  C’est quelque chose qui m’a, en quelque sorte, touchée puisque c’est un mois un peu particulier pour moi. C’est l’anniversaire de ma maman qui a été elle même atteinte d’un cancer du sein il y a quelques années. J’en parle un peu plus ici. En tout cas, une box rose pour ne pas oublier que toutes ces choses , aussi horribles soit-elles , existent et qu’il ne faut pas louper les dépistages , quelle belle idée! En plus de cela, ce mois-ci Birchbox s’associe à la marque Même qui permet aux femmes atteintes de cancer de pouvoir continuer à s’occuper d’elles. La marque crée des kit d’essentiels pour la beauté qui sont distribués gratuitement dans les hôpitaux. L’initiative est très belle et je ne peux que saluer cela. Et ma box à moi, que contient-elle?

DSC_0661.jpg

Tout d’abord, j’ai reçu ce shampoing de la marque Herbalosophy (que je ne connaissais pas) qui est composé à 80% de composants naturels. Apparemment, il serait respectueux du cheveux et du cuir chevelu .J’aime beaucoup son odeur fraiche et douce.  J’ai hâte de tester!

DSC_0663.jpg

Ensuite, j’ai découverte cette toute petite miniature de la crème pour le visage anti-imperfections de la marque Huygens. Je n’ai jamais trop aimé cette marque, je trouve que leurs produits ont une odeur trop forte d’huiles essentielles. Mais là pour le coup, j’avais déjà entendu parlé de cette crème et j’avoue que j’avais quand même envie de tester. Apparemment, elle conviendrait parfaitement à mon type de peau. J’espère que ce sera une jolie découverte. En tout cas, l’odeur de rose est à tomber .

DSC_0668.jpg

Ah! Embryolisse! Ça c’est une marque que j’apprécie énormément. J’utilise déjà, en hiver, leur lait-crème concentré qui est extrêmement connu et trop efficace. Je suis donc ravie de pouvoir tester leur lotion micellaire. Je pars déjà très optimiste, j’espère ne pas être déçue.

DSC_0673.jpg

Encore quelque chose que j’avais très envie de tester! Cela fait quelques mois que j’hésite à laisser tomber mes déodorants Ushuaia et Monsavon en spray pour tester ceux ci de la marque Schmidt’s . Finalement, le recevoir dans une box me permettra de l’essayer ( et de l’adopter?) et voir s’il me convient.

DSC_0675.jpg

Enfin, le dernier « produit » de la box est un pinceau de la marque Iby pour appliquer le blush . Il est très doux et très joli. Dommage qu’il ne soit pas un peu plus dense. Cependant, je reste quand même ravie d’avoir reçu un joli pinceau rose.

Ce mois-ci, Birchbox a tapé dans le mille avec des produits adaptés au mieux à mon type de peau. Je vais découvrir certaines marques et redécouvrir celles qui je connais déjà. J’aurais pu être déçue par le fait qu’il n’y ai pas de make up, mais finalement tous les soins proposés me conviennent. C’est top! 

Beauté/mode, Non classé

Madame.

DSC_0415.jpg

Comme je le disais dans mon précédent article, je suis allée au festival de Deauville. Pour marquer le coup, même si je n’avais pas de pass à proprement parler, j’ai décidé de mettre une tenue un petit peu spéciale. Et en plus de l’occasion, on avait un peu de temps pour un shooting juste avant l’arrivée des acteurs sur le tapis rouge. Je crois que j’aime de plus en plus Deauville et ses planches pour prendre des photos, c’est un endroit tellement beau et magique. Pour le coup, la tenue est en adéquation avec le lieu. On a fait beaucoup de prises de vues: les cheveux attachés, détachés, dans le sable, sur les planches… J’en ai aimé quelques unes dans chacune des séries et je n’ai donc pas réussi à choisir une seule série pour faire cet article. C’était le risque ! Alors, j’ai pioché par ci par là et voilà ce que ça donne. En ce qui concerne la tenue, le site fr.tidebuy.com a eu la gentillesse de m’envoyer cette robe rouge à la coupe années 50 et à la longueur midi. Elle est très bien faite et bien finie , je l’aime terriblement. Elle m’a de suite donné envie de porter un look plus « Madame », plus femme, plus adulte. J’hésite même à la mettre pour aller au travail en l’accessoirisant de manière différente. Pour le festival, j’ai trouvé que rien n’allait mieux avec que de hauts escarpins noirs à semelles roses shoppés chez Gémo et ma veste en tissu noir sans marque à la coupe perfecto. Cette veste donne un air plus moderne à la tenue et un brin plus rock aussi. Mon sac vient de chez Jenyfer (ancienne collection) et mon headband a été acheté sur un marché. Une chose est sûre, je me suis beaucoup amusée avec cette tenue à la fois simple, mais pour autant pas si évidente à porter.

