Browse Tag by shooting
Beauté/mode, Création / Photographie

La danseuse de la Lune.

Les danseuses étoiles, elles me fascinaient. Je ne sais pas ce que je leur enviais le plus. Si c’était leur port de tête, leur élégance naturelle, leur corps fin et élancé ou simplement leur tutu et leurs chaussons. Mais quand j’ai commencé à m’intéresser davantage à leur monde, elles étaient, à mes yeux, tout sauf désuètes . Elles incarnaient la féminité dans son aspect le plus rigoureux mais aussi dans sa douceur la plus extrême. Un savant mélange qu’il faut maitriser pour incarner l’Etoile du ballet. En ce qui me concerne, j’ai très vite compris que je ne serais jamais ni petit rat de l’opéra, ni danseuse confirmée. Je n’ai jamais eu de grâce naturelle, je n’ai jamais su faire les gestes délicats qui sont propre à cette discipline et je ne suis pas non plus la fille la plus élégante du monde. Et puis, je n’ai jamais été bonne danseuse. C’est un art dont je me sens très éloignée. Rien ne correspond. Rien. Les ballerines je les enviais, mais je ne les ai jamais jalousé. C’est juste qu’elles me fascinaient.

Et si je parle des jolies danseuses de ballet, c’est tout simplement parce que, de tous les vêtements que j’ai pu acheter/recevoir jusque là, aucun n’a jamais su autant m’inspirer que cette jupe. Déjà, sur le site Dresslily.com, elle a tout de suite attiré mon attention. C’est comme si elle avait été faite pour moi. Cousue sur moi. Si elle n’avait pas été inventé, il aurait fallu que je la crée. Dans ma tête, dans mes pensées. Et au sein de mon imagination, c’est certain, je l’aurais fait virevolter.

C’est avant tout son motif qui m’a séduite. Comment résister lorsqu’on est soi-même une amoureuse de la Lune et des galaxies? Comment résister à sa coupe midi, aussi, que j’affectionne depuis tant d’années maintenant? C’est rétro, c’est même un peu kitsch mais ça me ressemble tellement. Et quand je l’ai reçu et essayé, ça a été la révélation. Avec une paire de chaussures à petits talons qui ne sont pas sans rappeler les chaussons des ballerines, cette jupe me donnait un air de danseuse. Elle est parfaite. Parfaite pour me permettre, au moins une fois dans ma vie, de me mettre à la place des élégantes artistes sur pointes.

Autour de cette jupe, j’ai donc créé un personnage qu’il m’a fallu incarner. Un personnage avec une histoire, des sentiments, des actions qui lui sont propres. J’ai imaginé une danseuse, une femme particulière, une artiste presque mystique. Une ballerine qui vient de la Lune. Imaginez maintenant qu’elle soit tombée du ciel, qu’elle soit tombée sur Terre. Et qu’elle ne puisse pas rentrer chez elle. A votre avis danserait-elle chaque nuit, jusqu’à l’arrivée du soleil sous son astre maternel?

Jupe: Dresslily / Haut: Pimkie (similaire ici) / Chaussures: Asos

*Article en partenariat avec Dresslily.com

Beauté/mode

Trop impatiente.

Je profite de ce partenariat avec le site Dresslily.com pour revenir sur le blog après une petite semaine et demi d’absence. J’ai reçu cette robe la semaine dernière et je la trouve tellement jolie. Assez loin de ce que j’ai l’habitude de porter, son effet uniforme et sa couleur bordeaux m’ont de suite convaincue qu’elle est parfaite pour cet automne. Et j’étais trop impatiente de vous la montrer. Après avoir passé quinze jours à courir dans tous les sens, n’ayant au final pas le temps pour m’occuper du shooting de cette pièce, je me suis bien rattrapée en profitant de ce parc situé à Caen. Nous sommes arrivés avant l’aube et avons attendu l’ouverture des grilles pour aller nous promener dans ce qui est devenu, le temps d’une demi heure, un terrain de jeu géant. La Lune nous a accompagné un moment avant de disparaitre totalement, laissant la place au soleil rougeoyant. C’était absolument fantastique de se retrouver seuls dans ce lieu. Les feuilles commencent à jaunir et à tomber, le ciel offrait un dégradé de rose et de violet et tout cet espace nous appartenait , le temps d’un instant. Pas de promeneur, pas d’agents municipaux, juste nous et cette lumière particulièrement dorée qui se reflétait sur la façade des bâtiments. Et même s’il faisait froid, rien n’aurait pu gâché la particularité de ce moment.

Robe: Dresslily / Chaussures: Babou (ancienne collection) / Veste: Pimkie (ancienne collection)

Création / Photographie

Dans la peau de Nastassja Kinski.

Nastassja Kinski. Ce nom ne me disait rien il y a encore un mois, aujourd’hui elle est devenue une véritable inspiration pour moi. Je l’ai découvert à travers le film Paris, Texas, de cette fameuse scène du Peep show où elle parait tellement femme et enfant à la fois. J’aime les personnalités aux caractéristiques contraires. Si faibles et tellement fortes, dures et douces, ouvertes et pourtant compliquées à atteindre. Le personnage qu’elle incarne est de ceux là. Elle a mille facettes qui transparaissent sur son visage le temps d’une scène. Mais au final, on a beau l’observer, elle semble toujours si lointaine, si inaccessible. Elle me fascine. C’est pourquoi j’ai voulu reproduire à ma manière ce personnage si particulier. Et puis je voulais aussi parler un peu aussi de ce film ici, de ce que j’en ai pensé , de ce que j’ai aimé. Je n’étais pas partie dans la bonne optique, je ne pensais pas découvrir ce genre d’histoire, je ne pensais pas qu’il serait si long… mais s’il y a quelque chose qui m’a émerveillé , c’est bien la photographie et l’atmosphère saturée de l’image. Il suffit de regarder l’affiche pour le découvrir. Toutes les couleurs sont criardes, mais loin de faire mal aux yeux, elles imposent une ambiance très intime, hors du temps. J’étais scotchée par toutes les scènes nocturnes en extérieur avec les néons des magasins et dinner américains, dignes des plus beaux tableaux de Hopper. Je suis très attachée à ce genre d’images que je trouve esthétiques au possible. Et même si ce n’est pas le style de film que j’aime regarder, je sais déjà que je repasserais régulièrement certaines scènes pour m’en inspirer.

 

Robe: Boohoo

Beauté/mode

La grande roue.

Je rêvais de faire des photos devant une grande roue. Non pas comme toutes ces filles à Coachella mais dans une ambiance un peu romantique, plus douce, plus proche de ce que je suis. Alors quand j’ai su qu’une grande roue s’était installée à Cabourg, capitale de l’amour, j’ai su que c’était le moment. Nous sommes arrivés dans notre ville côtière préférée vers 19h, nous sommes allés chercher des bonbons puis nous avons diné tous les trois dans un restaurant que nous apprécions particulièrement dont les murs sont recouverts d’un pétillant vert pomme et qui est tenu par un homme tellement sympathique. Après cela, nous nous sommes tout naturellement dirigés vers cette grande roue immense dont les pieds me font penser aux cannes à sucre de Noël. Nous n’avons pas résisté à l’envie de monter dedans ( d’habitude, je déteste cette attraction, j’ai tellement peur, mais j’étais forcée de constater qu’elle offrait une vue incroyable sur le Grand Hotel et la mer. ) pour faire quelques photos et à nouveau les pieds bien sur terre nous avons entamé ce shooting si particulier et tant désiré. La tenue est assez simple, mis à part peut être ces chaussures dégotées sur Amazon et que vous avez déjà aperçu ici et ce gilet que j’ai volé à ma grand mère (C’est surprenant n’est ce pas? Mais j’ai une grand mère jeune et stylée) . Ma jupe vient du site Shein, mon body a été shoppé chez Undiz. Quant à mon sac Jennyfer, vous l’avez déjà vu tellement de fois, mais il est si pratique. Il parait petit comme ça, mais il peut contenir mon appareil photo, ma trousse de make up, mon téléphone et mon portefeuille sans problème.

 

 

 

Beauté/mode

Le shooting raté.

 

Il y a ce genre de shooting raté que l’on vit régulièrement lorsqu’on fait de la photo. Ce genre de shooting où on part tout plein de bonnes intentions, où on a réfléchi à où, quand et comment et dont le résultat nous laisse (très) perplexe . C’est ainsi qu’un mercredi après midi nous nous mettions en route pour une petite impasse de notre ville. Il avait fait beau tout la semaine précédente, on comptait donc sur le soleil pour pointer le bout de son nez. J’avais sur moi ma nouvelle tenue venant de chez Boohoo et mes basket Adidas Neo aux pieds et j’avais très envie de me retrouver devant l’objectif. Sauf que… le principe même du shooting raté est que rien ne doit aller. Déjà, il a fait un temps affreux. La luminosité laissait franchement à désirer, j’avais une tête abominable et toutes les photos sont finalement apparues très floues. Autant dire qu’après y avoir mis tant de bonne volonté et d’énergie, j’étais dépitée. J’ai tout de même décidé de les retoucher, histoire de voir ce que je pouvais « en tirer« . Après avoir tester différents filtres, gagné en luminosité et en netteté, je trouvais le résultat bien médiocre. Puis j’ai retiré toutes les modifications qui les rendaient plus nettes et je leur ai trouvé un effet « photo- argentique » sur lequel je lorgne sur Instagram depuis des mois mais que je n’arrive jamais à reproduire. D’un coup, ce shooting raté m’a paru trop cool, bien loin des shooting de mode habituels aux photos hyper nettes et aux détails bien retranscrits. Alors voila comment des photos floues finissent par apparaitre ici. Simplement parce que je les trouve vraiment sympa. Et la tenue, ainsi exposée, me plait énormément.