DSC_0410 (1).jpg

DSC_0412.jpg

DSC_0413.jpg

DSC_0418 (1).jpg

DSC_0421 (1).jpg

DSC_0422 (1).jpg

DSC_0424 (1).jpg

DSC_0425 (1).jpg

DSC_0437.jpgDSC_0444 (1).jpg

DSC_0466.jpg

DSC_0480.jpg

Beauté/mode, Non classé

La bonne couleur.

DSC_0375 (1).jpg

Lorsque j’ai regardé PS: I love you pour la première fois, j’ai été subjugué par toutes les tenues que porte l’actrice. Je les trouve toutes plus belles les unes que les autres, mais une robe sort du lot. Une robe longueur midi , au décolleté rond et aux jolis détails. Le vrai plus pour moi sur cette pièce c’est la couleur: un vert d’eau clair. J’ai longtemps cherché à m’offrir cette robe, sans succès. Cependant, je suis toujours obsédée par cette couleur. C’est pourquoi lorsque je suis tombée sur une robe  H&M verte , je n’ai pas pu m’empêcher de la prendre. Je l’ai acheté un peu trop grande pour moi pour me sentir à l’aise pendant les fortes chaleurs. Je la trouve hyper pratique et pas seulement grâce à sa matière toute légère. En effet, cette robe à un secret: elle cache de grandes poches! Qui devinera, si je ne le mentionne pas, que sur ces photos j’ai mes clés de voiture et mon Iphone sur moi? Personne, n’est ce pas? Et pourtant… Du coup, pour les promenades dans les parcs, quand je n’ai envie d’emporter rien d’autre avec moi que mon appareil photo et ne pas m’encombrer, je mets tout ce dont j’ai besoin dans les poches. Bien sûr on ne peut pas y glisser un porte-monnaie, mais c’est le genre de balade ou je n’ai ni besoin d’argent , ni besoin de mes papiers. Ce jour là, j’ai décidé de porter cette robe le plus simplement possible. J’ai enfilé ma pièce principale et ai ajouté un collier avec une perle offert par ma soeur et mes sandales La Halle noires. Rien de plus.

DSC_0379.jpg

DSC_0389.jpg

DSC_0381.jpg

Beauté/mode, Non classé

Du rose s’il vous plait.

DSC_0098.jpg

J’ai toujours eu la sale manie de vouloir contredire tout et tout le monde. Cela a commencé alors que je n’avais pas plus d’une dizaine d’années. J’avais envie d’être différente, originale, ne pas trop rentrer dans le moule. J’étais une petite fille très épanouie mais je ne voulais pas trop être stéréotypée. En famille, j’étais toujours la petite princesse, je regardais des Disney à longueur de journée et je rêvais du jour où je pourrais enfin me maquiller, mettre des talons, des paillettes pour aller danser et trouver un prince. Mais dès que je sortais du cercle familial, il était hors de question que je sois la même que les autres. Je clamais haut et fort mon amour pour Pokémon et les Beyblade et surtout, surtout pour le bleu. Je faisais déjà la différence entre la forme et le fond. L’image que je renvoyais et celle que j’étais vraiment. Cela a duré des années. Il faut dire que le bleu ne m’a jamais dérangé, et que, fan de l’univers marin cette couleur me rappelais ma passion (qui était vraie, elle) . Arrivée au collège, j’ai du peu à peu m’uniformiser aux autres, je voulais me fondre dans la masse. J’avais compris que les collégiens étaient durs entre eux et qu’il valait mieux se faire petite. Là encore, j’ai vécu de belles années et si je pouvais retourner à cet âge, j’y retournerais avec grand plaisir. Mais le collège, c’était la période où les filles n’aimaient plus le rose et où plus rien ne différenciais personne. Tout le monde était vétu de la même manière. Beaucoup de noir, de marine, de foncé. Tout le monde aimait la même chose et tout le monde se disait j’en-foutiste alors que non, c’était loin d’être le cas. Et puis, il y eu le lycée. Les années où l’on grandit. Et où chacun veut être différent des autres. Chacun son style, chacun son chemin, passe le message à ton voisin… Une révélation pour moi. Je comprenais enfin que l’important n’était pas d’être différente des autres, mais surtout d’être soi. J’ai ressorti mes vieux rêves d’enfants et j’ai redécouvert mon coté hyper féminin. Je ne suis pas un stéréotype. Non, je suis moi. Avec une féminité complète et complexe. Je suis une adepte des dimanches matins à regarder des Disney , et à la couleur rose. J’aime l’argenté, le blanc et le doré aussi. Mais le rose m’a trop manqué. Alors je connais une véritable addiction pour cette couleur. Et j’aime tous les roses, même si en ce moment le pastel est à la mode. J’aime le fuchsia qui me rappelle ma grand mère et le rose Barbie qui me remémore les longs après midis passés dans ma chambre d’enfant. Je ne m’en cache plus aujourd’hui, je suis une nana qui aime les trucs de filles. Je veux du pastel, une longue robe de princesse pour mon mariage, pleins de coussins dans mon lit, des talons hauts, des noeuds et du maquillage. Je veux aussi des macarons, des films romantiques, des bijoux Swarovski, prendre des photos devant des châteaux, des fleurs et du rose s’il vous plait.

Veste : Cache-Cache / Jean : Gemo / Bottines: La Halle / Foulard: Trouvé sur un marché / Sac : Mango

DSC_0097.jpg

DSC_0096.jpg

DSC_0102.jpg

DSC_0105.jpg

DSC_0104.jpg

Culture, Non classé

Mes petits films. #1

DSC_0101.jpg

Je suis un peu cinéphile sur les bords. Je crois en avoir déjà parlé un petit peu ici. Avant d’avoir notre fils, mon compagnon et moi avions une carte de cinéma illimité. Pendant deux ans, nous sommes allés au cinéma très régulièrement (à vrai dire , nous avons vu TOUS les films sortis dans les salles durant cette période!) , au point de dire que l’UGC était notre deuxième maison. C’est pourquoi j’ai décidé de te faire une petite série d’articles avec tous mes films préférés. Il y en a quelques dizaines (rien que ça!) . On commence aujourd’hui avec les films que j’ai regardé en boucle, ceux que je regardent encore lorsque je suis toute seule à la maison (ça n’arrive plus si souvent) . Mes petits films de fille à moi!

DSC_0098.jpg

J’ai envie de commencer par les films avec Léonardo DiCaprio , mon acteur fétiche, parce qu’il y en a trois:

  • Romeo + Juliet : Celui ci soit on adore, soit on déteste. Les personnages parlent à la manière dont la pièce Roméo et Juliette de W. Shakespeare a été écrite mais vivent dans un monde moderne avec des revolvers et des voitures. Ce qui donne un sacré décalage. Léo y est très jeune et joue son rôle de Roméo , sensible et déchiré, à la perfection. Tout ça réalisé par l’excellent Baz Luhrmann.
  • En parlant de ce réalisateur, voilà un autre très beau film : Gatsby le Magnifique. J’ai été happée par l’histoire dès les premières minutes. La BO est dingue ( Fergie et Lana Del Rey entre autres!) et Léo encore une fois excellent. Je regrette d’ailleurs qu’il n’est pas eu d’oscar du meilleur acteur pour ce film. Il faut aussi dire que les autres acteurs sont tout aussi bons ( Tobey Maguire, Carey Mulligan ou encore Joel Edgerton). Cette oeuvre reflète le New York des années 1920 et je dois dire que ça m’a donné envie de m’intéresser un peu plus à la période. Tout est beau, les décors, les vêtements, les personnages, les dialogues et le secret même du film : Qui est Gatsby? Et que veut-il? Révélation que je ne te ferais pas … Il faut voir le film pour comprendre l’intensité des choses.
  • Les Noces Rebelles: Kate Winslet et Léonardo DiCaprio, ce duo te dit-il quelque chose? Là encore, un film adapté d’un bouquin mais complètement différent des deux autres. Ici, les scènes sont lentes et intenses, presque théâtrales. On suit la déchéance d’un couple qui se voulait différent des autres. Et qui finit par se perdre. A voir, pour ceux qui aiment les films calmes et longs.

Il y a donc ces trois là, et les autres:

  • Hell: LE film incontournable de mon adolescence. J’ai lu dévoré le bouquin puis j’ai découvert le film. Même s’il ne suit pas à 100% les actions du livre , j’ai beaucoup aimé cette adaptation. Il permet d’entrer dans l’intimité du couple et les décors sont sublimes. Il y a peu de dialogues mais toujours des phrases percutantes. Sara Forestier incarne Hell magistralement et je dois dire qu’à travers mes yeux c’est Hell. Par là je veux dire que, comme lorsque l’on voit Daniel Radcliffe on pense forcément à Harry Potter, pour moi Sara Forestier c’est Hell. Et puis c’est tout. Je n’ai vu aucun autre film avec cette actrice tellement ça me gênerait. Autre bon point : j’ai découvert  Nicolas Duvauchelle grâce à cette histoire et depuis, je crois qu’il est devenu mon acteur français favori.
  • Les infidèles: Autre film français. Heu… non , ensemble de courts métrages. La plupart des personnes de mon entourage qui ont regardé ça sont restés stoïques. Moi, j’ai beaucoup ri. On parle d’infidélité avec un humour assez noir et parfois aussi avec une justesse incroyable.
  • Virgin Suicides: Un autre film qui a marqué mon adolescence, avec Kirsten Dunst et Josh Hartnett et de Sofia Coppola. On parle de suicides d’adolescentes d’une même fratrie avec beaucoup de délicatesse et de poésie. Le décalage peut être choquant mais c’est ainsi que je le ressens. Encore aujourd’hui je trouve que cette oeuvre est un ovni cinématographique.
  • Eternal Sunshine of the spotless mind : Qui a dit que Jim Carrey est juste fait pour le rire? Regardes donc ça, tu m’en diras des nouvelles. Comment réagirais- tu si l’amour de ta vie choisissait consciemment de t’oublier? Ce film nous livre une vision, certes futuriste, mais émouvante de l’histoire d’un couple (Jim Carrey et Kate Winslet) qui finit par se détester, se séparer et finalement s’oublier. Là encore je n’ai pas envie de t’en dire plus pour ne pas gâcher la surprise.
  • Marie Antoinette: Peu de choses à dire si ce n’est que j’aime le regarder pour son style, ses images. Du rose, du maquillage, de la dentelle et de l’amour. L’arrivée et la vie difficile ( mais riche au sens propre du terme) de sa majesté Marie Antoinette à Versailles.
  • Into the wild: Il n’y a pas plus philosophique que ce road trip vers l’Alaska. Un jeune homme décide de tout quitter pour se rapprocher au mieux de la nature. Les paysages sont splendides.  L’aventure n’est pas sans embuche et les pensées sont porteuses de vérités.
  • Légendes d’automne: Certainement le film que j’ai le plus regardé ces trois dernières années. Trois frères qui vivent chez leur père dans un ranch, tout ça dans l’univers particulier mais ô combien intéressant des légendes indiennes. Et l’arrivée d’une femme qui va tout bouleverser. L’histoire est prenante et les péripéties souvent émouvantes. Tristan, le frère du milieu est un personnage très complexe, bercé depuis toujours par les traditions indiennes (plus que ses frères!) . Bizarrement, dès que j’ai un coup de blues, j’enfile un pyjama, mange des donuts et passe la soirée devant ce film.

DSC_0106.jpg

Et toi, as tu vu quelques uns de ces films? Lesquels préfères-tu?